Australie : antifas vs. islamophobes

30 novembre 2015 3 Imprimer ce billet Imprimer ce billet

No room for racismL’extrême droite française n’est pas la seule à tenter de tirer profit des attaques terroristes qui eurent lieu à Paris et Saint Denis, le 13 novembre dernier. De l’autre côté de la terre, en Australie, des centaines de vautours ont également essayé de surfer sur la vague d’émotion internationale de solidarité envers les victimes.

A l’appel de divers groupes (Reclaim Australia, United Patriots Front,  True Blue Crew, Patriot Defence League Australia, Rise Up Australia Party, et Rights For Bendigo Résidents), des centaines d’entre eux s’agglutinèrent, le 22 novembre dernier, dans diverses villes du pays : Melton  – au nord-ouest de Melbourne – Sydney, Canberra, Perth, Brisbane, etc.

Malheureusement pour eux, les antifascistes étaient là eux aussi. Des individus non encartés ainsi que diverses organisations (No Room for Racism, Refugee Action Coalition, Freedom Socialist Party, Campaign Against Racism And Fascism, CFMEU, Socialist Alternative et des Actions Antifascistes) contre-manifestèrent, notamment dans les deux principaux points de ralliement : Melton et Sydney.

À Melton, les antifas repoussent les racistes de RA.

À Melton, les antifas repoussent les racistes de RA.

A Melton, la source de frustration des fascistes était la future construction d’une mosquée dans la ville et la création d’une école musulmane à l’Université de Victoria. Séparés par une forte présence policière, des centaines de manifestants et de contre-manifestants se firent face. Malgré le cordon policier, des bagarres éclatèrent entre les deux camps… mais aussi entre les partisans d’extrême droite, qui se seraient battus entre eux si ce n’était pas pour la police. Les réseaux sociaux s’amusèrent aussi beaucoup de ce rassemblement. En effet, comme le ridicule ne tue pas, des nationalistes se trompèrent également dans les paroles quand ils entonnèrent l’hymne australien. Fort heureusement, la sécurité du pays ne repose pas sur les épaules de ces énergumènes !

Antifa_SydneyA Sydney, les antifascistes étaient beaucoup plus nombreux que les islamophobes. La police, applaudie comme à l’accoutumé par les média, chargea les antifas sur la rue Macquarie, peu de temps après qu’ils-elles débutèrent leur défilé, laissant l’extrême droite proférer ses âneries sur la place publique.

En amont de ces rassemblements, un membre d’United Patriots Front fut arrêté le 19 novembre après que la police ait découvert des armes et un livre pour préparer des bombes chez lui. Comme quoi, les terroristes ne se réclament pas tous de l’Islam…

A propros de Reclaim Australia

Détournement du logo de RA.

Détournement du logo de RA.

Version australienne de Pegida,  Reclaim Australia est un mouvement islamophobe fondé en 2014 par un activiste sur YouTube, Shermon Burgess. Il appela à des rassemblements dans tout le pays pour le 4 avril 2015 contre l’islamisation du pays. Dès le début, ces rassemblements avaient attiré quelques centaines de personnes à Melbourne, Sydney, Perth, Hobart, Brisbane, Gold Coast, Rockhampton, Townsville et Mackay. De nouveaux rassemblements eurent lieu les 18 et 19 juillet 2015. Ceux du 22 novembre étaient leur troisième série. Bien que prétendant ne pas être racistes ni extrémistes, ils déclenchèrent des violences dès le début. A chaque fois, les antifas s’y opposèrent.

(source : Anti-fascist Action Sydney)

La Horde

3 commentaires »

  1. Andy 30 novembre 2015 at 20:05 - Reply

    La lutte contre l’islamisme n’est qu’une excuse pour des groupes d’extrême droite pour s’en prendre aux musulmans, les étrangers et plus globalement tous.tes ceux.celles qui sont différent.es.

    Comme par hasard, ils ne s’opposent pas à tous les extrémismes mais juste à un seul en particulier : l’islam. Comme par hasard, bien qu’il y ait sûrement des personnes manipulées qui ne sont pas racistes ni islamophobes, on voit des fafs défiler et en plus violement

  2. Pierre 30 novembre 2015 at 15:37 - Reply

    Salut !

    Il y a un truc qui me gêne… Ne pas aimer l’islam, n’est pas être raciste dans le sens où l’islam rassemble toutes les populations existantes de la planète ou presque, tout comme le christianisme et ses myriades de branches. Donc, selon cette logique de ne pas aimer l’islam = être raciste, on devrait l’être en étant christianophobe… Je n’aime aucune religion… Suis-je un super-raciste ? Je n’aime aucune religion : je vais tempérer. Il y a dans l’islam le chiisme et ses sous-branche ismaélienne et alévie. La première a donné les nizârites qui, dans la Vallée de Hunza, au nord du Pakistan, forme les femmes dévoilées a des « métiers d’homme » pour leur permettre de se dégager du patriarcat de la région. La seconde, turque essentiellement, a donné presque tout ce que l’islam de Turquie compte d’athées, d’agnostiques, de communistes, de socialistes, d’anarchistes et autres dans la même ligne. Il y a aussi ce type de choses dans toutes les religions, c’est pourquoi j’ai quand même voulu mettre de l’eau dans ma critique des religions dont, globalement, je me méfie.

Laisser un commentaire »