Alcobendas (Madrid): des antifas agressés au couteau par 6 néo-nazis

17 mars 2016 0 Imprimer ce billet Imprimer ce billet

manifestation_soutien_12_mars_2016_AlcobendasLes banlieues madrilènes Alcobendas et San Sebastián de los Reyes subissent depuis plusieurs mois une hausse des agressions et activités néo-nazies. Cette augmentations des tensions provoquées par une violence fasciste de plus en plus palpable est dénoncée depuis longtemps par la jeunesse antifasciste locale mais ne rencontre aucun écho auprès de la police. Vendredi 4 mars, 2 camarades ont été très violemment agressés par un dénommé « El Fofi » ainsi que 5 de ses acolytes néo-nazis. Une manifestation a eu lieu samedi 12 mars. Voici le communiqué d’Alcosanse Antifasciste et des images de la manif.

Vendredi 4 Mars tôt le matin, un néo-nazi de San Sebastián de los Reyes, Luis Alberto Garcia, surnommé  » El Fofi « , accompagné de 5 autres néo-nazis armés de couteaux, ont attaqué deux jeunes du quartier. Ils avaient rôdé toute la nuit, chassant et essayant d’attaquer le plus de personne. Ce néo-nazi, connu pour ses agressions répétées, a déjà été incarcéré dans le passé.

Les deux jeunes gens se promenaient dans la rue lorsqu’ils ont été attaqués par le groupe de néo-nazis, sous les injures « guarros» (porcs) et « rojos de mierda» (merde rouge). La bagarre a commencé et des coups de poignards ont entrainé des blessures graves. L’un des deux jeunes a fini avec 36 points de suture à la main en essayant de se protéger alors qu’il était au sol. Puis “Fofi” le bloquant à la poitrine lui asséna un second coup de couteau au visage, causant 5 points de sutures.

L’autre jeune homme, venant à son secours, a été torturé, ses agresseurs lui ont découpé le visage, de la commissure des lèvres à l’oreille, il a besoin de chirurgie reconstructive. Il a également pris un coup de couteau à deux millimètres du poumon, provoquant un pneumothorax. Après deux jours à l’hôpital, il a été démontré que, étant donné la gravité des blessures, il s’agissait bien d’un tentative d’assassinat.

Malgré la violence des faits, et bien qu’un des mineurs impliqué dans l’agression ait été arrêtés 3 fois au cours des 15 derniers jours, tous les fachos ont été relâchés et continuent à se balader dans les rues de notre quartier.

La jeunesse antiraciste et antifasciste de Alcobendas et San Sebastián de los Reyes dénonce depuis longtemps l’activité de ces groupuscules fascistes et particulièrement l’impunité dont jouit cet individu (“El Fofi”) mais rien n’a permis de le faire emprisonner.

L’année 2015 a connu une augmentation des attaques et des activités nazies dans ces quartiers, et la police reste inactive malgré les nombreuses plaintes qui ont suivies ces attaques. Cet année, on a constaté des agressions sur mineurs, des menaces téléphoniques, tags sur les portails des militants. Une agression a été commise contre le groupe Antitaurina, aucune peine n’a été prononcée sauf une mais ridiculement faible. Même l’un des ultras néo-nazis arrêtés pour l’assassinat d’un fan de Deportivo La Corogne, Jimmy, vit toujours dans ce quartier en toute liberté.

Alors que les autorités restent passives face à ces attaques néo-nazis, les jeunes antifascistes de ces quartiers sont persécutés et harcelés par des contrôles de police en permanence. Ils sont constamment sous surveillance et régulièrement détenus pour de fausses accusations.

Bien que les agresseurs et les agressés vivent dans la même ville, les autorités ont choisi de rester silencieuse. La municipalité de San Sebastián de los Reyes s’est lancée dans ce qu’elle appelle une “lutte contre les gangs” (ridicule quand on sait que le maire lui lui-même a été menacé par ces groupes fascistes). alors qu’en fait c’est un problème plus global de présence d’une idéologie nazie dans notre quartiers avec tout ce que cela implique : racisme, sexisme, homophobie et intolérance à la différence. Le conseil municipal a rencontré il y a quelques mois l’Observatoire contre le racisme et la xénophobie, en vue, soit disant, de lutter contre ce problème, mais cette rencontre n’a pas été suivie par des actions concrètes.

Pour toutes ces raisons, nous appelons les habitants de nos quartiers à se réunir pour montrer que le fascisme et le racisme n’ont pas leur place dans nos rues et affirmer notre soutien à nos compatriotes agressés.

Ici le communiqué original

Laisser un commentaire »