Extrême droite et confusionnistes face au mouvement contre la loi Travail

5 avril 2016 11 Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Comme l’extrême droite réagit-elle au mouvement social qui agite la France autour de la loi El Khomri, et dont on espère qu’il est parti pour durer ? Pour le FN, c’est la faute à l’Europe et aux immigrés, pas aux patrons ; et à part dénoncer les vilains casseurs, rien de neuf sous le soleil. Du côté de l’extrême droite radicale, on s’excite, et on tente d’attaquer les « gauchistes » qui semblent reprendre du poil de la bête. Cependant si le milieu nationaliste « classique » peine, heureusement, à trouver sa place face à la colère sociale, chez les confusionnistes, on se frotte les mains, et on essaye de s’incruster dans le mouvement, mais pour finir par révéler sa véritable nature…

Au FN on observe et on appelle au vote

Produisons-françaisLe FN regarde le projet de loi El Khomri par le petit bout de sa lorgnette raciste, et le recul social sans précédent qu’il engendre est évoqué du bout des lèvres. Marine Le Pen préfère s’en prendre à ceux qui s’opposent à lui, leur reprochant de dénoncer un outil de casse sociale aux mains des patrons au lieu de s’en prendre seulement à l’Union européenne : dans un communiqué du 9 mars, elle interpelle ainsi, dans un grand élan interclassiste, « salariés comme chefs d’entreprise, sur l’urgence absolue de défaire le carcan destructeur de l’Union européenne », et appelant à « un sursaut patriotique ». Nicolas Bay, dans un texte publié sur le site du FN le 11 mars dernier, reproche lui surtout à la loi d’être « communautariste » : c’est surtout la question des « revendications politico-religieuses » auxquelles feraient face les chefs d’entreprise qui le préoccupe. S’il évoque rapidement le problème des astreintes ou des indemnités prud’hommales, c’est pour mieux se replacer du côté des patrons, pour pleurnicher sur le sort des patrons des TPE-PME qui croulent sous les charges dues, évidemment, à « l’immigration massive »…

Voilà pour l’analyse. Côté mobilisation, comme à chaque mouvement social un peu massif, les frontistes oscillent entre s’afficher « proches du peuple » et défendre une société d’ordre, contre « la chienlit », jeune ou syndicale. Ainsi, le FN 44 dénonce violemment les dégradations commises contre les banques à la suite de la manif du 31 mars à Nantes par « une minorité de manifestants radicaux, antifascistes et autres militants d’extrême gauche », et croit bon de rappeler que « la solution au défi que pose la loi Travail à notre propre conception du travail ne viendra pas de la rue, mais des urnes ». C’est que le FN sait qu’il n’est plus un parti de militants depuis longtemps, et qu’il serait bien en peine de « tenir la rue » dans un mouvement où la plupart des manifestants lui sont clairement hostiles.

Julie Apricena fait signer la petition contre la loi travail le 19 mars

Julie Apricena fait signer la pétition (FN) contre la loi El Khomri. « Heu, si je signe avec une croix celtique, c’est bon ? »

Un peu pathétique, Gaëtan Dussausaye, l’actuel patron du FNJ, était par ailleurs très déçu de ne pas avoir été reçu avec les autres organisations de jeunesse par Manuel Valls… Au moment de l’appel à la manifestation du 9 mars, le Front National de la Jeunesse avait prévenu qu’il ne manifesterait pas, mais avait lancé « une vaste campagne de terrain contre cette loi », qui est passée pour le moins inaperçue. Ainsi, les militants du FN de Bourges et du FNJ du Cher ont pu tranquillement poser leur barnum dans les rues de la ville le 19 mars, distribuer des tracts et faire signer une pétition maison. On a ainsi pu voir à l’œuvre la militante FNJ Julie Apricena, connue des habituéEs de la Horde, puisqu’on avait déjà évoqué sur le site ses amitiés néonazies.

À l’extrême droite radicale, on s’excite

Hier, déjà : la « Fédération des étudiants contre le Travail Perturbé » attaque une manifestation anti CPE en 2006.

Hier, déjà : la « Fédération des étudiants contre le Travail Perturbé » attaque une manifestation anti CPE en 2006.

