Tout savoir sur le 17 octobre 1961

17 octobre 2014 1 Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Notre camarade de la librairie du Point du Jour (58, rue Gay-Lussac, Paris Ve) a préparé ces bibliographie, filmographie et sitographie sur le 17 octobre 1961 : bien connaitre cette histoire est indispensable car, comme le dit Leïla Kaminsky, la femme d’Adolfo Kaminsky, dans un entretien qu’ils nous ont accordé, « l’histoire de la guerre d’Algérie a mis du temps à s’inscrire dans les livres d’histoire, car les plaies, dans les deux camps, n’étaient pas cicatrisées. Cela fait maintenant plus de 50 ans. Les nouvelles générations ont besoin de connaître leur histoire pour se construire.« 

Bibliographie

« 17 octobre 1961: archéologie d’un silence », Vacarme, n° 13, automne 2000,.

Amiri Linda, Les fantômes du 17 octobre, Mémoire-Génériques, 2005, 196 p.

Assouline David, Lallaoui Mehdi (dir.), À propos d’octobre 1961 : état des connaissances, Au nom de la mémoire, 2001, 160 p.

Blanchard Emmanuel, La police parisienne et les Algériens (1944-1962), Nouveau monde, 2011, 448 p. 26,40 €

Daeninckx Didier, Meurtres pour mémoire, roman, Gallimard, coll. Série noire, 1983, 215 p. Rééd. coll. Folio policier, 1999, 218 p. 6,20 €. Éd. ill. par Jeanne Puchol, Futuropolis, 2011, 243 p. 25,40 €

Daeninckx Didier, Mako, Octobre noir, bande dessinée, préf. Benjamin Stora, Adlibris, 2011, 59 p. 13,50 €

EinaudiEinaudi Jean-Luc, La bataille de Paris : 17 octobre 1961, essai, Le Seuil, coll. Libre examen, 1991, 334 p. Nouv. éd., coll. Points, 2001, 412 p., ill. 7,60 €

Einaudi Jean-Luc, Octobre 1961 : un massacre à Paris, Fayard, 2001, 396 p., ill. 20,90 €. Nouv. éd. augm., Hachette, coll. Pluriel, 2011, 637 p. 12,20 €.

Einaudi Jean-Luc, Scènes de la guerre d’Algérie en France : automne 1961, Le Cherche midi, 2009, 416 p. 19,25 €

Einaudi Jean-Luc, Kagan Élie (photogr.), 17 octobre 1961, postf. Thérèse Blondet-Bisch, Actes sud/Solin/BDIC, coll. Archives privées, 2001, 79 p. et 2002, 62 p., ill.

Einaudi Jean-Luc, Rajsfus Maurice, Les silences de la police : 16 juillet 1942, 17 octobre 1961, L’Esprit frappeur, 2001, 86 p. , 3 €

House Jim, MacMaster Neil, Paris 1961 : les Algériens, la terreur d’État et la mémoire, trad. de l’anglais Christophe Jaquet, Tallandier, 2008, 538 p. 25 €

Kalouaz Ahmed, Les fantômes d’Octobre : 17 octobre 1961, roman, Oskar, coll. Cadet, 2011, 128 p. 9,95 €

Lallaoui Mehdi, Une nuit d’octobre, roman, Alternatives, 2001, 204 p.

Lallaoui Mehdi, Tristan Anne, Stora Benjamin (dir.), 17 octobre 1961, 17 illustrateurs, Au nom de la mémoire, 2001, 70 p. 18 €

Le Cour Grandmaison Olivier (dir.) [à l’initiative de l’Association 17 octobre 1961 contre l’oubli], Le 17 octobre 1961 : un crime d’État à Paris, La Dispute, 2001, 283 p. 19 €

Levine Michel, Les ratonnades d’octobre : un meurtre collectif à Paris en 1961, Ramsay, 1985, 312 p. Nouv. éd., Jean-Claude Gawsewitch, coll. Coup de gueule, 2011, 314 p. 20,20 €

Messaoudi Samia, Harzoune Mustapha (dir.), 17 octobre 1961 : 17 écrivains se souviennent, Au nom de la mémoire, 2011, 218 p. 18 €

Péju Paulette (éd.), Ratonnades à Paris, François Maspero, coll. Cahiers libres, 1961, 77 p. [ouvrage saisi]. Nouv. éd., Ratonnades à Paris, précédé de Les harkis à Paris, préf. Pierre Vidal-Naquet, intr. Marcel Péju, postf. François Maspero, La Découverte, coll. La Découverte/poche, 2000, 205 p., ill. Nouv. éd. Péju Marcel & Paulette, Le 17 octobre des Algériens, suivi de La triple occultation d’un massacre par Gilles Manceron, La Découverte, coll. Cahiers libres, 2011, 199 p. 14,20 €

Sebbar Leïla, La Seine était rouge : Paris, octobre 1961, roman, Thierry Magnier, 1999, 143 p. Nouv. éd., Actes sud/Leméac, coll. Babel, 2009, 108 p. 6,60 €

Sortir du colonialisme (dir.), Le 17 octobre 1961 : par les textes de l’époque, préf. Gilles Manceron, postf. Henri Pouillot, Les Petits matins, 2011, 128 p. 5 €

Tristan Anne, Le silence du fleuve : octobre 1961, Syros/Au nom de la mémoire, 1991, 139 p., ill.

