Réactions antifascistes à l’attentat contre Charlie hebdo

8 janvier 2015 17 Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Après l’attentat contre Charlie Hebdo, nous publions deux réactions qui, bien que très différentes l’une de l’autre, nous semblent intéressantes dans le contexte actuel : l’une de Yannis Youlountas, militant antifasciste et proche de certains des dessinateurs assassinés hier, et l’autre de Julien Salingue, chercheur en sciences politiques et militant de la cause palestinienne.

Réaction de Yannis Youlountas, membre du comité de rédaction de Siné Mensuel, écrivain, réalisateur :

DÉSOBÉIR, C’EST VIVRE
La fusillade qui a fait plusieurs morts à la rédaction de Charlie Hebdo confirme l’atmosphère liberticide qui, sous de multiples formes, menace actuellement la désobéissance, notamment sacrilège et satirique.
Dans l’hexagone, jour après jour, l’espace se réduit entre, d’une part, des intégristes religieux de tous bords qui descendent dans la rue, les uns après les autres, et menacent diversement nos libertés chèrement conquises et, d’autre part, une extrême-droite qui gagne du terrain et se prétend le rempart contre ce fléau, alors qu’elle est toute aussi nauséabonde et dangereuse.
La confusion ambiante atteint des sommets et chaque nouvelle étape suggère de choisir entre la peste et le choléra, dans la mise en scène d’une guerre de civilisation complètement imaginaire qui contribue à fabriquer la peur, les préjugés et le repli sur soi.
Malgré les circonstances, certains prétendent, en France, que l’anticléricalisme et l’antifascisme sont désuets et passés de mode. C’est faire peu de cas de l’Histoire qui nous a montré que les fantômes meurtriers des intégrismes religieux et de la nébuleuse fasciste tentent régulièrement de faire leur retour.
La laïcité n’est pas un combat d’arrière-garde, ni l’antiracisme une vieille lune au service de quelque pouvoir.
Ce sont des luttes plus que jamais actuelles, qui sont absolument indissociables de celles qui nous opposent à un gouvernement violent et criminel à l’égard de celles et ceux qui désobéissent sur les ZAD et partout ailleurs à ses politiques autoritaires, inégalitaires et destructrices.
Ces luttes sont plus importantes et complémentaires que jamais. Et la désobéissance ne se négocie pas. Même si elle n’est pas du goût de tout le monde. Car désobéir, c’est vivre. Désobéir, c’est défendre le droit de choisir nos vies par-delà les idéologies mortifères qui nous menacent. Désobéir, c’est défendre la vie, parfois jusqu’à en mourir.
Même si je ne partageais pas toujours l’humour et les positions de mes confrères de Charlie Hebdo, notamment dans les conflits qui ont opposé certains d’entre eux à mon ami Siné, j’ai une pensée pour toutes les victimes et leurs proches, notamment mon ami Tignous.
Même décédées, ces personnes restent néanmoins plus vivantes, à travers les décénnies de créations qu’elles nous laissent, que les partisans d’idéologies mortifères qui les ont assassinées.

Réaction de Julien Salingue, chercheur en sciences politiques et militant de la cause palestinienne :

Non, rien ne peut justifier l’attaque contre Charlie Hebdo. Quelle que soit la guerre que l’on mène, les journalistes ne peuvent être des cibles légitimes.
Non, Charlie Hebdo ne l’avait pas « bien cherché ». Quelles que soient les saloperies que l’on raconte, on ne mérite pas d’être tué pour ça. Non, et ce quand bien même les auteurs de l’attaque se revendiqueraient de l’Islam, les Musulmans n’ont rien à voir, individuellement ou collectivement, avec ce qui s’est passé, et n’ont pas à s’excuser d’être musulmans ou à être contraints de se « désolidariser ».
Non, ceux qui ont dénoncé avec raison l’islamophobie de Charlie Hebdo et d’autres médias ne portent aucune responsabilité dans ce qui s’est passé, et n’ont aucune raison de cesser de le faire à l’avenir.
Non, le « modèle français du vivre-ensemble » n’est pas « attaqué ». Ce « modèle » est un mythe destiné à couvrir le racisme structurel à l’oeuvre en France, et personne ne me forcera à le défendre face à la « barbarie » qui le menacerait.
Non, « l’unité républicaine » aux côtés de racistes aux indignations sélectives n’est pas une réponse, et personne ne me forcera à mêler ma voix aux professionnels de la récupération politique et aux amalgameurs en tout genre.
Oui, depuis ce midi j’ai envie de pleurer. De colère et de dépit.
Mais on lâche rien.

