Grande-Bretagne : les nazis chassés de Liverpool, forcés de se cacher dans la consigne à bagages

21 août 2015 0 Imprimer ce billet Imprimer ce billet

 

L’Anti-Fascist Network (AFN – réseau antifasciste) a publié le compte-rendu de la journée de mobilisation antifasciste contre la « marche de l’homme blanc » à Liverpool, ce samedi 15 aout 2015. Cette journée a été une réussite, cet article nous permet de revenir sur le déroulé et les enjeux de cette riposte.

 

lire l’article originel sur le site de l’AFN

getinthesea

 

La mobilisation d’hier contre la très néonazie « marche de l’homme blanc » à Liverpool a été une victoire écrasante pour l’antifascisme militant, une humiliation complète et une déroute totale pour l’Action Nationale.

Les néonazis n’ont pas pu faire leur marche, ils n’ont pas pu manifesté et n’ont même pas pu quitter la gare.

Ils ont été chanceux de s’en sortir sans plus de blessures que ça, et c’est seulement en se cachant derrière une fine ligne de flics de Liverpool qu’ils ont finalement pu être évacués et chargés dans les fourgonnettes de police et amenés à l’extérieur de la ville.

Ils ont été forcés de se cacher pour se protéger dans la boutique de consigne des bagages, alors qu’une énorme foule d’antifascistes les ont raillé, chahuté et bombardé de bouteilles d’eau, d’oeufs, de bananes, de lait, de jus d’orange et autre articles d’épicerie divers.

Loin des 150 personnes qu’ils attendaient, la « marche de l’homme blanc » a rassemblé seulement 25 à 30 nazis, bien qu’il y en avait probablement d’autres qui ont décidé que la discrétion serait la meilleure des bravoures et n’ont jamais montré leur faces.

Des centaines d’habitants de Liverpool ont rejoint l’Antifa Network pour bloquer entièrement, perturber et briser la « marche de l’homme blanc » qui a été annulé grâce à la contre-manifestation massive et vociférante. Les gens de Liverpool n’ont rien lâché face aux nazis.

 

 

Coup par coup

La journée a commencé quand des membres locaux de l’Antifa Network se sont retrouvés dans les jardins de l’Église St Luke. Ce point de rendez-vous public avait été menacé par les suprémacistes des Infidèles du Nord Ouest, qui avaient dit que les antifascistes allaient rencontrer leur némesis.

Cependant, les fascistes ont fait marche arrière et ne sont pas du tout venus. Heureusement pour eux d’ailleurs, car nous sommes arrivés en masse avec environ 100 antifascistes de tout le pays. Très rapidement, des tas de gens du coin se sont joint à nous, jusqu’à ce que nous soyons plus de 300 personnes, avant de partir dans les rues et de marcher sur Wetherspoons dans la rue de Lime, dont l’intelligence antifasciste nous avait indiqué que ce serait le lieu de rendez-vous des nazis. Alors que nous passions, on a reçu des encouragements de la part de locaux agitant un drapeau irlandais au dessus du bar irlando-américain McHale dans la rue de Lime.

La foule, de plus en plus grosse, chantait et criait alors que nous entourions le Wetherspoons où les nazis à l’air inquiet ont pu être vu à l’intérieur. Ayant bloqué l’entrée principale, la foule se dirigea vers l’arrière et finalement dans la gare de Lime Street où nous trouvions 20 nazis à l’arrière de Wetherspoons, entouré par une petite ligne de flics. Ce groupe incluait le leader des Infidèles du Nord Ouest Shane « Diddyman » Calvert, les chefs de l’Action Nationale Wayne Jarvie et Alex Davies, l’ex-dirigeant de la branche jeune du BNP (British National Party) Jack Renshaw, et Kévin Watmough, fondateur de Redwatch.

