Cartographie de l’extrême droite française (mise à jour 2015)

28 septembre 2015 70 Imprimer ce billet Imprimer ce billet

À quoi ressemble l’extrême droite aujourd’hui ? Pas facile de répondre. C’est pourquoi, pour la quatrième année, nous proposons sous forme de schéma une cartographie actualisée des principaux groupes ou partis nationalistes, racistes et réactionnaires, regroupés par « famille ». En attendant une version interactive sur le site d’ici quelques semaines, vous pouvez déjà la commander en version papier ici, ainsi que d’autres nouveaux argumentaires, dont l’un sur les idées reçues sur l’antifascisme, que nous présenterons d’ici quelques jours.

schema2015siteIl n’est pas toujours facile de s’y retrouver, d’autant que les positions idéologiques des uns et des autres ne peuvent plus suffire pour comprendre leurs liens, tant ces groupes sont capables d’alliance improbables ; leur importance numérique ou leur popularité sur internet peuvent, dans un sens comme dans l’autre, nous tromper sur leur importance réelle. Enfin, et c’est la tendance du moment, l’attitude ou la stratégie confusionniste de nombreuses formations rend encore plus difficile la lisibilité de ce milieu. Ainsi, pour mieux anticiper et combattre leurs actions et leurs idées, notre schéma propose des repères sur les différentes nébuleuses qui composent le mouvement nationaliste français, que nous avons grossièrement regroupés de la façon suivante :

Les institutionnels

Respectueux des règles de la démocratie représentative, invités par tous les médias, ils représentent la partie la plus «présentable» de l’extrême droite à laquelle ils se défendent par ailleurs d’appartenir.

La Droite Populaire a été créée par des parlementaires de droite (ayant souvent milité à l’UNI, au MIL ou au GUD), chargés de défendre une ligne « dure » au sein du parti de Nicolas Sarkozy. Elle a été supplantée par la Droite forte, un courant fondé par un ancien du FN et du MPF, avec pour slogan « Nous sommes fiers d’être Français, nous sommes fiers d’être de droite », majoritaire au sein de l’UMP, devenu les Républicains.

Le Front national est la principale formation d’extrême droite : fondée en 1972 par les néofascistes d’Ordre nouveau et d’autres groupuscules nationalistes, le FN est vite devenu « la chose » de son président Jean-Marie Le Pen. Au début des années 1980, il rassemble les différents courants de l’extrême droite, des plus traditionnels (catholiques intégristes, anciens collabos, partisans de l’Algérie française) aux plus radicaux (solidaristes, nationalistes-révolutionnaires, néonazis…). La scission de 1998 a affaibli le parti durant plusieurs années, jusqu’au congrès de Tours de 2010, où Marine Le Pen a succédé à son père avec la volonté affichée de s’affranchir des courants historiques du nationalisme français. Le FN dispose également d’une structure pour la jeunesse, le Front National Jeunesse, qui n’a plus la même dynamique que par le passé.

Crée en 2012, le Rassemblement Bleu Marine regroupe autour du FN de Marine Le Pen des groupuscules souverainistes comme le SIEL dans l’espoir à la fois d’élargir son audience électorale et de fondre le FN dans une structure plus large et passe-partout.

Sans réel succès sur le plan électoral, les mouvements souverainistes ont des stratégies variables à l’égard du FN : le SIEL a choisi l’alliance électorale, Debout la France (ex-Debout la République) de Nicolas Dupont-Aignan la refuse tout en se rapprochant de la Ligue du Sud, tandis que d’autres, comme l’UPR, joue la carte du confusionnisme.

Liste électorale créée en 2005 avec les Identitaires et des anciens du FN par l’actuel maire d’Orange, Jacques Bompard, membre fondateur du Front national, élu maire en 1995 sous l’étiquette FN (il a quitté le parti de Jean-Marie Le Pen la même année), la Ligue du Sud se caractérise par son implantation locale et sa fidélité à des positions nationalistes radicales.

Les modernes

Prétendant souvent rompre avec l’extrême droite traditionnelle, ils aiment brouiller les cartes et, amateurs de coups médiatiques, sont à l’aise avec les nouvelles technologies.

Version française du mouvement Kach du rabbin Khahane, la LDJ se distingue par sa violence et son soutien à l’extrême droite israélienne. Ses cibles favorites sont plus l’extrême gauche pro-palestinienne que l’extrême droite antisémite (exception faite de Dieudonné).

Issus d’Unité radicale, le Bloc identitaire tente depuis sa création de se démarquer de l’extrême droite traditionnelle tout en recrutant parmi les jeunes nationalistes. Sans référence idéologique, il mise sur la communication et Internet. Génération identitaire, sa structure jeune, est ainsi mise en avant lorsqu’il veut créer le buzz. Mais les Identitaires ne sont pas arrivés à se créer un espace politique distinct : le rapprochement de leur leader Philippe Vardon et du FN, si il se confirmait, pourrait entraîner la dislocation des Identitaires.

Créé en 2007, Riposte laïque exprime son islamophobie sous couvert de défense de la laïcité. Il est aujourd’hui très isolé et donc prêt à toutes les alliances.

Le Mouvement d’Action sociale s’est développé dans l’ombre des mouvements nationalistes en mettant en place des structures comme la webradio Méridien Zéro, qui est aujourd’hui leur principale activité. Inspiré par les néo-fascistes italiens de Casapound, le MAS tente parfois de «s’inviter» dans les mobilisations d’extrême gauche ou, au prétexte de l’anticapitalisme, de jouer sur une certaine confusion, en particulier à travers sa revue Rébellion.

Fondé par Alain Soral en 2007, Égalité & Réconciliation avait à l’origine comme ambition de regrouper nationalistes de droite et patriotes de gauche. Mais après l’échec de la liste antisioniste en 2009, ceux qui voulaient transformer E&R sont partis, et l’incohérence politique de Soral a fait le reste. E&R se caractérise essentiellement par son antiféminisme et son antisémitisme virulent, et n’est plus que le fan-club de Soral, et l’un des principaux relais de Dieudonné. Les deux guignols ont récemment lancé une structure pour retenter l’aventure électorale (et toucher de l’argent public), Réconciliation nationale.

