«Babtou sordide», «babtou stupide» : la marque de Loïk Le Priol se décline et fait poser la Gud family

30 mars 2016 1 Imprimer ce billet Imprimer ce billet
vidéo Le Priol

Extrait de la vidéo des sévices

Nous évoquions la semaine dernière le scandale, révélé par Médiapart, qui agite actuellement le petit milieu de l’extrême droite parisienne : le « torture porn » filmé par les militants du GUD Logan Djian et Loïk Le Priol, avec dans le rôle de la victime Édouard Klein, lui-même ancien leader du GUD. Toutes ces vicissitudes vont-elles mettre à mal le petit commerce de t-shirts « identitaires » de Le Priol ? Ce dernier avait en effet réussi avec sa marque « Babtou solide certifié » à se faire remarquer, et avait amené quelques personnalités d’extrême droite à poser fièrement avec des articles de sa marque. À la Horde, on a pensé à eux, et on propose quelques déclinaisons plus adaptées à ses clients. Plus sérieusement, on en profite aussi pour révéler l’identité de quelques modèles féminins qui ont essayé de rester discrètes, et qui montrent, s’il en était besoin, que la GUD connection est aussi une affaire de famille…

Babtou sordide

Louise Boucher et Loïc Le Priol

Babtou_solide_FB_chico_sur_le_bitume

Babtou sans dents…

À tout seigneur, tout honneur : pour Loïk Le Priol lui-même, nous avons conçu le t-shirt « Babtou sordide », élégant et plutôt conforme à ses pulsions sadiques. Sa fascination pour la violence était d’ailleurs plus ou moins annoncée sur le Facebook de « Babtou solide », puisqu’on pouvait lire, accompagnant la photo d’une cicatrice, un commentaire saignant («en portant nos couleurs t’as pas intérêt à perdre une chico sur le bitume sans en avoir fait sauter 4 avant »). Pour sa petite amie Louise Boucher (avec lui sur la photo), avec qui Loïc a monté ce business lucratif, pas de proposition particulière : peut-être qu’à l’instar de Louise de Marillac (son pseudo sur Facebook), elle va faire fi de ces préoccupations mercantiles et se tourner vers Jésus…

David et Gaël Rougemont

David et Gaël Rougemont

Parmi les bons clients de Le Priol, on compte les calaisiens Rougemont père et fils : les lecteurs et lectrices fidèles de la Horde les connaissent bien, et pour eux le t-shirt « Babtou stupide » s’impose : Gael (« quand j’entends le mot « migrant », je sors mon fusil de chasse ») avait en effet essayé sans succès de se faire passer pour « un riverain excédé » alors qu’il est un authentique néonazi…

Le général Piquemal à gauche, Julien Rochedy à droite.

Le général Piquemal à gauche, Julien Rochedy à droite.

À propos de Calais, les traîtres aussi devraient avoir le droit à leur t-shirt. Aussi, nous proposons au Général Piquemal le t-shirt « Babtou Perfide », après son retournement de veste à l’issue de son arrestation après la manifestation anti-migrants du 6 février à Calais qui aurait dû faire de lui une figure de proue de l’extrême droite française. En effet, après s’être lamenté sur internet sur « le grand remplacement », Piquemal s’était dégonflé après sa garde à vue, traitant Pegida de demi-nazis, au grand dam de la fachosphère qui était prête à en faire son nouveau sauveur de la Nation.

Selfie Rochedy BacharEnfin, pour Julien Rochedy, nous proposons la version « Babtou timide », après son prétendu retrait de la vie politique : ne supportant plus la présence au FN des amis de Philippot, pas assez « « virils » selon lui, il avait en effet démissionné du Front national de la Jeunesse fin 2014. Malgré sa relative discrétion, pas sûr pour autant qu’on en soit débarrassé : après s’être rapproché de l’Action française, on l’a retrouvé dernièrement aux côtés d’une délégation des Républicains menée par Thierry Mariani, partie en Syrie rencontré le dictateur Bachar al-Assad, avec lequel Rochedy a trouvé le temps de faire un petit selfie

Pour finir, on aurait pu proposer un t-shirt « Babtou hybride » à Baptiste Deodati, au parcours politique certes plutôt limité, mais dont la présence ici n’est ni remarquable ni étonnante, puisqu’on l’avait déjà aperçu traîner avec d’anciens JNR de Serge Ayoub au sein du club de bikers les Praetorians.