Ce petit groupe a été dégagé par la foule déferlante jusqu’à la boutique de consignes de la station, où ils ont été bombardés d’oeufs et autres aliments. A l’hilarité générale, le dirigeant de la boutique a finalement fermé les rideaux métalliques, enfermant les nazis à l’intérieur, avant de se casser. Cependant après quelques minutes, les flics ont évidemment décidé que laisser les nazis dans la consigne à bagages le reste de la journée n’était pas une solution pérenne. Ils ont ré-ouvert les rideaux et, contre la résistance substancielle de la foule antifasciste, ont réussi à conduire le troupeau de fascistes au coin de la rue et en dehors de la station. Mais pas avant que quelques fascistes aient reçus des coups de la foule.

A ce moment là, la police a essayé de persuader la foule antifasciste que bien que la marche nazie n’aurait pas lieu, ils pourraient faire une manifestation statique à l’extérieur de la gare. Ils ont vite abandonné cette idée. La foule était très remontée et n’en avait rien à faire. C’est dévenu évident que ça allait être bien plus compliqué pour que les flics sortent les nazis de Liverpool en un morceau.

Pendant ce temps là, un groupe inattendu de 4 ou 5 skinheads du National Front sont apparus à la sortie au milieu de la gare de Lime Street. Ils ont été rapidement pris à partie par la foule et un d’eux, Ade Brooks, s’est vu confisqué son drapeau « white power » qui a été brulé plus tard. Ce groupe a aussi été rapidement poussé par la police à l’extérieur de la gare , mais pas avant d’avoir reçu quelques coups de plus de bonne mesure.

Quelque part au milieu de la mélée, les nazis ont aussi perdus un autre drapeau « white power » et le notebook avec tous leur discours racistes.

Finalement, les nazis ont été poussés de la gare aux fourgons de flics et emmenés loin de la zone.

Avec le départ des nazis, les antifascistes victorieux ont marché sur le trajet que l’Action Nationale avait prévu de faire, du centre ville à Pier Head. La marche a été bruyante, colorée et de célébration, avec à ce moment là, plusieurs centaines, peut-être même un millier de personnes. A Pier Head, là où les nazis auraient du tenir leur conférence de haine, on a tenu une célébration impromptue dans un coucher de soleil glorieux, avec séances de photos, fumigènes, chants et chansons. Les antifascistes se sont dispersés petit à petit, traversant une ville libérée des nazis pour un accueil chaleureux au bar McHale.

La police a annoncé 6 arrestations sur ce jour, mais sans faire la distinction entre les fascistes et les antifascistes, alors on ne sait pas encore combien d’arrêtés sont de notre côté. On sait qu’il n’y a pas eu de blessures de notre côté.

Bien sûr, ce compte-rendu ne reflète que ce qu’a vu un petit groupe de persones pendant la marche de samedi. Il y aura bien plus d’histoires de cette journée et nous serons heureux de les entendre. S’il vous plait, restons en contact en gardant à l’esprit nos propres expériences et les meilleurs moments.

 

 

 

Pourquoi Liverpool était important ?

C’est important d’apprécier la signification de ce que l’on a tous accompli samedi et pourquoi on a choisi de se mobiliser contre la « marche de l’homme blanc » en premier lieu. Depuis l’émergence de l’EDL en 2009, ce pays a vu une recrudescence de l’activité de rue d’extrême droite, même si l’extrême-droite électorale elle a décliné. L’EDL a commencé à clamer que ce n’est pas raciste de s’opposer à l' »extrémisme islamique ». Cependant les antifascistes ont été bien conscients quant aux risques d’ouvrir la boite de pandore du nationalisme et de l’intolérance. Et maintenant, en 2015, on peut voir où ceci nous a mené – ce qui avant était impensable – que des Nazis totalement assumés se sentiraient assez en confiance pour essayer de marcher sur un centre-ville multi-ethnique majeur un samedi après-midi.

On peut voir la vérité de ce « en temps réel », comme ici, avec les Infidèles du Nord Ouest, qui à l’origine sont une scission de l’EDL, ils sont allés si loin dans le « nationalisme blanc » que maintenant ils se félicitent d’être présents aux manifestations qui célèbrent l’Holocauste.