17 commentaires »

  1. lalala 13 janvier 2015 at 19:32 - Reply

    Si je peux me permettre cet avis sans doute politiquement incorrect. Dire que Charlie Hebdo n’est pas islamophobe c’est un peu comme soutenir qu’Alain Soral n’est pas antisémite. Je ne veux fâcher personne en disant cela, et je n’approuve évidemment aucune liquidation à main armée des personnes avec qui je ne me sens pas d’affinités politiques. N’empêche que je pense vraiment ce que j’ai dit plus haut.

    • semer 14 janvier 2015 at 23:10 - Reply

      cool…ben, prochaine étape, tu essaies d’argumenter 😉

  2. Z 11 janvier 2015 at 23:08 - Reply

    Citation de circonstance:
    Arafat avait déclaré lors de son discours à l’onu « Je viens à vous avec un rameau d’olivier dans la main gauche et une mitraillette dans la main droite. . Ne faites pas tomber le rameau d’olivier « .
    Autre citation de Hassan Al Banna qui disait  » quand on vous attaque avec des pierres.. répondez avec des fruits.. »
    Et c’est dans cette optique que lors du rassemblement suite à l’incendie de charlie hebdo des frères sont parti dans une démarche pacifique nommée « réponse à la plume par la plume » distribuer gratuitement un livre nommé « le vrai visage du Prophète Mohammed » reprennant les citations des plus grands auteurs français tel que Voltaire, Hugo, Tolstoï, Lamartine chantant les louanges du Prophète de l’Islam.
    La réponse des supporters de Charlie-hebdo: insulte, crachat, menace, livres dechirés..

    Ils ont laissé tomber le rameau d’olivier… qu’ils ne s’étonnent pas que d’autres fassent parler les mitraillettes….

    • semer 13 janvier 2015 at 12:49 - Reply

      Et oui, l’émotion sans raison mène à la merde…mais il y a un moment ou il faut savoir briser la chaîne de la connerie justement, à ramasser le rameau…et donc ta dernière phrase est bonne à mettre aux ordures si tu veux mon avis. Et lorsque tu qualifie les imbéciles qui se sont montrer violents de « supporter de Charlie Hebdo », tu pèses en faveur de la continuation de l’injustice…Bref, « ni rire, ni pleurer, ni maudire : comprendre ».

    • S 14 janvier 2015 at 16:49 - Reply

      C’est ça justement qui fait peur…au blanc bec que je suis, athée au passage : ‘le rameau d’olivier et la mitraillette ». C’est flippant comme « visage » donner comme gage de confiance. Non, je refuge toute aliénation religieuse. Quand elle se montre comme cela, « soi comme moi, fais comme moi sinon c’est la mort »….Désolé mais très peu pour moi. Va falloir avancer les gars, lâché du côté des interdits mal digérés. Putain, un dessin et des textes provocateurs ? Parce que ce serait interdit ? Pour ceux qui croient peut-être mais pas pour les autres. Et puis, peut-être faut-il relire autrement le coran (moi je n’y connais rien) et voir dans cet interdit une forme d’impossibilité de « rassembler, d’unifier, de faire le tour de l’Immensité du Prophète » ? Donc, Il est tellement balèze qu’on peut pas le décrire. Voilà, tout le monde est content ? Mais faites pas chier avec des conneries du genre « la rameau et la mitraillette », c’est guerrier ça, béliqueux même.

  3. (obligatoire) 10 janvier 2015 at 13:14 - Reply

    En fait vous commentez des textes que soit vous ne lisez pas, ou alors vous n’en comprenez pas le sens, si?
    En tous cas les deux premiers commentaires.
    « gens de qualité qui font vivre le journal », on dirait du jean-pierre coffe.
    Est-ce que tu qualifies de « gens de qualité » les milliers de gens qui par leurs présences et dons font vivre le journal? Vraiment? Manuel valls? Et tous les vautours?