Si tous les braves gens évoqués ci-dessus ont posé pour la marque de Le Priol ès qualités, d’autres modèles « Babtou solide » l’ont fait de façon anonyme, mais méritent aussi de retenir notre attention. Ainsi, on sait déjà grâce à Médiapart que c’est Axel Loustau qui, par l’intermédiaire de l’une de ses sociétés, a payé la caution de Logan Djian : avec Le Priol, c’est son compère Frédéric Chatillon que l’on retrouve dans son entourage, par l’intermédiaire de l’une de ses filles. Décidément, quand il y a un coup tordu, les amis gudards de Marine Le Pen ne sont jamais bien loin !

Source : le site d'extrême droite Info Média Libre (photo de gauche) et Facebook (photo de droite).

Source : le site d’extrême droite Média Presse Info (photo de gauche) et Facebook (photo de droite).

Jean-Marie Le Pen et Marie d'Herbais.

Jean-Marie Le Pen et Marie d’Herbais.

Ainsi, sur la photo de droite, on peut voir à l’extrême gauche poser Kerridwen, l’une des filles Chatillon. Sur la photo de gauche, la même (sympa le médaillon !) à la « fête du cochon » de septembre dernier (à laquelle participaient entre autres Jean-Marie Le Pen, d’anciens du DPS et Alain Escada de Civitas), chez sa mère Marie d’Herbais. D’ailleurs, cette dernière est elle-même une fan de la marque de Le Priol, comme on peut le voir sur cette photo avec Jean-Marie. Pour en finir avec la famille Chatillon, signalons au passage, ironie du sort, que l’une des six sœurs de Kerridwen était sortie il y a deux ans avec Édouard Klein… Décidément, au GUD, on fonctionne en circuit fermé.

Clothilde Marie-Jeanne et les frères Vidal.

Clothilde Marie-Jeanne et les frères Vidal.

Mais revenons-en à nos autres modèles. Autour de Kerridwen, on peut voir, de gauche à droite : Louise Boucher, Clothilde Marie-Jeanne et Blanche Larrieu. Si l’on a déjà évoquée la première un peu plus haut, la deuxième est également une tête connue : en effet, nous avions déjà parlé d’elle à l’occasion du défilé du 10 mai de l’année dernière, alors qu’elle tenait la banderole du GUD. Bonne copine de Kerridewen, on peut également la voir ci-contre avec les deux frères Vidal, dont l’un, Kléber, était aux côtés de Djian et Le Priol le soir de l’agression, mais ne semble pas avoir participé aux sévices. Selon Streetpress, leur père, Marc Vidal, tient aujourd’hui la librairie d’extrême droite « Les oies sauvages », à Pontault-Combault (77).

Quant à la troisième, Blanche Larrieu, il serait bien étonnant qu’elle ne soit pas de la famille de Jean-Dominique Larrieu, l’ancien associé de Frédéric Chatillon au sein de la librairie néonazie Ogmios. Elle est par ailleurs en contact avec plusieurs enfants de la petite bande de gudards des générations précédentes.

Pour conclure, ce que révèle le business « Babtou solide », outre le fait qu’il ne s’agit pas d’une marque surfant sur la mode identitaire mais bien d’une vitrine de l’extrême droite radicale, c’est surtout qu’à travers les nouvelles générations, la fraternité gudarde perdure. Cette petite communauté fermée saura-t-elle restée solidaire des violences sadiques de certains de leurs membres ? Rien n’est moins sûr…

La Horde

Un commentaire »

  1. tuco 10 juin 2016 at 09:59 - Reply

    la famille vidal est très proche du GRECE
    les 2 fils sont passes par EUROPE JEUNESSE la formation scout cree par VIAL et le docteur ROLLET
    de plus c’est a la librairie que l’on trouve le matériel obligatoire pour tous les scouts du groupe

Laisser un commentaire »