Calais: un ancien nazillon à la tête du projet de parc d’attraction

2 octobre 2015 2 Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Lu sur marianne.net:

Un ancien nazillon à la tête du projet Héroic Land de Calais

Un ancien nazillon à la tête du projet Héroic Land de Calais

Natacha Bouchart, la sénatrice-maire sarkoziste de Calais, veut construire un parc d’attractions pour redorer l’image de sa ville. C’est bien parti : elle a confié le projet à Yann Tran Long, un ancien nazillon et mercenaire au long cours domicilié à Hongkong.

Calais, terre de migrants et de CRS ? Natacha Bouchart n’en peut plus de ce raccourci qui fait la une des journaux depuis des semaines. La sénatrice (de l’ex-UMP) et maire de la ville attendait donc beaucoup de la visite officielle de Manuel Valls, le 31 août. « Les services du Premier ministre ont les dossiers du Calaisis entre les mains. Ils savent comment aider le Calaisis à se développer, à changer son image », a-t-elle averti dans la presse locale. L’édile espère obtenir le déblocage de plusieurs dizaines de millions d’euros pour dynamiser le territoire. Une réunion doit se tenir à ce sujet en octobre. « La situation migratoire subie induit des difficultés dans la recherche d’investisseurs, précise à Marianne un membre de son cabinet. L’Etat doit compenser en amorçant financièrement les projets ».

Parmi eux, il en est un que la maire de Calais, tête de liste aux régionales dans le Pas-de-Calais et secrétaire nationale de l’ex-UMP en charge de la ville, défend bec et ongles : un parc d’attractions, baptisé Heroic Land, qui devrait ouvrir ses portes en 2019, selon les dernières prévisions. Ce chantier à 275 millions d’euros est situé à l’entrée de l’agglomération, dans la ZAC du Virval. Il s’étendra sur plus de 75 ha, avec pas moins de 32 manèges, des restaurants, des centres commerciaux, des parkings… A la clé, un millier d’emplois et 1,5 million de visiteurs dès la première année – soit le 5e parc français en termes de fréquentation, selon la communication ronflante faite autour du dossier. Du lourd. Et une manne inespérée pour ce territoire rongé par les fermetures d’usines et la paupérisation (17 % des Calaisiens sont au chômage). « Ce parc, qui mêlera l’univers des mangas, de l’heroic fantasy et des grands aventuriers, s’inscrit complètement dans l’air du temps avec des attractions ultramodernes, jamais vues ailleurs », s’enthousiasme Marc Legrand, chargé de mission à Calais Promotion, l’organisme public, présidé par Natacha Bouchart, qui pilote la phase préparatoire. Le député-maire ex-UMP de Saint-Quentin, Xavier Bertrand, candidat à la présidence de la future région Nord-Pas-de-Calais – Picardie, soutient l’affaire. Le conseil régional socialiste, présidé par Daniel Percheron, aussi, quoi que plus discrètement.

Au total, 600 000 € ont déjà été investis pour financer les études préalables. GDF Suez et NGE, un gros groupe de travaux publics, ont mis la main à la poche aux côtés de la Ville de Calais et de la communauté d’agglomération.

Paradis fiscal

Beaucoup d’argent, et de promesses donc, pour un projet concocté et dessiné par Yann Tran Long (ci-contre), le « masterplanner » mandaté par la mairie, et sa société Loftus Overseas Management, domiciliée à Hongkong. Un nom et un montage qui ont fait tiquer l’ancien maire communiste de la ville, Jacky Hénin, aujourd’hui conseiller d’opposition. « J’ai examiné le dossier et j’aimerais savoir à qui j’ai affaire, confie-t-il à Marianne. J’ai demandé à Mme Bouchart lors d’un conseil municipal si cet homme, qui ne s’est jamais présenté à nous mais à qui on vire de l’argent public dans un paradis fiscal, a quelque chose à voir avec le Tran Long d’extrême droite qui apparaît quand on cherche sur Internet. On m’a répondu que c’était une erreur, qu’il avait un homonyme, que c’était son frère qui avait un passé trouble, bref, qu’il fallait arrêter de propager de fausses informations ! »

Pour ce qui est du frangin, pas de doute : les accointances passées et présentes de Minh Tran Long avec la droite dure sont clairement établies (lire l’encadré ci-dessous). Quid, en revanche, de Yann ? Le cabinet de Natacha Bouchart, comme les services de Calais Promotion, sont catégoriques : « Cette histoire pourrait faire mal politiquement à la sénatrice-maire, souligne-t-on dans son entourage. Elle n’aurait pas pris de risque s’il y avait des doutes. Or, il n’y a pas de doute : Yann Tran Long fait partie aujourd’hui des cinq meilleurs au monde dans son domaine et ce n’est pas un ancien néonazi, il nous l’a certifié par écrit ! » Le courrier, que Marianne s »’est procuré, est daté du 6 mars dernier. Adressé à Calais Promotion, il se veut sans nuances. « Monsieur TranLong entend vous informer qu’il ne fait aucunement partie de la mouvance d’extrême droite, de près ou de loin », assure Me Philippe de la Gatinais, son avocat, par ailleurs défenseur de Frédéric Chatillon, le prestataire vedette du FN et grand ami de Marine Le Pen.

Extrait du PV d'audition de Yann Tran Long daté du 1er juillet 1980

Extrait du PV d’audition de Yann Tran Long daté du 1er juillet 1980

La suite ici

2 commentaires »

  1. oncle tuco 3 octobre 2015 at 15:59 - Reply

    bravo a la journaliste de marianne qui a du surement lire le commentaire publie sur le site de la horde suite a l’article sur le concert de lsd a frejus tout y est déjà écrit avec de nombreux détails supplémentaires
    ça c’est de l’investigation
    pourrez citer ses sources
    mais bon on a l’habitude d’être copier sans être citer

  2. Théo 2 octobre 2015 at 14:53 - Reply

    Même sur un plan purement économique ce projet ne tient pas.. Il est passé de 350 M à 275 M (-22%) en 4 mois pour équiper 75 hectares… Ce Tran Long est dans tous les coups: il avait créé en 2008 en sous main « Loisirs Attraction Magazine » un journal de parc d’attractions pour envoyer des pigistes « journalistes » récupérer des infos ici et là pour sa société Loftus à l’époque installée à Asnières avant de partir dans le paradis fiscal chinois. Les pauvres journalistes n’ont pas tous été payés…comme des dessinateurs d’ailleurs dont un a été employé plus tard par la compagnie des alpes.

Laisser un commentaire »