((Brunet Jean-Paul, Police contre FLN : le drame d’octobre 1961, Flammarion, 1999, 347 p. ))

[Pour les articles et mémoires universitaires, les œuvres littéraires et les films, voir par exemple la bibliographie du livre de Sortir du colonialisme]

FILMOGRAPHIE

Filmographie :

– Adi Yasmina, 17 octobre 1961 : ici on noie les Algériens, 2013.

– Aurel, Corre Florence, Octobre noir : Malek, Saïd, Karim et les autres…, 2011 [film d’animation].

Octobre_noir– Brooks Philip, Hayling Alan, Une journée portée disparue, 2008.

– Guène Faïza, Richard Bernard, Mémoires du 17 octobre 1961, 2002.

– Kupferstein Daniel, 17 octobre 1961, dissimulation d’un massacre, 2001.

– Lallaoui Mehdi, Denis Agnès, Le silence du fleuve, 1991.

– Panijel Jacques, Octobre à Paris, 1961.

– Pascot Sébastien, Témoignage d’Octobre, 2002.

– Tasma Alain, Nuit noire : 17 octobre 1961, 2005 [fiction].

Sitologie :

http://www.17octobre61.org/

http://17octobre1961.free.fr/pages/dossiers/biblio.htm

http://octobre61.over-blog.org/pages/Bibliographie-764204.html

http://www.vacarme.org/article72.html

http://fr-fr.facebook.com/pages/Au-Nom-de-la-M%C3%A9moire/137171956354576

Pour aller plus loin :

Amiri Linda, La bataille de France : la guerre d’Algérie en métropole, préf. Benjamin Stora, Robert Laffont, 2004, 239 p. 19,50 €

Barkat Sid Mohammed (dir.), Des Français contre la terreur d’État (Algérie 1954-1962), Reflex, 2002, 189 p.

Barkat Sid Mohammed, Le corps d’exception : les artifices du pouvoir colonial et la destruction de la vie, Amsterdam, 2005, 94 p. 11 €

Benoits Clara, Benoits Henri, L’Algérie au cœur : révolutionnaires et anticolonialistes à Renault-Billancourt, avec Jean-Claude Vessilier, préf. Mohammed Harbi, Syllepse, coll. Des paroles en actes, 2014, 224 p. 14 €

Branche Raphaëlle, La guerre d’Algérie : une histoire apaisée ?, Le Seuil, coll. Points/L’Histoire, 2005, 449 p. 11 €

Branche Raphaëlle, La torture et l’armée pendant la guerre d’Algérie : 1954-1962, Gallimard, coll. La Suite des temps, 2001, 474 p. 26,68 €

Branche Raphaëlle (dir.), La guerre d’indépendance des Algériens (1954-1962), Perrin, coll. Tempus, 2009, 356 p. 10,50 €

Branche Raphaëlle, Thénault Sylvie, La France en guerre : 1954-1962, Autrement, coll. Mémoires, 2008, 512 p., 26 €

Chabrun Laurent, La guerre de l’ombre : RG contre FLN, préf. Benjamin Stora, Jacob-Duvernet, 2011, 207 p. 19,90 €

Charby Jacques, Les porteurs d’espoir : les réseaux de soutien au FLN pendant la guerre d’Algérie : les acteurs parlent, La Découverte, coll. Cahiers libres, 2004, 299 p.

Derder Peggy, L’immigration algérienne et les pouvoirs publics dans le département de la Seine : 1954-1962, préf. Jean-Paul Brunet, L’Harmattan, coll. Histoire et perspectives méditerranéennes, 2001, 182 p. 16,80 €

Dewerpe Alain, Charonne, 8 février 1962 : anthropologie historique d’un massacre d’État, Gallimard, coll. Folio histoire, 2006, 897 p. 11 €

Gallissot René, La République française et les indigènes : Algérie colonisée, Algérie algérienne (1870-1962), L’Atelier, 2007, 271 p. 27 €

Guéno Jean-Pierre, Paroles de torturés : guerre d’Algérie, 1954-1962, Jacob-Duvernet, 2011, 287 p. 20 €

Harbi Mohammed, Meynier Gilbert, Le FLN : documents et histoire, 1954-1962, 2004, 898 p. 35 €

Haroun Ali, La 7e wilaya : la guerre du FLN en France, 1954-1962, Le Seuil, 1986, 525 p., ill.

Hervo Monique, Chroniques du bidonville : Nanterre en guerre d’Algérie, 1959-1962, préf. François Maspero, Le Seuil, coll. L’Épreuve des faits, 2001, 263 p., ill.