Si le noyau dur de ce petit milieu n’évolue guère, le négationnisme peut remercier Dieudonné qui aura contribué à faire connaitre ses thèses délirantes et certains de ses auteurs comme Robert Faurisson devenu une « vedette » chez les troupes du pseudo-comique, ou encore à Vincent Reynouard qui a pu étendre son auditoire. Le noyau dur reste regroupé autour de listes de diffusion telle que « Bocage », et de rares publications ou catalogues de VPC.

Les thèses  conspirationnistes ne sont pas l’apanage de l’extrême droite, et certaines viennent même de la gauche. Mais elles fournissent  souvent des arguments aux fachos de toutes sortes, car derrière chaque conspiration ou presque se cacheraient  les « sionistes » (i.e. les Juifs) et/ou les impérialistes (le « grand Satan » américain), ce qui a permis ponctuellement des rapprochements contre-nature. Bien que d’aspect confus, le milieu conspi est organisé en  un réseau très dense d’individus et de groupes. On peut citer  le Réseau Voltaire, Re-Open911, Nouvelle Solidarité de J. Cheminade, Alterinfo…

Prétextant une information « plurielle » et la volonté de se démarquer des médias « officiels », des webTV se sont spécialisées dans les tribunes offertes à l’extrême droite. Loin d’offrir une information honnête, elles ne font que relayer ses contre-vérités racistes, et, plus grave encore, elles les légitiment en les mettant côté à côte avec quelques autres invités plus « progressistes ».

Les bourrins

Ces groupes obéissent à des logiques de bandes, souvent derrière un chef totémique : leur faiblesse numérique est compensée par un folklore provocateur et une violence assumée.

L’Œuvre Française (OF) poursuit sous ce nom ses (rares) activités depuis sa dissolution à l’été 2013. Des cadres de l’OF « infiltrés » dans le FN ont été victimes de la politique de normalisation de Marine Le Pen. Des militants de l’OF animent le CLAN (Comité de Liaison et d’Aide Nationaliste, qui soutien «leurs» prisonniers) et d’une structure féminine, Les Caryatides. Proche des nostalgiques de Vichy ou de l’Algérie Française, des antisémites et des catholiques intégristes, l’OF représente la branche «dure» de l’extrême droite française.

Pâle copie du mouvement étudiant né en 1969,  le GUD est mené à Paris par Logan Djian, et à Lyon par Steven Bissuel. En dehors de l’agitation dans leurs quartiers (comme dans le XVe à Paris avec son local Le Crabe-Tambour), l’activité du GUD se résume à des conférences et de rares manifs (comme le 13 mai à Paris) ou sorties pour aller voir leurs amis italiens de Casapound. A l’inverse, certains de leurs ainés tels que Frédéric Chatillon ou Axel Loustau sont devenus incontournables au FN depuis qu’ils sont en « affaires » avec le parti de Marine Le Pen.

La mouvance skin d’extrême droite connaît un regain d’activité par rapport aux années 2000. S’il n’existe pas à proprement parler d’organisation skinhead fédérant tous les groupes au niveau national, on retrouve plusieurs groupes qui se font remarquer par leur activisme politique. Depuis la dissolution des JNR et de Troisième Voie de Serge Ayoub (qui s’est recyclé dans un club de bikers, les Praetorians), les skins d’extrême droite se sont de nouveau éparpillés dans la nature. C’est sans doute cette situation qui a provoqué un regain d’activité pour des mouvements comme Blood & Honour Hexagone ou les Hammerskins dont les activités sont plus mercantiles que militantes.

Né d’une scission du Bloc identitaire, le Réseau Identités se structure autour de la Ligue du Midi de la famille Roudier, dont l’activité est exclusivement locale.

Les anti-FN

Ces partis regroupent en grande majorité des déçus du FN, qu’ils espèrent reconstruire tel qu’il était dans les années 1980-1990.

Fondé en 2009 par Carl Lang, Le Parti de la France est le principal représentant des mouvements qui tentent d’incarner ce qu’était le FN des années 1980, c’est-à-dire une structure institutionnelle regroupant toutes les tendances de la mouvance nationaliste, en regroupant les opposants de Jean-Marie Le Pen (puis de Marine Le Pen). Allié à la NDP et au MNR, ses résultats électoraux restent insignifiants, et sa composition militante a tout de l’auberge espagnole.

Ironie de l’Histoire, Jean-Marie Le Pen, le fondateur et président du FN pendant 40 ans s’est retrouvé en septembre 2015 mis au ban du parti par sa propre fille. À 87 ans, difficile de lui donner un avenir politique, mais peut-être sa personnalité lui survivra-t-elle pour donner lieu à l’émergence d’un courant concurrent du FN new look version Philippot.

Créé en 1994 et dirigé par Pierre Vial, (ex-FN) Terre & Peuple, mouvement racialiste et païen, permet aux nationalistes de se retrouver autour du feu.

Les nostalgiques

Ils rêvent au retour de la France éternelle, celle de la monarchie absolue, du droit divin et des traditions oubliées.

Les réseaux catholiques intégristes sont denses et complexes, et mériteraient un schéma à eux tout seuls. Civitas, proche des intégristes de la Fraternité Saint-Pie X, en est la principale organisation d’agitation politique. De même la plupart des organisations anti-IVG, trop nombreuses pour toutes apparaître ici, sont en contact avec des groupes nationalistes. Leurs principales activités sont les « Marches pour la vie » et les prières devant les centres IVG organisées par SOS Tout Petits.

Collectif au service d’une idéologie réactionnaire soutenue par la droite catholique, la Manif pour Tous a organisé en 2012-2013 des manifestations massives contre le projet de loi sur le mariage homosexuel. Mobilisé sur le thème de la défense de la famille traditionnelle et de l’homophobie, ses militants sont invités à privilégier l’entrisme, en particulier au sein de la droite traditionnelle. Une scission en 2013 de ses éléments les plus radicaux a donné naissance au Printemps français aujourd’hui moribond.

