Belgique : le ministre de l’intérieur ment sur son appartenance passée à un cercle d’extrême droite

10 décembre 2014 2 Imprimer ce billet Imprimer ce billet
Jan_jambon

Jan Jambon

Les journaux en ligne antifascistes AFF/Verzet (Anvers) et RésistanceS.be (Bruxelles) dévoilent une nouvelle tentative de manipulation orchestrée par Jan Jambon, ministre N-VA de l’Intérieur sur son appartenance passée à la direction d’un cercle de débat d’extrême droite. 

Jan Jambon, le meneur du parti de Bart De Wever au gouvernement fédéral, depuis sa désignation au poste de vice-premier ministre et ministre de l’Intérieur, collectionne les polémiques. Ses propos de compréhension dédouanant les « inciviques » – les collaborateurs des nazis durant l’Occupation allemande de notre pays – ont provoqué une levée de bouclier dans les rangs de l’opposition parlementaire.

Il y a quelques jours, le même Jambon s’est retrouvé au centre d’une nouvelle affaire. Lors d’une conférence récente donnée devant le Katholieke Vlaams Hoogstudentenverbond (KVHV), il aurait évoqué, selon le site d’information Apache.be, l’existence d’accords secrets signés par les membres de la coalition fédérale. Renfermés dans des « cahiers Atoma », ces accords concerneraient une réforme constitutionnelle imposée par la N-VA et à mettre en chantier en fin de mandat. Les principaux intéressés, de la N-VA flamande au MR francophone, ont tous nié en bloc ce pacte secret.

Débat avec Le Pen
Jan Jambon, l’actuel ministre de l’Intérieur, en 1996 avec Jean-Marie Le Pen.

Jan Jambon, l’actuel ministre de l’Intérieur, en 1996 avec Jean-Marie Le Pen.

Concernant les liens possibles du ministre N-VA avec l’extrême droite flamande, les journaux antifascistes en ligne AFF/Verzet et RésistanceS.be apportent cette semaine de nouveaux éléments importants. Lors d’une interview de Jan Jambon diffusée au journal télévisé de RTL-TVi, le 12 octobre dernier, il a été fait allusion à une photo le montrant lors d’un débat, organisé en 1996, avec Jean-Marie Le Pen, alors président du Front national français. A ce moment, Jambon était connu officiellement comme un des cadres de la mouvance nationaliste flamande « politiquement acceptable ». Ce document photographique, diffusé par un groupuscule d’extrême droite pour dénoncer les hypocrisies de la N-VA afin de se faire accepter dans le paysage politique, continue de représenter une épine dans la chaussure droite de Jambon.

Lire la suite ici

2 commentaires »

  1. Franck 10 décembre 2014 at 12:43 - Reply

    « de se faire acceptée ». NON : accepteR

    • La Horde 10 décembre 2014 at 15:26 - Reply

      C’est corrigé (la faute demeure cependant dans l’article d’origine…).

Laisser un commentaire »