Les groupuscules nationalistes violents ont toujours été du côté de la matraque : nous avions en octobre dernier fait un rappel historique sur ces « rebelles » toujours prompts à se mettre au service du système qu’ils prétendent combattre. Dans le cas présent, les fachos ont été plutôt discrets, sauf lorsque les cortèges passaient un peu trop près de leur « fief ». Ainsi à Lyon, le 31 mars, devant le site de la Manufacture des tabacs de l’université Lyon 3, des membres du GUD ont tenté d’attaquer le cortège, mais ils ont rencontré une résistance antifasciste. À Paris aussi, les occupants de la place de la République, lors de l’initiative « Nuit debout », ont aussi été attaqués dans la nuit de samedi à dimanche par des gros bourrins d’extrême droite : mais là, l’histoire est un peu plus compliquée… Car c’est du côté des confusionnistes du « Mouvement du 14 juillet » qu’en réalité l’agression est venue.

Chez les confus, on se frotte les mains

Depuis quelques années, les militantEs du mouvement social sont régulièrement confrontéEs une nouvelle espèce de morbacs, les confusionnistes, pour qui la frontière droite-gauche est une chimère, et qui appellent à un front commun « antisystème », y compris avec l’extrême droite. Avec leur discours plein de naïveté abyssale et de contradictions, ils se baladent dans les manifs, les AG, tentant dès qu’ils le peuvent de monopoliser la parole, en quête d’une pseudo-légitimité auprès de l’ensemble du mouvement, dans le but de rameuter pour leur crémerie et son étalage d’idées réactionnaires. Discrets, passe-partout, les confusionnistes n’en sont pas moins dangereux car avançant masqués, ils sont passés maîtres dans l’art de tromper les gens.

Saurez-vous les reconnaître ? "Grève générale", A cerclé… Et pourtant : derrière la banderole orange, les guignols du Mouvement du 14 Juillet et la petite bande de Bohort Mignolet, alias Bohort le Belge.

Saurez-vous les reconnaître ? « Grève générale », A cerclé… Et pourtant : derrière la banderole orange, les guignols du Mouvement du 14 Juillet et la petite bande de Bohort Mignolet, alias Bohort le Belge.

Dans le mouvement contre la loi Travail, on avait déjà évoqué une tentative d’infiltration de cette tendance sur Annecy le 9 mars dernier ; à Paris, c’est le Mouvement du 14 Juillet, dont nous avons déjà parlé ici qui s’est invité à l’initiative « Nuit debout »  qui faisait suite à la manifestation du 31 mars. Vu l’angle de mobilisation choisie, il semblait évident que les conspirationnistes et confusionnistes de tout poil allaient rappliquer, comme à l’époque du mouvement des Indignés…

Confus hors de nos rues !

Mais les temps changent et ils commencent de plus en plus à se faire griller par des gens avertis. Il faut dire que le conspi ou le confusionniste adore la lumière des caméras, et ne peut s’empêcher de mettre sur Youtube le moindre de ses petits exploits. La semaine dernière, la vigilance parmi les organisateurs était au rendez-vous et rapidement un certain nombre d’entre eux ont pu être repérés et écartés : quelques-uns ont pu passer à travers les gouttes, mais ils savent désormais qu’ils sont pistés.

Sylvain Baron

Sylvain Baron

Samedi soir, l’un d’eux, Sylvain Baron, membre du Mouvement du 14 Juillet, a d’ailleurs révélé ses véritables liens avec l’extrême droite radicale. Repéré dans la soirée place de la République, lui et ses amis sont invités à quitter les lieux. Quelques dizaines de minutes plus tard, un de ses amis réapparait, entouré de plusieurs dizaines de skins d’extrême droite, armés de barres de fer, et il interpelle alors les gens qui l’avaient identifié et expulsé de l’assemblée : « Alors maintenant, vous allez encore me foutre dehors ? ». Les skins tentent d’attaquer l’équipe chargée d’assurer la sécurité de l’assemblée : rapidement repoussée par les antifascistes présents, la fine équipe termine dans un bar, sous la protection de la police. C’est d’ailleurs un éternel étonnement de voir ces individus qui dénoncent à longueur de vidéos et de textes un État corrompu et manipulé, réclamer rapidement l’aide de cet État lorsque cela commence à chauffer pour eux…

Mignolet

Bohort Mignolet

Le lendemain, c’est cette fois Bohort Mignolet, lui aussi du Mouvement du 14 juillet, qui s’est fait virer de la place de la République : le personnage, faux « Anonymous » qui raconte sa vie sur Facebook et relaie des thèses conspis (dont celle des chemtrails),  a surtout fait parler de lui à propos de l’occupation de l’église Sainte-Rita, une cause qu’il est venu défendre sur Radio Courtoisie en novembre dernier.