Lancée il y a peu, SOS Chrétiens d’Orient réussi grâce à une thématique très actuelle à diffuser ses idées et son travail auprès, tant chez les Identitaires que les cathos tradis, et jusque dans les rangs de l’assemblée nationale où la cause des chrétiens d’Orient est portée par quelques élus.

Créée en 2005 et dirigé par Thibault de Chassey, le Renouveau français a rompu avec le FN et s’est rapproché de l’Œuvre française. Le RF s’est doté sur Paris d’un point d’ancrage et de diffusion avec l’ouverture de la Librairie française à Paris.

Né à la fin du XIXe siècle, l’Action française est le plus vieux mouvement nationaliste en activité. Mouvement royaliste autrefois école de formation d’extrême droite, l’AF, présidé par S. Blanchonnet, organise aujourd’hui quelques rassemblements ou des débats. Il arrive que ses militants fassent les gros bras pour protéger des personnalités d’extrême droite, comme Alain Soral ou le maire FN de marseille Stéphane Ravier.

6) Surtout présents dans le Sud-Est, les nostalgiques de l’Algérie Française ( Adimad, qui regroupe des anciens de l’OAS, ainsi que le Comité Véritas, le Cercle Algérianiste, Jeune Pied-Noir …) peuvent localement représenter un lobby nationaliste non négligeable.

70 commentaires »

  1. Théophane 25 avril 2016 at 10:25 - Reply

    Jolie tableau très fournis, on a de quoi s’occuper toute l’année là, mais il manque les anti-fa ! :/

  2. Militant unef 21 avril 2016 at 12:50 - Reply

    Et l’UNI ?

    • La Horde 21 avril 2016 at 14:53 - Reply

      Bien vu : on pensera à eux dans la prochaine version du schéma !

  3. Jean 7 avril 2016 at 04:38 - Reply

    Il me semble qu’un lien aurait pu être mis entre les cathos intégristes, et notamment la FSSPX, et les négationnistes (via Vincent Reynouard), de même qu’entre E&R et Civitas (Escada relayé sur E&R via « l’émission » « L’heure la plus sombre »), de même qu’entre JMLP et E&R (le « journal de bord » de JMLP systématiquement relayé sur E&R), de même qu’entre des anciens gros gudars (Châtillon et Péninque) et Soral/E&R (ce qui confirme aussi un lien actuel entre E&R et le new FN compte tenu des relations de Le Pen fille avec les dits gros gudars). Mais j’admets volontiers qu’on ne peut citer sur un même document toutes ces chapelles qui s’entrecroisent, de même qu’on ne peut pas forcément mentionner tous ces liens au risque de perdre en lisibilité. Bravo en tout cas pour ce schéma didactique.

  4. Mehdi 16 février 2016 at 23:28 - Reply

    Et la Cocarde ?

    • La Horde 19 février 2016 at 17:32 - Reply

      Elle n’existait pas encore quand nous avons fait le schéma. À mettre dans une prochaine mise à jour !

  5. John 7 février 2016 at 17:41 - Reply

    Le fascisme est avant tout une idéologie révolutionnaire qui prétend façonner un Homme nouveau sur le modèle de la nation. Hormis les nationalistes révolutionnaires de l’Oeuvre Française (et Jeune Nation), je ne vois pas ce genre de prétention dans la sphère de l’extrême-droite. Il faut être précis car mettre des « facho » tout va, cela finit par banaliser le terme. J’y vois surtout beaucoup de nationalisme contre-révolutionnaire, qui veut que le catholicisme redevienne la religion d’Etat, le droit du sang, le retour de la peine de mort, l’interdiction de l’avortement…

    • La Horde 8 février 2016 at 16:48 - Reply

      On ne peut résoudre le fascisme à sa version historique : nier que le sens du mot s’est étendu, c’est faire preuve de mauvaise foi. Quoiqu’il en soit, notre cartographie n’est pas celle du « fascisme », mais bien de l’extrême droite, donc on ne voit pas bien le sens de ton commentaire…

  6. John 7 février 2016 at 17:34 - Reply

    Le masculinisme est avant tout une fabrication sémantique pour mettre à la fois les authentiques réactionnaires, nostalgiques d’un passé machiste, et les authentiques antisexistes qui se distinguent du féminisme médiatique (appartenant à la gauche caviar ou à l’extrême-gauche, qui est identitaire et misandre), comme Patrick Guillot. Il est important de bien distinguer ces deux composantes.

    • La Horde 8 février 2016 at 17:02 - Reply

      Dire que Patrick Guillot est un « authentique antisexiste », surtout en l’opposant aux féministes, c’est un peu comme faire de Bernard Antony (président de l’Alliance générale contre le racisme et pour le respect de l’identité française et chrétienne (AGRIF), et grand pourfendeur du « racisme anti-blanc ») un « authentique antiraciste » : autrement dit, un authentique foutage de gueule ! Oui, le masculinisme existe, et il n’y a que les masculinistes qui s’ignorent pour dire le contraire. En essayant de nous faire prendre les dominants pour les dominés et inversement, en qualifiant toute féministe de « misandre », Guillot tente en effet comme il le peut de faire des hommes des victimes dans une société patriarcale, c’est-à-dire dominée par les hommes : or c’est justement le propos masculiniste, une fable qui voudrait nous faire croire que ce sont les femmes qui menacent les droits des hommes, alors que, dans la sphère publique comme dans la sphère privée, au travail comme à la maison, c’est l’inverse qui est à l’œuvre tous les jours.