  4. Anne Lumet 9 janvier 2015 at 20:38 - Reply

    S’abonner à charlie c’est entrer avec eux dans la résistance. Ils ne doivent pas disparaitre, c’est le poil à gratter de la nation, aussi necessaire que le pain et le vin

    • La Horde 9 janvier 2015 at 21:47 - Reply

      Jamais un journal ne devrait disparaitre de cette façon, et il est heureux que Charlie hebdo puisse poursuivre son existence. Mais entrer « dans la résistance » à quoi ? Charlie hebdo n’était plus depuis longtemps ce qu’il a été à sa création, c’est-à-dire du « poil à gratter » comme tu le dis. Parodier et moquer ne suffit pas à être subversif : encore faut-il ne pas hurler avec les loups…

      • semer 10 janvier 2015 at 01:09 - Reply

        qui hurle avec les loups et de quelle manière, ça m’intéresse de le savoir…

        • La Horde 10 janvier 2015 at 10:00 - Reply

          Quand dans certaines caricatures de Charlie hebdo sont repris les poncifs et les préjugés anti-musulmans les plus répandus, il n’y a rien de subversif, au contraire : c’est ce qu’on appelle hurler avec les loups.

          • Al 10 janvier 2015 at 20:07 -

            Charlie utilise certes les poncifs et les préjugés anti-musulmans les plus répandus, parfois peut être à tort, parfois pour mieux les dénoncés, les grilles de lectures concernant ces dessins sont multiples et ne peuvent être réduites à de l’islamophobie primaire. Ils utilisent les mêmes procédés pour toutes les religions et toute les idéologies, c’est l’un des sens même de la caricature. Être anti-religion ne signifie pas être antisémite, islamophobe ou encore cathophobe mais anti-religion c’est tout.

          • semer 11 janvier 2015 at 14:16 -

            Convenons qu’il existe un petit hiatus entre conchier la soumission religieuse sous toutes ses formes et « hurler avec les loups »…Malheureusement, il y a bien, aujourd’hui encore, et ô combien, subversion à attaquer la religion comme un tout.

  5. kazaubon 9 janvier 2015 at 06:10 - Reply

    À la suite de cet attentat meurtrié de Charlie, ce que je trouve le plus dramatique c’est le positionnement des autorités musulmane. Les religieux condamnent l’acte certe, mais ils n’ont pas exprimé de honte face aux revendications des tueurs. Ils se positionnent comme victimes ayant peur de ce que cet acte pourrait faire sur les mentalités. Peur de ce qui est autour d’eux et qui pourrait être menaçant. Peur de la montée de l’islamophobie et de l’extrême droite mais nulle honte de la plaie qui ronge les bases de leur propre religion. Le seul refuge est un déni. L’islam n’est pas cela. Ce n’est pas la violence. Ok. Mais une religion n’existe que par et à travers ceux qui la représente ou qui s’en revendique. Alors. Comment ne pas remettre en question l’ensemble du monde des croyants si ceux ci n’arrivent pas à maîtriser les agissements de leurs fidèles. Lors des croisades catholiques, les croyants cautionnaient la guerre menée par leur église. Comment croire le contraire? C’est une honte qui pèse encore aujourd’hui sur l’ensemble des catholiques. Or nulle honte ne hante les musulmans de France qui affichent encore leurs croyances à travers des signes de plus en plus visible. Le foulard de la honte!

  6. jo bouquet 9 janvier 2015 at 01:39 - Reply

    Ce n’est pas un hasard si les nazis ont brûlé des milliers de livres dans un gigantesque autodafé…..

    Attenter à la liberté d’expression est la première marche qui conduit à la barbarie.

    J’ai mal à CHARLIE

    « tout est perdu fors l’humour » est aujourd’hui ma devise.

  7. portal 8 janvier 2015 at 23:59 - Reply

    il faut s’abonner en masse à » Charlie « qu’on aime ou pas le journal .C’est la meilleure réponse aux assassins et le meilleur moyen de soutenir les gens de qualité qui font vivre le journal

  8. Pierrehenrymba 8 janvier 2015 at 21:03 - Reply

    Tous mes voeux les plus atristes au victime des familles de charlie hebdo

Laisser un commentaire »