Solidarité internationale anticarcérale

28 décembre 2015 0 Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Des nouvelles de Jock Palfreeman envoyées par un antifasciste parisien :

Jock_PalfreemanJock Palfreeman est un camarade antifasciste australien. Alors qu’il est en voyage en Bulgarie il aperçoit dans la rue une bande de hooligans qui agressent deux Roms. Jock intervient seul pour défendre les Roms, un hooligan perd la vie suite à l’échauffourée. Depuis, Jock est incarcéré dans la prison de Sofia, où il subit la justice politique bulgare. Son sens de la solidarité envers les faibles s’exprime à nouveau en prison où il a monté une organisation de défense des prisonniers. La lutte anticarcérale et antifasciste est internationale mais le cas de Jock est peu relayé en France, je vous traduis donc une lettre qu’il a écrite pendant l’été 2015.

Salut à tous

Je tape cette lettre au clavier, pour vous tous, ma main me fait mal à force d’écrire, et franchement mon écriture est illisible, y compris pour moi, vous excuserez donc le caractère non personalisé de cette lettre.

La BPRA, association des prisonniers bulgares était invitée en Mai 2015 au groupe de travail du Ministère de la Justice sur la réforme pénitencière. Cela signifie que la voix et le vote de la BPRA est à égalité avec les autres membres du groupe de travail qui comprend des juges, des procureurs, des directeurs prisons qui représentent leurs institutions respectives.

BPRAIl est évident que la BPRA n’avait pas confiance dans le système de réforme, même si elle la voulait. Les juges et procureurs sont hors contexte, ils n’ont absolument aucune compréhension des problèmes rencontrés par les prisonniers bulgares, et l’opposition des administrations pénitencières à la réforme est flagrante.

À l’origine, la BPRA n’était pas invitée au groupe de travail, nous avons donc organisé une pétition de 300 prisonniers de diverses prisons et nous l’avons soumise à la fois au Ministère de la Justice et au Comité de Prévention de la Torture qui suit le processus de réforme. Nous leur avons expliqué que sans la BPRA pour exprimer les intérêts des prisonniers, ce groupe de travail était voué à l’échec.

Il est extrémement difficile de rassembler des signatures, car comme toujours les autorités de la prison convoquent chacun des prisonniers qui ont signé la pétition, pour les menacer et les punir. Les organisateurs sont bien entendu ciblés par les pires menaces dans le but de dissuader les autres. Comme d’habitude, l’une de nos pétitions nous a été volée par un gardien, mais le directeur de la prison a eu le mérite de nous la rendre par la suite.

Mais cette fois ça n’a vraiment pas été si difficile d’avoir autant de signatures tellement les prisonniers étaient excédés par tout. Le niveau de violence des gardiens et de la corruption de l’administration pénitencière ont battu des records en 2014, à tel point que les prisonniers cessèrent de boire, de se laver, d’utiliser les WC (tous les points d’eau), pendant les chaudes nuits d’été, ce qui entraîna une pandémie, sans parler des conditions insupportables avec la chaleur.

Le Ministère reconnu les difficultés du regroupement des signatures et invita alors la BPRA à proposer un représentant. Heureusement pour nous un prisonnier extrémement bien informé venait juste de bénéficier d’une grâce présidentielle en Mars. Valentine Ivanov (Valio) a purgé en prison 22 ans de sa peine à perpétuité. Il a été placé pendant 20 de ces années en total isolement, où les prisonniers sont seuls 22h30 par jour, sans travail, sans sport, sans éducation, ni aucune autre activité. Mais au lieu de perdre son temps dans la prison, Valio s’est lui-même renseigné sur toutes les lois, règlements, et procédures relatives aux institutions des prisons bulgares, et dispose d’ une vaste connaissance des lois bulgares en général. On peut dire qu’il est en Bulgarie le seul spécialiste des lois relatives aux prisons sans éducation formelle.

Nous voudrions employer Valio à plein temps, et bien qu’il mérite plus, nous sommes réalistes et Valio est d’accord pour travailler pour la même somme que son job alimentaire, soit 12 euros par jour. Nous ne pouvons donc pas employer Valio tant que nous ne sommes pas sûrs de pouvoir lui garantir une pleine paye annuelle, et les emplois sont durs à trouver en Bulgarie (sans parler pour les anciens prisonniers), il serait donc injuste de faire démissioner Valio de son job alimentaire pour en faire un chômeur dans son travail à la BPRA. Cela signifie que la BPRA doit réunir les fonds suivants :
6000 leva pour la paye de Valio.
2400 leva pour les taxes, la pension et l’assurance santé.
Ce qui fait un total d’environ 4307 euros.

Nous avons déjà pu réunir 500 euros de la part de XminY, dont on peut lire la mission dans le communiqué qui suit : « XminY croit au pouvoir du peuple pour impulser un changement par lui-même. Toute grande transformation sociale commence par de courageux individus qui font leurs premiers pas sur la voie du changement. Ce sont les gens ordinaires qui se dressent dans leur communautés, encouragent les spectateurs et travaillent à lutter avec eux pour un monde juste, loyal, tolérant et durable. »

Bien que le communiqué soit de XminY, je pense que c’est une description absolument appropriée pour la BPRA ! Alors merci à XminY pour nous aider à commencer le « Fond Valio ». XminY a d’ailleurs dit que nous pouvions utiliser leur logo dans le projet où nous utilisons leur contribution financière. Je pense qu’il serait donc justifié de tatouer le logo d’ XminY sur le visage de Valio ! Nous réfléchissons à une alternative si nous n’arrivons pas à tatouer le visage de Valio ^^

Donc j’avais par le passé appelé à des donations, et nous avons récolté plus de 6000 euros ! En un an ! Alors merci à vous tous qui recevez cette lettre et qui avez donné quelque chose ! La plupart de l’argent que nous avons dépensé était pour rémunérer des avocats défenseurs des Droits de l’Homme pour les demandeurs d’asiles et les prisonniers. Certains sont illégalements détenus, d’autres sont torturés par les gardiens. Sans la BPRA, ces prisonniers (je considère également les déténus pour raisons migratoires comme des prisonniers) n’auraient aucune représentation légale et seraient toujours maintenus illégalement en prison, continuellement battus et intimidés pour rester silencieux à propos de la torture. Quand L’État sait qu’il ya un avocat à tes côtés, les enjeux sont différents.

