Pegida, Lucide, Identitaires, même combat

26 janvier 2015 0 Imprimer ce billet Imprimer ce billet

L’extrême-droite essaie de surfer sur la vague allemande islamophobe Pegida (‘les Européens patriotes contre l’islamisation de l’Occident’) après les attaques contre Charlie Hebdo et le supermarché casher. Des rassemblements se sont déroulés dans l’hexagone, ou ont parfois été interdits.

Contrairement à l’Allemagne, où Pegida tente de se dissocier des mouvements d’extrême-droite, les rassemblements sur l’hexagone sont initiés par la mouvance identitaire, sous le nom de Pegida ou LUCIDE (‘Luttons unis contre l’islamisation de l’Europe’). Ils ne mobilisent que très peu de monde, voire qu’une personne à Bordeaux début janvier, à l’appel de Pegida Aquitaine. Même si la plupart des Pegida ne sont que des pages facebook, que l’ont voit apparaitre dans beaucoup de régions, certaines appellent quand même à des rassemblements. La plupart du temps, ce sont donc les identitaires qui sont derrière : à Lyon, un LUCIDE  se forme et appelle à une première sortie le soir de l’attaque contre Charlie Hebdo, qui réunira environ 200 personnes, suivi d’un autre rassemblement une semaine plus tard, de 70 identitaires.

LUCIDE Rouen et Vague normande réunis

LUCIDE Rouen et Vague normande réunis

A Rouen, un autre LUCIDE s’est formé à l’initiative de Vague normande, avec un rassemblement monstre d’une vingtaine de personnes devant la cathédrale. Enfin, en Bretagne, un LUCIDE Breizh avait appelé à un rassemblement à Vannes le 12, qui a été interdit par la préfecture, comme celui des antifascistes locaux qui prévoyaient de se retrouver pas très loin.

Après l’échec de tous ces rassemblements islamophobes, d’autres étaient prévus à Paris, Montpellier, ou Bordeaux, mais là aussi ce n’était pas la grosse foule. Interdit à Paris, ils ne seront qu’une dizaine à Bordeaux, à l’appel de Résistance républicaine Aquitaine (suite de Pegida Aquitaine). A Montpellier, Richard Roudier[1] et sa Ligue du Midi, qui a lancé Pegida Languedoc, accompagné de Résistance républicaine, de Riposte laïque et le réseau Identités, se sont finalement retrouvés à une petite quarantaine, face à plusieurs centaines d’antifascistes.

Même si la plupart du temps ces Pegida ne sont que virtuels, ils ont essayé comme LUCIDE ou Résistance républicaine, de capter des personnes teintées d’islamophobie, en essayant de suivre les initiatives allemandes. Ces essais de mobilisation n’ont pour l’instant pas réussi, d’autant que ces groupes identitaires étaient sur leur terrain de jeu, mais il faut rester vigilants. On a pu voir que la mobilisation antifasciste a joué un rôle important pour faire échouer ces rassemblements, que ce soit à Vannes, Paris ou Montpellier.

La Horde

  1. Richard Roudier est l’un des fondateurs du Bloc identitaire, et ancien président du CEPE – Comité d’Entraide aux Prisionniers Européens, une caisse de soutien pour les prisonniers nationalistes []

Laisser un commentaire »