Kadri Aïssa, Prévost Gérard (dir.), Mémoires algériennes, Syllepse, 2004, 170 p., ill. 17 €

Le Cour Grandmaison Olivier, De l’indigénat. Anatomie d’un « monstre » juridique : le droit colonial en Algérie et dans l’Empire français, Zones, 2010, 197 p. 16 €

Mahrane Saïd, C’était en 58 ou en 59…, récit, Calmann-Lévy, 2011, 209 p. 17 €

Mekhaled Boucif, Chronique d’un massacre : 8 mai 1945, Sétif, Guelma, Kherrata, av.-pr. Mehdi Lallaoui, préf. Jean-Charles Jauffret, Syros, 1995, 251 p.

Meynier Gilbert, Histoire intérieure du FLN : 1954-1962, préf. Mohammed Harbi, Fayard, 2002, 812 p. 32 €

Sayad Abdelmalek, Dupuy Éliane, Un Nanterre algérien : terre de bidonvilles, Autrement, coll. Français d’ailleurs, peuple d’ici, 1995, 124 p., ill. 14,95 €

Stora Benjamin, Les immigrés algériens en France : une histoire politique, 1912-1962, Hachette, coll. Pluriel, 2009, 492 p. 12,90 €

Stora Benjamin, Harbi Mohammed (dir.), La guerre d’Algérie, Hachette, coll. Pluriel, 2005, 1039 p. 15,90 €

Thénault Sylvie, Histoire de la guerre d’indépendance algérienne, Flammarion, 2005, 303 p., ill. 21 €

Thénault Sylvie, Une drôle de justice : les magistrats dans la guerre d’Algérie, préf. Jean-Jacques Becker, postf. Pierre Vidal-Naquet, La Découverte, coll. L’Espace de l’histoire, 2001, 347 p. 23 €  Nouv. éd., coll. La Découverte/poche, 2004, 347 p., 12 €

Vidal-Naquet Pierre, La torture dans la République : essai d’histoire et de politique contemporaines (1954-1962), Éd. de Minuit, coll. Grands documents, 1998, 201 p. 19,50 €

 

LIBRAIRIE LE POINT DU JOUR
58, rue Gay-Lussac, 75005 Paris
☎ +33 (0)1 43 26 20 17 – librairie-lpj@wanadoo.fr
Ouvert du mardi au samedi de 10 h à 19 h. Métro : Luxembourg. Bus : 21, 27

Un commentaire »

  1. Le pédagogue 2 octobre 2015 at 13:36 - Reply

    Le pédagogue :

    Un peu partout, dans Paris et sa région des hommes, des femmes et des enfants marchent.
    Pour soutenir la résistance des Indigènes contre le colonialisme français.
    Des basanés.
    D’habitude, ils passent inaperçus.
    Ils quittent rarement leurs réserves et les lieux où ils triment.
    Et les voilà subitement en masse.
    Comment est-ce possible ?
    Comment osent-ils devenir visibles ?
    Ils marchent.
    Des hommes, des femmes, des enfants.
    Depuis combien de temps ?
    Quelle distance ont-ils parcouru ?
    Pour eux, le temps ne compte pas et ils ne mesurent pas l’espace.
    Un immense souffle est en eux.
    Le but est dans leur coeur et rien de ce qui est éphémère ne les atteint.
    Ce qui doit être sera.
    Ils s’approchent de la Seine au rythme de battements tels ceux du coeur de la mère que tout enfant béni garde en lui.
    Une marche pleine d’espoir.
    On aurait dit l’aurore de la vie.
    Un peu partout, des rangs noirs formés par des forces dites de l’ordre.
    Par moments, de lourds nuages voilent la clarté du jour.
    Mais pour ces êtres qui marchent, le ciel est d’un magnifique éclat et la Seine est radieuse.
    Mohammad sourit à sa mère qui lui caresse les cheveux, et serre fort la main de son père.
    Les rangs noirs explosent, des véhicules ternes vrombissent.
    L’arsenal du maintien de l’ordre se répand en un déversement de haine.
    Les marcheurs sont encerclés.
    Dans Paris et sa région, plus de douze mille arrestations.
    Des camps de détention et de torture.
    Des blessés.
    Des tués.
    Des corps d’hommes, de femmes et d’enfants jetés dans la Seine.
    Des moyens dits d’information ont informé :
    Des semeurs de désordre, terroristes musulmans, ont été mis hors d’état de nuire.
    La liberté.
    Taratata.
    L’égalité.
    Taratata.
    La fraternité.
    Taratata.
    Le ciel infini est bleu.
    La Seine coule.
    Depuis des années, Mohammad y vient assez régulièrement.
    Il s’arrête, fixe le fleuve et sourit à ses parents, et à d’autres personnes, des hommes, des femmes, et des enfants, jetés dans la Seine le 17 octobre 1961 (selon le calendrier dit grégorien).

Laisser un commentaire »