  7. bricio 20 janvier 2016 at 04:34 - Reply

    Bonjour
    La particularité des « modernes » n’est-il pas le confusionnisme ? Ils sont capable de surfer sur la laïcité, la république, la libre pensée, la commune de paris, y compris sur Lénine et Trotsky (non, je ne plaisante pas) Je crois que seul l’audace ne leur fait pas défaut…

  8. Lilaslilas75 16 janvier 2016 at 13:12 - Reply

    Et sur quelle branche de votre arbre (beau boulot) posez vous le mouvement des masculinistes s’il vous plait?
    Merci

    • La Horde 16 janvier 2016 at 15:42 - Reply

      À notre connaissance, le masculinisme n’a pas de représentation organisée en France d’une importance suffisante pour être citée (mais on ne connait pas tout). Cela dit, c’est vrai que d’une façon générale, les anti-féministes pourraient trouver leur place dans le schéma : on va y réfléchir pour la prochaine version

  9. jojo 10 décembre 2015 at 14:48 - Reply

    Jean Marie dans les anti FN, je suis surpris que vous soyez tombé dans le panneau de la soit disant séparation Père -Fille… Cela leur à juste permis d’occuper les médias tout l’été et les revoilà copain comme cochon au lendemain du 1er tour…

    • La Horde 11 décembre 2015 at 16:55 - Reply

      C’est peut-être toi qui tombe dans le panneau de la réconciliation feinte… Car il y a bien une ligne de fracture entre les partisans d’un FN « canal historique » et ceux de la ligne Philippot.

  10. RistoBop 10 décembre 2015 at 09:21 - Reply

    Assez cocasse de lire dans le même tableau, sur la même ligne, dans le même encadré jaune « Soral/ Dieudonné » et … « la ligne de défense juive » !

    • La Horde 11 décembre 2015 at 16:54 - Reply

      Oui, mais pas si absurde que cela puisse le paraître : si tu as lu la légende, on a mis sous la même rubrique ceux qu’on appelle faute de mieux les « médiatiques » ou les « modernes », qui représentent une forme « rénovée » de l’extrême droite. Cela ne signifie pas qu’à l’intérieur il puisse y avoir des groupes antagonistes.

  11. LEBARAKIN 28 octobre 2015 at 18:10 - Reply

    Félicitations pour ce travail !! cependant, ne manque-t-il pas le MPF, le parti qu’avait créé Philippe de Villiers ? Merci !

    • La Horde 29 octobre 2015 at 09:50 - Reply

      Le MPF était dans la version 2013 du schéma, mais depuis, en raison de la faiblesse de l’activité très locale du MPF, on l’avait retiré : mais De Villers a fait son come-back récemment avec la sortie de son livre dans lequel il cède à la mode du « grand remplacement » (ça fait vendre !), pas de doute qu’on s’intéresse de nouveau à lui…

  12. geedorah 26 octobre 2015 at 16:50 - Reply

    le cercle des volontaires, c’est des gens qui font des reportages, en somme de l’information ….
    je vais sur leur site de temps à autre et rien, je dis bien rien ne permet de les mettre dans votre schéma
    s’ils ont des idées d’extrême droite, ils ne l’affichent pas, ils abordent des thèmes de société, sous un autre angle, mais si penser différent que la doxa c’est être d’extrême droite, alors ok … moi j’les voyais plus d’extrême gauche….

    • La Horde 27 octobre 2015 at 14:32 - Reply

      Renseigne-toi sur Youssef Hindi, Christophe Oberlin, François Asselineau, Paul-Eric Blanrue, Richard Gage ou encore Ginette Skandrani, pour prendre simplement quelques exemples des personnes interviewées par le Cercle des Volontaires ces 4 derniers mois : un ramassis de nationalistes, antisémites et conspirationistes… Les ennemis de nos ennemis ne sont pas forcément nos amis ! Plus d’infos sur le Cercle ici :
      http://lahorde.samizdat.net/2014/12/02/petit-rappel-sur-ce-quest-le-cercle-des-volontaires/

  13. Mazdak 24 octobre 2015 at 23:57 - Reply

    Pensez-vous que la mouvance djihadiste y aurait sa place ?
    Même s’il elle serait à part du reste.

    • La Horde 25 octobre 2015 at 09:18 - Reply

      Qu’est-ce que la « mouvance djihadiste » dont tu parles ? À quels groupes en France penses-tu exactement ? Car on a déjà répondu sur l’islamisme radical, qui n’a pas, à notre connaissance, d’expression politique publique en France. Pour ce qui est des groupes religieux intégristes, on ne les a pas fait apparaître dans le schéma à l’exception des catholiques, en raison de leur liens très étroits et très anciens avec l’extrême droite.

      • Mazdak 25 octobre 2015 at 23:40 - Reply

        Un moment donné, il y a eu le groupuscule Forsane Alizza, mais qui a été rapidement dissous. Mais c’est vrai qu’il n’y a pas vraiment de groupes organisés qui ont pignon sur rue.

  14. matt 23 octobre 2015 at 01:48 - Reply

    Et zemmour dans les institutionnels ?

    • La Horde 23 octobre 2015 at 11:24 - Reply

      Et Finkelkraut, Bruckner, Houellebecq, Renaud Camus, etc. Si on commence, on ne s’arrête plus ! Le schéma essaye de donner de la visibilité à l’extrême droite organisée en privilégiant les groupes et partis, et on a fait le choix de mettre les individus de côté. C’est peut-être une erreur dans la politique-spectacle d’aujourd’hui, en grande partie centrée sur les individus.

  15. matt 23 octobre 2015 at 01:43 - Reply

    On pourrait pas mettre le survivalisme et san giorgio entre soral et le mas ?

