Musique : Resaka Sonora, « Nuevas máscaras (para antiguos fascistas) »

3 avril 2015 0 Imprimer ce billet Imprimer ce billet
Un morceau antifa de Resaka Sonora, intitulé « Nuevas máscaras (para antiguos fascistas) » [Nouveaux masques pour anciens fascistes]

Resaka Sonora est un groupe de Ska-Rock bordelais, fondé en 2011, dans une ville qui, malgré sa réputation froide et bourgeoise, a toujours été un vivier créatif dans le milieu alternatif. La Resaka, c’est 7 musiciens, et une volonté de s’inscrire dans cette dynamique de contre-culture, conscientisée mais aussi festive. Le groupe jongle entre textes en français, castillan et basque, et oscille entre antifascisme et internationalisme. Un album 14 titres vient de sortir. Le groupe l’a enregistré lui-même, avec l’aide précieuse de ses amis. Il le distribue également lui-même, grâce à un réseau solidaire qui l’aide à diffuser son travail. Il est disponible pour la somme de 5 euros, (+2 euros en frais de port par correspondance), et sera dans quelques jours en téléchargement gratuit.

resakasonora@riseup.net / Facebook

Paroles :

La amenaza se cerne sobre la ciudad, nuevos fantasmas, nuevos peligros. Tv y radio chizporrotean, y de nuevo arden los libros. Cuando caiga la noche. Sera demaciado tarde. Nuevas mascaras para antiguos fascistas. Y de nuevo, falsos profetas surgen, religion y miedo siempre blanden. Reaccionnarios, haora disfrazados. Hoy se democratiza la camisa negra. Se acercan los dias somrios. Otra vez la misma historia. cuando caiga la noche, sera demasiado tarde.

Traduction

La menace fond sur la ville, Nouveaux fantômes pour nouveaux périls, Télés et radios grésillent, Et de nouveau, on calcine des livres. Quand tombera la nuit, il sera déjà trop tard… Nouveaux masques pour anciens fascistes… De nouveau, des faux prophètes surgissent, Religion et peur, ils continuent de brandir, Réactionnaires maintenant déguisés, La chemise noire se démocratise… Les jours sombres arrivent… Encore une autre fois la même histoire… Quand tombera la nuit, il sera déjà trop tard…

Laisser un commentaire »