L’Action Nationale existe en tant que groupe seulement depuis 2 ans, et au départ principalement comme un phénomène internet. Cependant, ils ont été ambitieux et grâce à une image propre et professionnelle, ils ont rapidement gagné en notoriété et en publicité à travers des séries de controverses. Dans le petit monde éclaté des mouvements d’extrême droite de rue, ils ont rallié des gens à leur cause en apparaissant disciplinés avec une image et un message cohérents, à l’opposé du foutoir alcoolique que constitue les restes de l’extrême-droite. Ils ont aussi émergé grâce à leur jeunesse et leur focus sur la création d’un mouvement de jeunesse nationaliste blanc. Ils ont conscienceusement essayé d’émuler le mouvement « nationaliste autonome » du continent, qui tente de copier les tactiques et l’apparence des anarchistes et de créer une sous-culture militante des suprémacistes blancs.

L’Action Nationale ne sera jamais une organisation de masse, ce n’est pas leur stratégie. Ils veulent être le plus extrême possible, pour dire ouvertement les choses que le reste de l’extrême-droite pense mais ne dira pas. Le danger premier qu’ils représentent, comme on le voit avec le militant de l’Action Nationale Zack Davies, qui a sauvagement attaqué et essayé de décapiter un asiatique dans un supermarché, c’est de nourrir et élever des terroristes.

On ne peut pas laisser l’Action Nationale réussir à créer en Angleterre ce qui existe dans beaucoup d’autres pays en Europe – une sous-culture disciplinée, extrême, néonazie militante et jeune.

Alors samedi n’a pas été seulement une victoire locale écrasante pour garder Liverpool libre de nazis, mais aussi un coup important contre le plus inquiétant développement de l’extrême-droite de ces temps-ci. Heureusement, le contraste entre la rhétorique perpétuelle et bombardante de l’Action Nationale et la réalité misérable de leur humiliation totale par les antifascistes va quelque peu entaillé leur gloire auprès des autres membres de l’extrême-droite, dont ils ont besoin pour faire le nombre dans leur manifs. Je ne peux pas imaginer des membres du National Front, du British Movement, des Infidèles ou de Renaissance Nationale de Pologne sauter sur l’occasion d’aller à la prochaine sortie de l’Action Nationale.

 

 

Quelle suite ?

Ce n’est évidemment pas la fin de l’Action Nationale, et certainement pas la fin de la lutte contre le fascisme. L’Action Nationale est un petit groupe et ne peut pas rassembler autant de monde que l’EDL. Cependant, à Liverpool, on a montré ce qui peut être fait avec quelques efforts d’organisation et on espère que ça servira d’inspiration pour les antifascistes à travers le pays et que ça nous mènera à d’autres victoires contre l’extrême-droite.

Les prochaines dates pour ton agenda sont :

– l’appel des antifascistes de Berkshire contre les Infidèles à Slough le 5 septembre

– la mobilisation de l’Antifa Network contre la manif anti-immigration du NF et de la South East Alliance à Dover le 12 septembre

– la mobilisation des antifascistes d’Essex contre l’EDL à Colchester le 26 septembre

Si tu es intéressé pour t’engager dans notre travail contre l’extrême-droite ou pour être mis en contact avec le groupe de l’AFN le plus proche, où encore tu peux nous contacter au niveau central. Tout le monde peut prendre part, de diffuser les idées sur internet, à distribuer des tracts, ramasser de l’argent, présenter des meetings publics, et aller aux manifestations – y a pleins de trucs à faire pour en faire partie.

 

 

 

Finalement…

Finalement et le plus important, l’AFN voudrait étendre son remerciement plein d’amour à toutes celles et tous ceux qui ont bougé samedi et soutenu notre appel pour stopper la « marche de l’homme blanc ». On a été plus victorieux que ce que l’on aurait pu espérer, et ce niveau de réussite est là grâce à chacun.e qui a été présent, et spécialement aux gens de Liverpool qui sont venus dans les rues par centaines pour dire aux nazis qu’ils ne seront jamais tolérés dans leur ville.

 

Les Scousers unis ne seront jamais vaincus !

Laisser un commentaire »