Le FN fait carton plein dans les casernes de gendarmes

9 décembre 2015 0 Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Lu sur Paris-Luttes info, une analyse des scrutins du 1er tour des élections régionales dans quelques casernes de gendarmes mobiles et gardes républicains, en Ile-de-France et ailleurs, par Marc Piccolo et Jeanne Debuis.

Gendarmes

Ouille ! Ça pique le score du FN dans les casernes de gendarmes ! La lacrymo aussi !

Il y a un mois, nous avions diffusé une succincte enquête sur les candidats CRS membres du Front National. Après avoir souligné les accointances publiques et assumées entre CRS et FN, nous nous penchons cette fois-ci sur les gendarmes. Et plus spécifiquement sur les gendarmes mobiles et gardes républicains.

En juillet 2014, était publiée une étude de l’IFOP qui démontrait le vote très « bleu marine » des gendarmes mobiles et gardes républicains lors des présidentielles de 2012. Regards et La Horde s’en étaient fait l’écho.

L’IFOP avait analysé les résultats de 2012 dans les bureaux de vote « abritant dans leur périmètre une caserne de la gendarmerie mobile en milieu urbain ». Contrairement aux CRS, « les gendarmes mobiles résident avec leurs familles dans les locaux de la caserne. La concentration de ces effectifs « gendarmiques » offre ainsi une possibilité de pouvoir évaluer la réalité du vote ».

Nous avons ainsi repris la même méthode pour analyser le scrutin du 1er tour des régionales. Notre étude est loin d’être exhaustive, mais cet échantillon laisse observer un constat sans appel. En Ile-de-France, les gendarmes mobiles et gardes républicains ont voté massivement Front National.

A Versailles, se trouve le groupement blindé de gendarmerie mobile (GBGM). Le bureau de vote n°10 de la ville constitue, de ce point de vue, un « cas exceptionnel et très précieux de bureau « chimiquement pur ». En effet, ce bureau de vote situé à proximité immédiate du camp de Versailles-Satory présente la particularité de ne compter que des gendarmes et des membres de familles de gendarmes sur ses listes électorales ». 61,85% des électeurs gendarmes ont choisi le candidat « bleu marine », Wallerand de Saint-Just ! Partout (à l’exception du bureau n°11, proche géographiquement de la caserne), le score du FN plafonne à 15-20%. Si la ville des Yvelines a voté à 15,95% pour le Front National, ce dernier pourra toujours se consoler en admirant son score dans le bureau de vote des gendarmes : près de 62%, soit 274 votants sur 453.

A Nanterre (92), le bureau n°14 est lui aussi « chimiquement pur » car il est constitué uniquement de la caserne des gardes républicains avec leurs familles. 51,83% des cognes ont ainsi voté pour le FN. Là aussi le score est surprenant. En effet, nulle part ailleurs dans la ville, le FN obtient plus de 25%. A Nanterre, le Front National obtient 16,87% mais plus d’un garde républicain sur deux a voté pour l’ami fidèle de Jean-Marie Le Pen.

Enfin, sur Paris, le bureau n°46 du 13e arrondissement correspond aux habitations du boulevard Kellermann dont dépend la caserne des gardes républicaines et leurs familles. L’analyse du scrutin doit prendre en compte cette « dilution » avec les populations « classiques ». Néanmoins, c’est sur ce bureau que le FN fait le plus de voix (20,4%) !. C’est également dans le 13e arrondissement que Saint-Just fait son meilleur résultat sur Paris (10,86%). On vous laisse soin d’en tirer des conclusions…

Lire la suite sur Paris-Luttes info

Laisser un commentaire »