Dans un texte assez pathétique, Baron se plaint des « nazillons antifas » venus selon lui « troller » le mouvement : une jolie inversion des rôles, une pratique courante de cette mouvance. Car, qu’on se le dise, les confus sont au mouvement social ce que sont les trolls à internet : une nuisance aujourd’hui difficile à éviter, et à combattre pour cette raison sans relâche.

La Horde

11 commentaires »

  1. Bohort 29 octobre 2016 at 03:33 - Reply

    Droit de réponse : Bonjour, je tiens à démentir sur ces propos, je ne suis pas et ne serais jamais d’extrême droite.
    J’ai en effet suivit des personnes du Mouvement du 14 Juillet 2015 à l’appelle d’une vidéo « fake » De soit disant anonymous qui appartenait à Eric Régis Fiorille, sachez qu’en tant que Belge avant de quitter mon pays pour rejoindre les citoyens en France je ne savais clairement pas qui était ce personnage, cela m’a pas empêcher de tiser des liens avec des militants de tout horizons, j’ai participer avec des gens à la Défense de l’Église Sainte Rita, Gallicane et Chrétienne, je l’aurais tout aussi fait pour une Mosquée ou Synagogue, donc détrompez-vous, et apprenez à connaître les gens vraiment.
    Je milite depuis pas mal de temps avec des Anonymous sur Internet sur sur le terrain afin que les gens prennent conscience qu’ils peuvent être le changement et que nous ne pouvons nous laisser nos droits bafouer par une élite de 1%.
    J’ai été pris à parti par des CRS dans une manifestation et retenu illégalement dans un centre de rétention dont je ne connaissais même pas l’existance… à peine sorti, faute d’avoir mon masque de Guy Fawkes j’ai été Interviewé par des gens qui se disaient journaliste bien de chez vous en France… avec le temps j’ai apris qui était le Cercle des volontaires, alors sachez que vous vous méprenez et me collez injustement une étiquette !

    • La Horde 29 octobre 2016 at 11:48 - Reply

      C’est bien gentil d’essayer de passer pour un couillon, et de dire que tu t’es retrouvé embarqué là-dedans à l’insu de ton plein gré comme dirait l’autre, mais c’est bien toi qui prétends dans la vidéo dont tu parles qu’on a besoin de tout le monde, « y compris de l’extrême droite » pour faire changer les choses, qui dénonce une soit-disante « oligarchie » là où ne règnent en maître que les principes de la société capitaliste et de l’exploitation, qui se moque éperdument du sort des sans-papiers qui se retrouvent en CRA tout en pleurnichant pour y avoir passé quelques heures ? Interroge-toi sur ta vision du monde, et tu comprendras que tu as toute ta place dans cet article.

  2. Anne marie c 18 août 2016 at 18:44 - Reply

    Ça fait du bien de voir que des gens réagissent. C’est insupportable de les voir essayer de récupérer et détourner les mouvement comme nuit debout .je participe au nuit debout de Montauban et depuis le début je l’affronte (un peu trop seule) a eux: les gentils virus en premier qui sont vitent partis en prenant en passant quelques personnes pour leur atelier constituant, les colibris moins offensif mais passons et puis récemment une rencontre avec des membres de nuits debout Paris Toulouse albi venus a Montauban le 14 août sous couverts de développer des cafés citoyens. Très vite assez dirigistes
    Ils commence a causer démocratie grecque antique ( leur réseau de café citoyen s’appelle l’Arcadie)je sens le chouard a plein nez et ne peut m’empêcher de leur dire .un peu gène il change vite de sujet .alors je leur parle lutte des classe , oh mais ciest fini , ah oui mais c’est génial ça !! Il a le culot de rajouter que défendre les acquis ce n’est pas leur tasse de thé ,ça c’est sur eux ils ne vont pas a l’usine .