    • La Horde 23 octobre 2015 at 11:13 - Reply

      Évoquer le survivalisme, pourquoi pas, effectivement ; quant à San Giorgio, il est suisse…

  16. Françoise 20 octobre 2015 at 15:36 - Reply

    Bonjour, merci pour cet éclairage.
    Je ne comprends pas que dans la liste des intégristes catholiques, ne soient pas présents les groupes du Renouveau Charismatique dans son ensemble, Alliance Vita, la Fondation Lejeune, la Fondation de Service Politique (enfin ce qu’il en reste, Liberté Politique) ni des personnalités comme Clara Lejeune Gaymard, Christine Boutin, Tugdual Derville, Gregor Puppinck, les groupes masculinistes comme SOS Papa, les groupes comme SOS Education, Contribuables et Associés, mais aussi l’European Centre for Law and Justice (ECLJ). Tous ces gens sont étroitement liés au groupe intégriste catholique Opus Dei (liée au franquisme) et ont conçu à la fois le Printemps Français, les Veilleurs mais aussi la Manif Pour Tous. Et ils sont proches des milieux d’extrême droite, en ont les idéologies même si plus masquées voire dans certains cas, niées et prétendument ouvertes (voir les propos récents de Clara Lejeune Gaymard). Beaucoup de citoyens et de cathos français ignorent l’appartenance idéologique de ces personnes à l’extrême droite. Il me semble qu’il y a un gros travail à faire au plan pédagogique et citoyen. Réduire les intégristes cathos à Civitas et la FSSPX, dissocier la Manif pour Tous d’Alliance Vita, de l’Opus Dei et de la Fondation Lejeune, c’est permettre à ceux que j’ai cités de prospérer et de continuer de tromper des citoyens et des croyants cathos sincères.
    Sachant que ces groupes et personnalités prospèrent et obtiennent que les gouvernants soient de droite ou de gauche, des postes, des tribunes et de nouvelles responsabilités, donc de nouvelles emprises, il m’apparaît urgent d’agir et de démasquer leurs activités et idéologies réelles fachos et théocratiques.
    Fiammetta Venner et Caroline Fourest avaient fait il y a une dizaine d’années un début d’enquête sur ces groupes. Depuis, certains groupes et individus ont grandi et conquis énormément d’espace média et politique sans être pourtant identifiés fachos et dénoncés comme tels.
    L’association depuis la Manif Pour Tous entre les groupes et personnalités opusiennes et Civitas est manifeste (notamment via l’affaire Lambert avec la mère de Vincent Lambert encadrée par une personnalité issue de l’Opus Dei et de la Fondation Lejeune).
    Autre bizarrerie: la même Fondation Lejeune fait régulièrement passer ses adhérents opusiens par la Cour des Comptes, parfois Bercy. Jean-Marie Le Méné (Liberté Politique et ancien dirigeant de la Fondation Lejeune, marié à Carine Lejeune, la soeur de Clara) en est un exemple.
    Enfin, comment la Fondation Lejeune, organisation intégriste catholique peut-elle relever de l’utilité publique puisque son objectif est du même tonneau que SOS-Tout Petits et Laissez-les vivre? La façade d’aide aux trisomiques est une vitrine abusive, d’autant que la vraie découvreuse de la trisomie 21 Marthe Gautier a eu ses travaux volés par Jérôme Lejeune.
    Pourquoi n’y a-t-il pas eu de la part des antifas, des articles sur le sujet au moment où la Fondation Lejeune est venue par voie d’huissiers, interdire la remise de prix génétique à Marthe Gautier en janvier 2014?
    Pourquoi ne pas parler non plus de l’implication de Bernard Kouchner dans la légitimisation et l’obtention de l’utilité publique pour la Fondation Lejeune fin des années 90?

    • La Horde 20 octobre 2015 at 19:33 - Reply

      Comme le montre ton (long) commentaire, pas de place pour parler de tout le monde. On retient cependant l’idée d’évoquer la fondation Lejeune dans la partie « anti-IVG ».

      • Françoise 20 octobre 2015 at 21:29 - Reply

        Merci beaucoup. Si vous pouviez faire le lien avec l’Opus Dei, De Villiers et Boutin, ce serait bien. Trop de français ignorent ces ramifications et du coup la Fondation Lejeune et donc forcément l’Opus Dei en profitent, ainsi que tous leurs satellites d’extrême droite.

  17. Emmanuel Rousselet 20 octobre 2015 at 14:54 - Reply

    Une bonne cartographie, mais qui oublie une mouvance qui n’est pas sans influence et cousinage (en particulier avec « terre et peuple » de pierre vial) : la nébuleuse nouvelle droite d’alain de benoist et ses amis

    • La Horde 20 octobre 2015 at 19:38 - Reply

      Effectivement, mais on a volontairement choisi de ne pas évoquer les cercles de réflexion pour des raisons de lisibilité, et l’influence de la Nouvelle Droite sur l’extrême droite est un peu datée : déterminante dans la construction des discours dans les années 1980-1990, elle l’est beaucoup moins aujourd’hui.

  18. PolN 7 octobre 2015 at 05:21 - Reply

    C’est assez bien détaillé mais selon moi, il en manque un très important : Hervé Ryssen. Même s’il n’est pas vraiment encarté, ses livres bien qu’ultra marginalisés (regardez son twitter et vous verrez pourquoi) sont assez lus et ruminés par les nationaux tendances racialistes et antisèm’. Le type est pris au sérieux p, il argumente et rationalise

    • La Horde 7 octobre 2015 at 12:55 - Reply

      Selon nous, Hervé Ryssen n’est pas important: car en plus d’être un négationniste et un antisémite obsessionnel, c’est surtout un guignol égocentrique (l’un n’empêche pas l’autre bien entendu). Sûr qu’il aurait été flatté d’être dans notre schéma… Mais quand on a parlé de lui, c’était surtout pour évoquer ses tendances masochistes, dans ses multiples accrochages ou embrouilles avec des figures musclées du milieu nationaliste.

  19. Paulo 6 octobre 2015 at 08:12 - Reply

    Bonjour beau travail. Par contre quelque chose me trouble. Je vois la LDJ (juifs intégristes), les cathos intégristes mais pas les musulmans intégristes? pourquoi?

