Paris : SOS Tout-Petit manifeste contre le centre d’IVG de Port Royal

4 juin 2015 2 Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Ornella Guyet, du site Confusionnisme.info, nous a envoyé un compte rendu complet de la séance de prière de rue de l’association SOS Tout-Petits, organisée le samedi 30 mai à proximité du centre d’IVG de la maternité de Port-Royal à Paris. Les cathos intégristes entendent remettre ça le 13 juin prochain… 

Après la vague de rassemblements à proximité du centre d’IVG de Tenon entre 2011 et 2013, SOS Tout-Petits s’était déjà rendue devant Port-Royal en octobre et décembre 2013. Entre temps, Xavier Dor, le porte-parole de l’association fondée en 1986 et l’initiateur des fameux « commandos anti-IVG », s’était introduit à deux reprises en juin 2012 dans les locaux du Planning familial et y avait intimidé une femme souhaitant avorter, des faits pour lesquels il a été condamné à 10 000 euros d’amende en octobre 2014.

SOS Tout Petits

Prière de rue du samedi 30 mai 2015.

Depuis, on n’avait plus entendu reparler de SOS Tout-Petits jusqu’à l’appel au rassemblement du 30 mai, qui semble devoir inaugurer une nouvelle vague de prières à proximité de la maternité de Port-Royal, puisqu’un nouveau rassemblement est prévu le 13 juin, ainsi que plusieurs à partir de la rentrée. Ces rassemblements se situent dans le cadre des « Rosaires pour la vie », qui se déroulent d’ordinaire tous les samedis sur le parvis de Notre-Dame depuis 1999.

Non contente de s’opposer à l’avortement, SOS Tout-Petit s’oppose aussi à la contraception, vue comme un « pesticide humain », et va jusqu’à affirmer sur ses tracts que cette dernière « ne protège pas véritablement du Sida, le préservatif étant poreux pour les très petites particules notamment le virus du Sida. » Pour lutter contre cette maladie, elle prône « fidélité, chasteté, maîtrise de soi », prétendant que c’est la promotion de tels comportements qui aurait permis à l’Ouganda de voir reculer la maladie[1]

A Tenon, les rassemblements militants anti-IVG avaient réuni entre une vingtaine et une centaine de personnes lorsqu’ils avaient été rejoints par des membres de Civitas ou du Renouveau français, rassérénés à la même époque par le succès de leurs mobilisations contre des pièces de théâtre jugées « christianophobes ». Le 31 mars 2012, Alain Escada, secrétaire général de Civitas, était ainsi venu en personne prier devant Tenon.

L’abbé Guy Pagès, cyber-croisé

Xavier Dor (en pardessus brun) et l'abbé Pagès (de profil).

Xavier Dor (en pardessus brun) et l’abbé Pagès (de profil).

Ce 30 mai, SOS Tout-Petits a beaucoup plus modestement rassemblé autour de sa cause une vingtaine de personnes à l’angle du boulevard Montparnasse et de l’avenue de l’Observatoire, tandis qu’une cinquantaine de contre-manifestants s’étaient réunis non loin de l’entrée des urgences gynécologiques. Le rosaire (récitation du chapelet dédiée à la Vierge Marie) était animé par l’abbé Guy Pagès, un prêtre de l’Église catholique spécialisé dans l’évangélisation sur Internet et la lutte contre l’islam, animateur du site « Islam et vérité » qu’il présente comme suit :

« Si donc la vocation d’Islam-et-verite.com est de donner cette objective et nécessaire connaissance de l’islam aux chrétiens, elle est encore d’affermir leur foi, de sorte qu’ils sachent non seulement résister à leur islamisation – et donc damnation – programmée, mais encore, soient capables d’apporter la Bonne Nouvelle du Salut aux musulmans, souvent difficiles à toucher autrement que par internet, où eux-mêmes sont d’ailleurs déjà très présents pour islamiser (les pétrodollars servant très largement à cela) les pauvres Occidentaux si massivement déchristianisés. »

Il y a quelques années, le Père Pagès s’est fait remonter les bretelles par sa hiérarchie pour la publication de vidéos anti-islam et anti-judaïsme sur YouTube. Il a dû retirer l’une d’entre elles, qui selon Monseigneur Michel Aupetit de l’Archevêché de Paris, « laissait penser que la Shoah était une punition divine ». Bien évidemment, Pagès a contesté ce désaveu, qui n’est toutefois pas allé jusqu’à entraîner de sanctions particulières à son égard. Mgr Aupetit avait à l’époque expliqué que la « rigidité » de ce prêtre ainsi que « sa difficulté à accepter le choix de ses supérieurs » avaient contraints ceux-ci à le décharger de tout ministère. Dans le même courrier, il qualifiait d’« obsession » le rapport de Pagès à l’islam, indiquant également que ce dernier était « mal conseillé par ses amis intégristes ».