    Trop de gens se laissent entrainer par ses faux bbeau parleur nuisible a la lutte .

  3. Adiduts 30 juin 2016 at 23:37 - Reply

    Bonjour, je suis nouveau ici, pourriez-vous me donner votre définition de l’extrême-droite svp?

    • La Horde 1 juillet 2016 at 17:26 - Reply

      L’extrême droite est une mouvance très hétéroclite, pas si facile à définir. Mais on peut en dégager quelques caractéristiques principales. La première, c’est une vision inégalitaire des rapports humains impliquant des rapports de domination, reposant sur deux antagonismes principaux : les “nôtres” et les “autres” (le nationalisme, la xénophobie se chargeant de les définir), les hommes et les femmes (en s’appuyant sur le sexisme, la religion). La seconde, c’est l’idée que cette inégalité irait de soi, qu’elle serait incontestable car s’appuyant sur une transcendance, des traditions ou un prétendu “ordre naturel”. La troisième, c’est d’essentialiser chaque individuE de façon à ce qu’il/elle soit enferméE dans son identité “ethnique”, nationale, culturelle et sexuelle, et se voit assigné de fait sa place dans le monde. Enfin, la quatrième, c’est d’adopter une position défensive, voire réactionnaire, face à ce qui menace cette vision du monde, menaces le plus souvent incarnées : l’Arabe, le Juif, l’homosexuel, le gauchiste… Bien entendu, chaque parti ou groupe défend à sa façon, en fonction de ses intérêts et priorités, cette vision du monde, et ces éléments communs n’empêchent pas des contradictions stratégiques (violent ou électoraliste, par exemple) ou même idéologiques. Enfin, pour terminer, l’extrême droite aimant avance masquer, comme on a pu le montrer dans notre dernière brochure, il est souvent nécessaire de mettre à jour ses intentions et décrypter son discours, au risque de se laisser enfumer.

  4. Iktomi 27 mai 2016 at 10:12 - Reply

    Salut.
    Merci vraiment de faire ce boulot de veille sérieux.
    A niveau des syndicats, on ne prend forcément le temps de le faire. C’est dommage. Bon on a Visa aussi mais sur le terrain, peu de dynamique…

  5. Insolences 19 avril 2016 at 19:50 - Reply

    ouf ! une réaction saine des «Nuit Debout» :
    https://www.youtube.com/watch?v=TkMU3CTnR1U

    Pour rappel Benjamin Ball et Alix Dreu-Boucard (fondateur et président du site conspirationniste ReOpen911)
    sont cités dans cet article de La horde :
    http://lahorde.samizdat.net/2015/02/17/isere-nouvelle-donne-le-confusionnisme-participe-aux-listes-citoyennes/

    tandis que Xavier Renou est ici :
    http://lahorde.samizdat.net/2014/09/28/informaction-le-conspirationnisme-au-pretexte-de-linfo-alternative/

    Actuellement Benjamin Ball est le President des associations fondées et exploitées par Xavier Renou dont :
    «La Boite Militante» une boutique dont on ne sais pas ce que deviennent les bénéfices et les appels aux dons,
    et «l’AlerJT» dit l’aJT, une webTV servant au marketing de Xavier Renou et ennemie de la la plus élémentaire déontologie journalistique.

    Alix Dreu-Boucard a élaboré et suivi de près le développement de l’AlterJT
    http://www.alterjt.tv/author/alix/

    Il est scandaleux de retrouver Xavier Renou dans la lute CONTRE la loi El Khomri,
    lui qui confisquait le salaire de ses premiers employé.e.s en contrat aidé (subventionnés à 90% par l’état),
    argumentant qu’il avait le temps d’attendre un éventuel prudhomme…
    trop fier d’être enfin un petit patron.

    Ces imposteurs n’ont rien à faire dans l’organisation d’un mouvement comme «Nuit Debout»
    Ces Don QuiChiottes ne font que profiter de la misère et de la bienveillance humaine.