Toutefois je fais maintenant circuler cet appel ! Avant que l’argent récolté ne soit investi selon ce dont nous avons besoin et qu’il n’y a pas encore urgence. Quoiqu’il en soit nous avons maintenant l’ensemble d’objectifs et de cibles dont nous avons besoin pour nous rencontrer relativement tôt, pour libérer Valio de son job afin qu’il puisse travailler pleinement pour avoir un maximum d’impact sur les réformes pénitencières en cours au Ministère qui seront soumises à la considération du parlement. Faites s’il vous plaît tout ce que vous pouvez pour nous trouver de l’argent, investisseurs, concerts, ou un coup de chapeau magique ! ^^

Nos informations bancaires sont :

Donation for Bulgarian Prisoners’ Rehabilitation Association
Texim Bank
Saint George Office
26 Alexander Stamboliski Boulevard
IBAN: BG29 Texi 95451003928100
BIC: Texi BGSF

Contact : allez sur notre page facebook, faites une recherche sur l’association des prisonniers bulgares, c’est facile à trouver. On travaille pour avoir notre propre site internet mais c’est une épreuve de difficulté logistique pour nous les prisonniers, nous ne connaissons qu’un seul volontaire sur Sofia qui s’y connaît en ordinateur et en webdesign. Donc pour le moment vous pouvez nous contacter via notre page facebook.

Autrement (mais sans préférence) vous pouvez écrire à : BPRA1309@gmail.com. Il ya aussi notre blog

Si vous avez prochainement des actions prévues, accordez s’il vous plaît une pensée à notre objectif de collecte de fonds et demandez à votre entourage d’y contribuer ou d’organiser une collecte d’argent.

Nous sommes légalement reconnus comme une ONG, en tant que tels nous sommes officiellement réformistes. Nous avons déjà effectué de grands changements dans les projets de lois, avec une considération spéciale quant à la réforme du système de parole. C’est d’après cette réussite que nous avons besoin de renforcer notre influence sur les changements législatifs.

Je n’ai pas beaucoup parlé de qui nous sommes car il y a déjà beaucoup d’informations online. Mais pour faire court, notre association est reconnue comme ONG et ne comprend que des prisonniers ou d’anciens prisonniers. Sans l’interférence de personnes ne connaissant pas ou n’ayant pas connu la prison, nos objectifs et les moyens par lesquels nous les réalisons ne sont pas distordus par l’interférence externe d’idées alternatives ou contradictoires. Cela signifie que la BPRA ne pourrait pas avoir plus de bases populaires même s’il elle le voulait.

Nos principaux objectifs sont :
1) Mener à bien les réformes législatives
2) Défendre les droits des prisonniers

La BPRA est la première de son genre en Bulgarie et probablement dans le monde, bien qu’il y’ait d’autres organisations de prisonniers, elle ne sont pas des organisations reconnues, pour autant que je sache, ou/et elles ne comptent pas que des prisonniers.

Nous voulons que la BPRA prenne une telle importance qu’à chaque fois qu’un prisonnier est torturé, le prisonnier sera en mesure de contacter la BPRA qui enverra immédiatemment des inspecteurs et des avocats. Depuis trop longtemps les gardiens et les administrations de la prison reignent librement pour torturer et persécuter qui ils voulaient. Cela est en train de changer lentement, à mesure que la BPRA acquiert de la confiance et de l’expérience (et des fonds pour la défense légale), et les administrations de la prison commencent à réaliser qu’elle ne peuvent plus cibler un prisonnier parcequ’il est trop pauvre pour avoir des avocats.

Aucune origine, aucune classe sociale ou niveau d’éducation ne sera le feu vert pour que les gardiens et les administrations ciblent les prisonniers à abuser tant que la BPRA protège leurs arrières ! Dans cette considération, il est vrai que ceux qui sont ouvertement membres, ou qui sont ouvertement actif et soutiennent la BPRA ont été ciblés pour leurs actions de solidarité. Mais il y a rarement de progrès social significatif sans prendre de risque, et nous risquons régulièrement notre santé, notre vie, et notre chance de remise en liberté.

S’il vous plaît, aidez nous à nous aider nous-mêmes ! Et aidez nous à atteindre notre cible budgétaire.

Considérations.

Jock Palfreeman
Président de Association pour la Réhabilitation des Prisonniers Bulgares.

Valio consacre en ce moment son temps comme représentant de la BPRA au groupe de travail, aux rencontres d’information, aux forums publics sur la réforme pénitencière, et l’aide au support légal des prisonniers. Mais pour mettre du pain sur la table, Valio doit évidemment avoir une activité rémunérée. Il travaille couramment pour 12 euros par jours (une journée de travail peut durer 12h comme il y a très peu de droit du travail) et le problème c’est que la BPRA a vraiment besoin de Valio à temps plein. Les besoins de la réforme sont tellement détaillés que la charge de travail submerge ceux qui travaillent dessus à plein temps, laissant seule avec son job alimentaire une personne qui conviendrait au travail de réforme.

Laisser un commentaire »