Corse : actions antifascistes contre le FN à Ajaccio

10 février 2016 1 Imprimer ce billet Imprimer ce billet

fn csc 2016 3Mardi 9 février, les députés européens français FN du groupe Europe des nations et des libertés (ENL) avaient prévu de se retrouver en Corse pour un petit séminaire bien tranquille de 3 jours : mais les choses ne se sont pas passées comme prévu, car les antifascistes corses aussi étaient au rendez-vous…

À leur arrivée à Ajaccio, l’avion qui transportait Marine Le Pen et ses amis  a d’abord été retardé à la suite de la manifestation des antifascistes dans l’aéroport : 200 personnes au moins les attendaient. Finalement, les frontistes ont pu monter dans leur bus, mais à nouveau, ils ont été bloqués jusqu’à environ midi, sous les sifflets des manifestants. Mais des antifascistes avaient également bloqué la route en coupant des pins mis en travers de la route, ainsi que des chariots empruntés à l’aéroport, les fascistes ont été contraints d’emprunter la sortie via les locaux CCM, au rond point de Bastelicaccia, en direction de leur hôtel Sofitel de Purtichju. Mais là encore, les antifas étaient au rendez-vous : des militants des syndicats étudiant indépendantistes Ghjuventù indipendentista, de la Cunsulta di a Ghjuventù corsa et d’autres ont en effet occupé le hall de l’hôtel Sofitel tout l’après-midi (le FN n’a pu rejoindre l’hôtel qu’en toute fin de soirée avec l’aide d’un déploiement policier disproportionné) ! C’est ensuite vers Zicavo que les députés d’extrême droite sont partis se réfugier…

fn csc fev 2016Cette journée de mobilisation a réuni des militants de différentes formations du mouvement indépendantiste corse et plus largement pour signifier au Front national qu’il n’est pas le bienvenu en Corse. Mais la répression policière, sans surprise, s’est abattue sur les antifascistes : un jeune indépendantiste a ainsi été interpellé aujourd’hui dans le cadre des blocages, et un autre est actuellement recherché. La Ghjuventù Indipendentista lui a apporté son soutien, et dénonce « cet acharnement sans bornes où l’on pointe du doigt les nationalistes, leur imputant des actes sans gravité montés en épingle.« 

[Sources : Ghjuventu Tocca A Noi et Ghjuventù Indipendentista]

Un commentaire »

  1. Antonini 12 février 2016 at 02:59 - Reply

    Petite précision
    La délégation ENL/FN n’est pas allé au village de Zicavo mais de Zevacu (oui je sais, il est facile de se planter)
    Cet article et d’autres connexes dans CorseMatin
    http://www.corsematin.com/article/ajaccio/les-elus-fn-exiles-sans-retour-dans-la-cite-imperiale.1961131.html

Laisser un commentaire »