    « Le parti Musulman de France (PMF) »

    A des liens avéré avec l’extrême droite. En 2003 à l’occasion du colloque du GRECE, on pouvait observer les contacts pris entre la mouvance néo-fasciste voir néo-nazie et le Parti des musulmans en France. En janvier 2009 le PMF défilait alors aux côtés des mouvements Égalité & Réconciliation, et du RED. Selon le journal Le Point, le dirigeant de ce parti, Mohamed Ennacer Latrèche serait un proche du général Syrien Tlass, celui-là même qui aida financièrement à une époque le GUD.

    Et il y en a d’autres!

    • La Horde 6 octobre 2015 at 08:24 - Reply

      Comme tu le dis, le PMF aurait parfaitement sa place dans le schéma. C’est la faiblesse de son actualité et de son activité actuelles qui peut justifier son absence (à notre connaissance, le PMF n’a plus aucune activité, mais on n’est pas au courant de tout), alors que la LDJ, dans la rue, fait encore parler d’elle.

  20. Un partageux 2 octobre 2015 at 16:20 - Reply

    Félicitations pour ce qui a du représenter un gros boulot !

    Bien sûr on peut toujours imaginer des classements / regroupements un poil différents mais c’est fort intéressant (et pertinent : « les bourrins »).

    Il y aurait aussi à ajouter des associations très spécialisées, par exemple dans le domaine de la langue française, qui sont ouvertement d’extrême-droite ou sont bien proches des idées d’extrême-droite. Une petite recension ici :

    http://www.langues-cultures-france.org/la-charte-europeenne-des-langues-regionales-pour-les-nuls-et-par-les-nuls/

    Et puis on aurait aussi intérêt à examiner des orgas qui sont en train de virer lof pour lof comme Riposte Laïque naguère. Je songe notamment à La Libre Pensée qui affiche encore des slogans anarchistes tout en fricotant avec tout ce qu’on compte de royalistes, traditionalistes, nostalgiques d’un pouvoir fort et tient dans ses conférences des propos en accord avec Riposte Laïque, le Siel, les Clubs Penser la France et d’autres nationalistes infréquentables même avec une longue fourchette.

  21. Ryndak 1 octobre 2015 at 21:08 - Reply

    Bonjour,

    Qu’est-ce que l’UPR vient faire dans ce schéma de l’extrême droite (qui s’avère très détaillé et très utile par ailleurs)?

    Depuis quand être un parti eurosceptique, qui argumente via des conférences sourcées de plusieurs heures (sans aucune ambiguïtés/confusion d’aucune sorte), vous classe de facto dans la catégorie « réactionnaire » ou nationaliste? A ce compte là, on pourrait y ranger l’ensemble des eurosceptiques (ATTAC, Lordonc etc).

    • La Horde 1 octobre 2015 at 21:36 - Reply

      Un ancien fan de Pasqua et De Villiers qui pense que le FN est une création de la CIA (pour nuire à l’UPR !!), qui a été invité au local de Serge Ayoub et qui idolâtre Vladimir Poutine dont il fréquente sans complexe les médias (type Russia today), on trouve qu’il a bien sa place dans le schéma… Pas toi ?

      • Talma 28 octobre 2015 at 22:19 - Reply

        Bonsoir,
        Avoir participé à la création d’un partis politique avec Pasqua et De Villiers ne fait pas de vous un fan de ces gens là, sachant qu’ils étaient tout les trois Gaullistes et dans le cadre de leur travail. (…)
        Il n’a pas été invité dans ce local par S. Ayoub directement… Il a d’ailleurs répondu plusieurs fois à ce sujet en vidéo…
        Il n’idolâtre pas non plus Poutine, il s’essaye à la même volonté de détente avec la Russie, Chine etc… que pratiquait De Gaulle… Il reproche beaucoup aux médias Français de ne pas parler de lui, il ne va pas se priver si les Russes l’invitent 😛
        Je ne suis pas un « fan » de qui que ce soit, mais j’ai pris le temps de vérifier ce qu’on reproche réellement à ces gens 😛

        • La Horde 29 octobre 2015 at 10:01 - Reply

          Tu n’as pris le temps que de copier-coller la fable de l’UPR sur le passé de son gourou. La vérité est tout autre, évidemment.
          Asselineau, pas fan de Pasqua ? C’est marrant, on dirait pourtant l’inverse sur cette vidéo :
          https://www.youtube.com/watch?v=SgCFDqkJmko
          Asselineau, allé « à l’insu de son plein gré » au Local d’Ayoub ? Il est pourtant resté quatre heures à débattre avec la clientèle très particulière de ce bar d’extrême droite sans être gêné le moins du monde !
          http://rebellyon.info/Attention-l-ultra-droite.html#nh4
          Quant à la Russie, c’est tellement évident qu’on ne retiendra qu’une seule bouffonnerie : Asselineau demandant à la Russie (dont les prisons et les cimetières sont pleins des opposants politiques à Poutine) d’envoyer des observateurs russes pour surveiller les élections présidentielles en France…
          Avis aux trolls de l’UPR : on répond une fois, mais pas deux, alors pas la peine de nous inonder de votre propagande.

  22. idoine 1 octobre 2015 at 05:31 - Reply

    le PIR rentre t-il dans votre reflexion? Ce mouvement se veut racialiste, anti semite, homophobe etc… meme si des militants du NPA le soutiennent?

    • La Horde 1 octobre 2015 at 16:37 - Reply

      Non, le PIR ne se revendique ni antisémite, ni homophobe. Nous ne partageons pas sa grille de lecture qui tend à systématiquement « racialiser » les relations sociales, qui reposent selon nous avant tout sur des rapports de classe, mais cela ne fait pas du PIR un mouvement d’extrême droite.

      • m2sai 21 novembre 2015 at 14:33 - Reply

        Le PIR est clairement un parti qui a des connivences on ne peut plus claires avec Dieudonné, Soral et les conspis.
        Au même titre, des organisations telles que l’UOIF ont dans leurs rangs des islamistes notoires, influents.