  6. Veille Antifa Bordeaux Paris 9 avril 2016 at 09:58 - Reply

    Pour la troisième fois consécutive le sous fasciste et néo poujadiste Sylvain Baron un des principaux leaders du « Mouvement du 14 Juillet » s’est de nouveau ré- incrusté à Nuit debout place de la République à paris, il prétend maintenant sur sa page Facebook personnelle avoir finalement eu l’accord formel de certains coordinateurs pour le faire.

    On assiste également sur consignes de Baron lui-même à une campagne de Trollage général et intensif des pages Face Book Nuit Debout par les adeptes et les fans de ce gourou et as de la décomposition politique qui en appelle à le laisser « s’exprimer » et faire sa propagande fascisante « Au nom de la démocratie et de la liberté d’expression ».

    Et le Sylvain Baron atteint à nouveau de ces crises d’ego et du syndrome je montre ma trombine partout, de sortir une nouvelle vidéo hier soir intitulée « Faisons leur peur !!! » ou il déclare que l’assemblée Nuit debout parisienne est : « Contrôlée par des milices politique plus préoccupées de sans-papierisme que de souveraineté nationale et– sic – de destitution de Hollande pour haute trahison»

    Faisons leur peur!!!

    xxxxx. youtube.com/watch?v=4FY5ElYxVwE
    On invite également vos lecteurs à aller consulter sa page You Tube personnelle, elle parle d’elle-même.

    xxxx .youtube.com/user/Syldartha
    Par ailleurs ce branquignol qui prétend et continue dans sa dernière vidéo toujours de maintenir qu’il n’est pas d’extrême droite a accordé plusieurs interviews à divers sites d’extrême droite tels que l’agence info libre, le cercle des volontaires , ainsi qu’un autre en trois volets diffusée par la chaine You tube d’extrême droite Meta TV ou il assure avoir voulu débattre avec Soral qui « aurait décliné son offre »

    Vidéo visible ci-contre intitulée « L’insurrection intelligente avec Sylvain Baron sur la Libre Antenne de Meta TV 3/3 »

    xxxx.youtube.com/watch?v=c8_-PAzq1VY&nohtml5=False

    Nous ne laisserons pas ces fascistes s’infiltrer dans nos mouvement sociaux qu’ils se le disent !!!!

  7. Passant 8 avril 2016 at 23:14 - Reply

    Bonsoir,
    je pense avoir croisé Bohort le jeudi 7 à Paris entre Chatelet et Auber (maigre, grabnde taille, keffieh, assez ressemblant à la photo). Il déclamait des trucs assez confus entre dénonciations libertaires des syndicats et partis, appel au « Peuple français » qui « rentre du boulot à 18h » bien sagement(sauf qu’il était 20h) ou aux « Français » à se sortir « le doigt et le petit doigt du cul » et à « arrêter de s’enculer » (ce pour faire la révolution), avec un discours assez avant-garde-éclairant-les-masses-incultes assez gerbant. Il s’est déclaré anonymous, qui a « permis les perquisitions anti-terroristes ». Le mouvement Nuit debout qui « pouvait avoir l’air d’un mouvempent citoyen » était en fait en train de se faire récupérer et manipuler. Il paraissait seul, semblait improviser à moitié, et devait aussi avoir un léger coup dans le nez. Du coup il faisait un peu ovni illuminé. A la fin il nous a quand même souhaité une bonne soirée, et effectivement c’était mieux comem soirée quand il l’a fermée. J’étais seul, fatigué, peu expérimenté et j’ai fermé ma geule…

  8. Raf 8 avril 2016 at 08:56 - Reply

    Oui merci pour ce très bon article, qu’il fait du bien ce mouvement social à cornériser le FN, la gauche de droite, les syndicats « réformistes » et les confusionnistes.

  9. Socialisme libertaire 6 avril 2016 at 18:30 - Reply

    Un GRAND MERCI La Horde pour cet excellent article qui -on l’espère- ouvrira les yeux de beaucoup sur la peste de l’extrême-droite et le choléra confusionniste !
    Nous relayons votre article sur « Socialisme libertaire » pour diffusion…

Laisser un commentaire »