Bien que prêtre catholique diocésain[2], Pagès est connu pour fréquenter Saint-Nicolas-du-Chardonnet, où il peut notamment être aperçu les jours de Gay Pride (le défilé passant devant l’église intégriste, ses fidèles organisent ce jour-là des prières d’expiation dans l’édifice et sur le trottoir). Ses écrits sont également relayés par La Porte latine, portail de la Fraternité sacerdotale Saint-Pie-X sur Internet, dont certains prêtres tels l’abbé Beauvais ont animé des prières de SOS Tout-Petit devant l’hôpital Tenon ((. SOS Tout-Petits affiche aussi ses liens avec Renaissance catholique, une association de laïcs visant à défendre les valeurs du catholicisme traditionaliste et qui est aussi un des relais de l’abbé Pagès, qui devrait animer une table ronde lors de sa prochaine université d’été autour du thème « Comment annoncer l’Évangile aux musulmans ? »

DSC_0061Ce samedi étaient également présente une membre des Chevaliers du Christ-Roi, déjà aperçus à Tenon et reconnaissables à leur longue cape rouge. D’origine polonaise, cet ordre laïc revendique 4000 membres dans le monde. Parmi les habitués également, un militant de l’association aujourd’hui dissoute Solidarité des Français (SDF), qui organisait des soupes populaires au cochon une fois par mois devant la gare Montparnasse.

Une protection policière inédite

DSC_0086A noter la protection policière inédite dont a jouit SOS Tout-Petits : alors que leurs rassemblements à Tenon pouvaient être couverts par la presse, il était cette fois-ci impossible même aux journalistes de les approcher. En principe, seuls ceux qui étaient accrédités auprès de la préfecture étaient autorisés à les filmer ou les photographier, depuis un trottoir situé de l’autre côté de l’avenue de l’Observatoire, à 50 mètres d’eux. La séance photo n’a pas duré longtemps, les flics raccompagnant prestement les quelques journalistes présents vers le métro et justifiant cette sévérité par l’aspect « sensible » du sujet.

Un des objets du délit : un anodine photographie des flics en faction devant la maternité de Port-Royal.

Un des objets du délit : un anodine photographie des flics en faction devant la maternité de Port-Royal.

Alors que nous revenions vers la contre-manifestation, certains ont même exigé de visionner les photos prises par nous de leurs collègues en faction devant la maternité pour s’assurer que leurs visages étaient floutés, alors même que rien n’interdit de photographier les policiers dans l’exercice de leurs fonctions, ni ne les autorise à procéder à ce genre de contrôle. Ils n’ont pas été jusqu’à exiger leurs effacement (ce que nous aurions été là aussi en droit de refuser), mais c’était moins une, et ils ont voulu voir une carte de presse.

A noter que le même jour, une « Marche pour Jésus » à vocation œcuménique et initiée par des courants évangéliques a réuni 3000 personnes à Paris, ainsi que quelques centaines d’autres dans plusieurs villes de province. L’année dernière, Bordeaux Bordel avait fait un reportage sur cette manifestation soutenue par la mairie d’Alain Juppé et à laquelle avaient alors pris part des partisans de la Manif pour Tous, dont Denys Gerbore, l’initiateur de l’événement.

Ornella Guyet

  1. En oubliant au passage que si abstinence et fidélité sont mises en avant dans les campagnes de lutte contre le Sida en Ouganda, la promotion et la diffusion de l’usage du préservatif reste leur arme principale. Tracts de SOS Tout-Petits dont sont issues ces citations. []
  2. On qualifie de « prêtre diocésain » un prêtre appartenant à l’Église catholique, par opposition à ceux officiant dans des organisations comme la Fraternité sacerdotale Saint-Pie-X (dont dépend Saint-Nicolas-du-Chardonnet) qui malgré les négociations engagées sous l’impulsion du pape Benoît XVI, n’a jamais été réintégrée dans l’Église catholique de part son refus de reconnaître le Concile Vatican II. []

2 commentaires »

Laisser un commentaire »