        Je ne comprendrai jamais votre silence, votre complaisance parfois, à l’égard de telles organisations islamistes, sous couvert de lutte contre l’islamophobie, sous couvert de défense des opprimés. J’en appelle à votre histoire, ce sur quoi l’antifascisme s’est construit, car s’il nous faut avancer et penser l’avenir en luttant au présent, notre mémoire reste notre meilleure arme face aux maux qui nous guettent.

        Je connais vos travaux sur l’islamo-fascisme et je suis conscient que vous n’occultez pas la question. Seulement, j’ai la triste impression que vous ne mesurez pas l’ampleur de ce défi.
        En plaçant la LDJ, des extrémistes plus nationalistes que religieux, et en justifiant par « on entend parler d’eux dans la rue », quelles sont leurs actions ? Ces imbéciles ne sont personne et n’ont aucun projet, ils sont vraiment très peu. Alors que les organisations type UOIF ont une vraie résonance populaire et populiste, le PIR séduit de plus en plus d’anti-système. Les conspis de tous bords s’y retrouvent, en pensant que le PIR institutionnalise leurs conneries.
        Ce qui fait la force du PIR c’est qu’ils ne soient justement pas cités par ceux qui dénoncent l’extrême droite et la combat, pourtant j’y vois un même combat à mener contre ces profiteurs de misère sociale.

        • La Horde 21 novembre 2015 at 15:30 - Reply

          Ne pas être d’accord avec la grille de lecture du PIR (c’est notre cas, même si nous le reconnaissons le mérite d’avoir réactivé, et même imposé, la question du poids du colonialisme dans le racisme contemporain), et même la trouver potentiellement dangereuse car « compatible » avec la vision raciste de celles et ceux qui lisent le monde à travers le prisme d’un fantasmatique « choc des civilisations », tout cela n’autorise pas à faire des rapprochements abusifs. Qu’est-ce qui te permet de dire que le PIR est proche des soraliens, alors que des textes du PIR disent exactement le contraire ? En quoi le PIR est-il « islamiste » ? Tout cela ne peut être affirmé à la légère. Quant à sa supposée influence grandissante, sur quoi t’appuies-tu là encore pour le dire ? Il nous semble plutôt que son charabia essentialiste et prétentieux reste totalement inaudible auprès du public auquel il prétend s’adresser…
          Pour ce qui est de l’UOIF, on y trouve différentes tendances de l’islam français, et il serait malhonnête de le réduire à ses représentants les plus conservateurs et les plus réactionnaires. Là encore, à quoi cela sert-il de faire des amalgames ? Nous n’avons aucune sympathie particulière pour les organisations religieuses, quelles qu’elles soient : mais c’est quand, dans la sphère publique, elle cherche à imposer leur vision du monde (comme c’est le cas pour Civitas, par exemple), qu’elles doivent être fermement combattues.
          Et pour la LDJ (ou du moins ceux qui s’en réclament), l’actualité récente (l’agression de militants communistes à Paris cette semaine) montre que sa capacité de nuisance est intacte, et qu’elle doit être dénoncé comme telle.

  23. Franck 30 septembre 2015 at 20:12 - Reply

    Une erreur : Rébellion n’est pas la revue du MAS, mais de l’OSRE (voir leur site). Ces deux mouvements sont distincts.

    • La Horde 1 octobre 2015 at 17:22 - Reply

      Tu as tout à fait raison : cela dit, les deux structures sont quand même très proches, et regroupent très peu de gens, on peut donc se permettre de les mettre ensemble. Mais merci pour cette précision.

  24. Shepherd 30 septembre 2015 at 18:13 - Reply

    Pourquoi considérez vous l’UPR comme « fachistes Institutionnels » ?
    Merci d’avance pour votre réponse

    • La Horde 1 octobre 2015 at 16:32 - Reply

      C’est toi qui rajoutes « fascistes » ; on dit juste que c’est un parti réactionnaire et nationaliste qui se présente aux élections, ce qui le range dans la rubrique « institutionnels ».

  25. xfhdthfgj 30 septembre 2015 at 09:32 - Reply

    Faudrait voir à pas oublier l’UPR et François Asselineau

    • La Horde 30 septembre 2015 at 14:00 - Reply

      Justement, l’UPR est dans le schéma, avec les souverainistes.

  26. Pierre 29 septembre 2015 at 23:04 - Reply

    Même remarque que précédemment concernant skinheads/boneheads.
    Le schéma étant toujours plus complet, peut être faudrait-il le passer en A3 RV afin de moins limiter les infos.
    Le texte explicatif étant sur un A4 R/V voire un 4p. A4.
    Enfin pour le web, ça pourrait être sympa d’avoir une version interactive (l’UAT l’avait pour Tolosa et sa région) par famille qui serait complétée et mise à jour par rapport à la version papier.
    OUI je sais ça beaucoup beaucoup (trop ?) de boulot, bon courage à tout-es au passage !

    • La Horde 30 septembre 2015 at 08:01 - Reply

      Pour le format, les deux premières versions étaient en A3, mais il était moins facile de le présenter sur les tables de presse ou dans les librairies. La version papier restera donc probablement en A4 : et s’il n’y a pas assez de place pour tout le monde, on fera des choix ! Pour ce qui est de la version interactive, c’est déjà en développement, et elle devrait être dispo avant la fin de l’année civile.

  27. Sanguo 29 septembre 2015 at 18:26 - Reply

    Il n’y a pas le Parti de l’émancipation des peuples (ex M PEP) ? Il sont le même programme que l’UPR, ils y ont donc leur place.

  28. Faris 29 septembre 2015 at 14:32 - Reply

    Par curiosité, où placeriez-vous la mouvance Colibri (Pierre Rabhi) ?, que certains considèrent appartenir avec d’autres mouvements écolos (Sea Shepherd notamment) à l’extrême droite. Voir notamment : http://www.lesenrages.antifa-net.fr/sea-shepherd-reactionnaire-mon-cher-watson/

    • La Horde 29 septembre 2015 at 14:45 - Reply

      Rabhi adopte des positions réactionnaires sur certains sujets, mais cela ne fait pas de son mouvement un parti d’extrême droite. Ce sur quoi alertent des sites comme les Enragés, dont nous ne partageons pas toujours les analyses, c’est sur la tentation de l’essentialisme et d’une relation mystique à la nature de certains mouvements écologistes, qui peuvent leur rapprocher sur certains points de la conception organiciste de la société défendue par des groupes d’extrême droite.

  29. hakim 29 septembre 2015 at 11:12 - Reply

    Il manque celui là à mon avis : Fils de France (ou les musulmans d’extreme droite).

    • La Horde 29 septembre 2015 at 12:01 - Reply

      C’est vrai, l’association de Camel Bechikh aurait bien sa place dans le schéma. Reste que son activité est pour le moment assez confidentielle… Mais ce n’est pas une raison pour ne pas la citer. Il faudrait la caser quelque part entre la Manif pour tous et Égalité & Réconciliation, ce qui n’est pas évident.

  30. Ismaël 29 septembre 2015 at 11:08 - Reply

    Même si je peux comprendre l’argument d’une lecture aisée pour tous, en tant que sharp l’usage du terme skinhead pour définir ceux contre qui je milite fait assez mal… Boneheads ou néo nazis auraient été plus adaptés.

  31. antifa93 28 septembre 2015 at 18:21 - Reply

    Rapprochement notable Riposte Laïque/Parti de la France sur plusieurs événements.

  32. Vincent 28 septembre 2015 at 15:46 - Reply

    Je ne vois vraiment (vraiment hein) pas ce que vient faire l’Agence Info Libre la dedans.
    Ils traitent assez souvent de sujets internationaux (notamment liés à Israël) mais ne font jamais d’amalgames (notamment entre juif ou sioniste). Ils donnent toujours la parole à des personnes très intelligentes au discours éclairé et jamais violent ou raciste.
    Je ne comprends donc pas en quoi ce média peut être qualifié d’extrême droite.

    • La Horde 28 septembre 2015 at 16:54 - Reply

      On te conseille de lire l’article suivant :
      http://lahorde.samizdat.net/2014/11/25/lagence-info-libre-propagande-dextreme-droite/
      Après, évidemment, si Dieudonné, Alain Soral ou Serge Ayoub sont pour toi « des personnes très intelligentes au discours éclairé et jamais violent ou raciste« , alors effectivement, tu ne peux pas comprendre…

      • Dispater 1 novembre 2015 at 19:11 - Reply

        Sauf que ça reste un média qui ne donne pas d’avis direct sur la politique, ils restent neutre… Et sur le coup, ne font que de la critique du système et du pointage du doigt des problèmes sociétales.

        Mais sur ce point, l’extrême droite dissidente et l’extrême gauche anticapitaliste ont un gros point commun… ils pointent du doigt les mêmes problèmes de la société. Inégalité Social, Communautarisme, Sionisme, Capitalisme, Corruption médiatique et Judiciaire, Monopolisation de l’intellectuel…

        L’extrême droite Dissidente et l’extrême gauche Anticapitaliste pointe du doigt les mêmes problèmes mais ne propose pas les mêmes solution.

        AIL restant assez neutre dans ses articles, touche donc facilement un public d’extrême gauche car ils ne proposent pas de solution miracle et n’incite pas a voter FN ou autre mouvement d’extrême droite. Il ne font que le constat des problèmes sociétale.

        • La Horde 1 novembre 2015 at 19:52 - Reply

          Il n’y a pas d’extrême droite « dissidente » comme tu le prétends, et nous n’avons rien de commun avec elle : allié objectif du capitalisme, elle défend une vision inégalitaire du monde, tente de substituer à la lutte des classes une lutte « ethnico-culturelle » des prolétaires entre eux, et défend l’exploitation « de proximité » (le protectionnisme) au nom de la nation. C’est pourquoi, l’extrême droite, même avec un faux-nez, est et restera toujours un ennemi : et celles et ceux qui comme l’AIL leur servent la soupe et veulent nous faire gober la vieille fable nationaliste-révolutionnaire des « anti-système », doivent l’assumer. Leur confusionnisme peut peut-être t’abuser (bien que la novlangue que tu utilises a du mal à rendre crédible ta fausse naïveté), pas nous. UnE anticapitaliste cohérentE marche sur deux pieds : il/elle met l’un dans la gueule du patron, l’autre dans la gueule du facho.

  33. Leskop 28 septembre 2015 at 13:33 - Reply

    C’est un peu obsolète comme « cartographie ».
    Mieux vaut se focaliser sur le plus gros enjeux actuel : le FHaine.

    On doit aussi être vigilants sur les deux derniers mouvements actifs qui prennent de l’ampleur : les Identitaires & l’Action Française.
    Ils fournissent aussi en cadres le FN.

    • La Horde 28 septembre 2015 at 16:50 - Reply

      Tu ne dis pas ce que la cartographie a d’obsolète (même s’il y a bien une appellation dépassée : « Debout la République » est devenu depuis bientôt un an « Debout la France », on reconnait l’erreur). Pour ce qui est des Identitaires, ce sont tes informations qui nous semblent obsolètes, car le mouvement ne fait que s’affaiblir et se déliter depuis plusieurs années maintenant. Quant à l’AF, on peut lui reconnaitre une certaine vigueur, mais relative quand même: le FN va chercher ses cadres ailleurs depuis bien longtemps maintenant.

  34. Anton 28 septembre 2015 at 10:46 - Reply

    Bonehead plutôt que Skinhead, non !? Marre des amalgames… et même si c’est sans doute pour faciliter la compréhension de tous et de chacun vu l’usage erroné dans les médias de « Skinhead » pour désigner les « Bonehead » ayant un look proche et se revendiquant à tort de cette culture aux origines pourtant colorés qui leur déplait tant !

  35. granfred 28 septembre 2015 at 10:35 - Reply

    un petit reproche =

    il aurait fallu mettre bone head au lieu de skin head !!!!!!

Laisser un commentaire »