Rouen : portrait d’ un mercenaire d’ extrême droite

15 octobre 2014 10 Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Lu sur le site de Ras l’Front Rouen :

rouen_lenormand

Guillaume Lenormand, le 5ème en partant de la gauche, 1er rang.

Une poignée de militants français de l’ extrême droite radicale se sont engagés pour combattre aux côtés des séparatistes pro russes l’ armée ukrainienne, à Donetsk à l’ est de l’ Ukraine, dans cette région nommée le Dombass. Parmi eux un militant que nous connaissons bien : Guillaume Cuvel… plus connu sous le pseudonyme de Guillaume Lenormand.

D’ abord sympathisant du Parti de la France de Carl Lang ( il fut candidat dans l’ Eure aux régionales de 2010 sur la liste de ce parti) et des Jeunesses Identitaires, il rejoindra ensuite Troisième voie, mouvement dissous en 2013 après l’ assassinat de Clément Méric. C ‘est en tant que militant de Troisième voie qu’ il tentera vainement, le 21 février 2012, de perturber un meeting de Ras l’ front Rouen, à la tête d’ une dizaine de dégénérés, à la maison de l’ Université sur le campus de Mont-Saint-Aignan.

Licencié en histoire il serait encore inscrit pour l’ année 2013/2014 à l’ ESPE en master 2. Assez curieusement on le retrouve aussi administrateur d’une curieuse association nommée « Volonté de faire » dont le siège est à Bonsecours.

Il était présent dans le SO du FN lors de la venue de Marine Le Pen sur le marché de Sotteville lès Rouen en mai 2014. Il est l’ un des fondateurs d’ un mouvement ultra-nationaliste « Unité Continentale » qui a organisé des manifestations en faveur du président syrien Bachar Al-Assad ou pour la libération du nationaliste serbe Vojislav Seselj.

Leur engagement aux côtés de la Russie serait lié au fait que celle-ci serait, à leurs yeux, le dernier rempart contre la mondialisation libérale, idéologie au service de la grandeur russe théorisée par un certain Alexandre Douguine, père de l ‘ eurasisme dont les thèses sont maintenant reprises par Poutine et ses proches. Dans un ouvrage préfacé par Alain Soral, Douguine critique la rationalité, refuse le principe démocratique, rejette le progrès et justifie l’ état fort. Au modèle occidental il oppose la tradition : religion, hierarchie, famille…au service d’ une révolution conservatrice.

Remarquons aussi que lors du référendum en Crimée (qui proclama son rattachement à la Russie) les résultats ont été vérifiés par des observateurs dont l’ essentiel venait de l’ extrême droite : étaient présents des représentants du FN (France), du FPö (Autriche), de Jobbik (Hongrie), du Vlaams Belang (Flandre), de la Ligue du Nord et de Fiamma tricolore (Italie) et d’ Ataka (Bulgaie), le tout coordonné par le néonazi belge Luc Michel.

Les liens entre l’ extrême droite européenne et le régime russe ne sont pas que ponctuels. Marine Le Pen a été reçue en août 2013 et en avril 2014 par le vice-premier ministre Dimitri Rogozine (ancien du parti d’ extrême droite Rodina), ainsi que par la président de la Douma, Sergueï Narychine. Aymeric Chauprade tête de liste du FN en Ile de France aux européennes est le maitre d’ œuvre de ces rencontres. Chauprade maintenant élu au parlement européen. Le plus drôle enfin est que d’ autres militants d’ extrême droite dont plusieurs français se sont engagés, eux, au côtés de l’ armée ukrainienne, dans le bataillon Azov sous la direction d’ un certain Gaston Besson. Il serait assez pittoresque qu’ ils s’ entretuent….

Ras l’Front Rouen

10 commentaires »

  1. anzaop 14 mars 2016 at 17:43 - Reply

    tout le monde sait que luc michel est un agent de propagande nazi et raciste.comme plus grand monde l’ecoute en belgique ou ailleurs il tente sa chance chez les noirs africains en leur faisant croire que vladimir poutione est jesus..LOL..car ce nazillon(fane)est sponsorisé par les russes pour faire de la propagande anti americano sionniste.ce luc michel adore le cosaque douguine;un autre escroc
    …bon courage à eux

  2. Liliana 25 décembre 2014 at 21:21 - Reply

    Besson bouffe a tout les rateliers !!, en ce moment il bosse avec les ukrainiens et en profite pour s’arrondir les fins de mois en renseignant les séparatistes…

  3. gepurralus 23 octobre 2014 at 21:56 - Reply

    Bonsecours … en Belgique ?Si oui , auriez-vous une adresse , je trouve rien sur le net.

  4. magouille&compagnie 22 octobre 2014 at 11:01 - Reply

    Bonjour tout le monde ,

    Cimer pour les articles .et commentaires ,
    Smurtz ,désolé ,mais , J’ai pas pigé …Peux-tu me dire , qui est donc la personne qui interview ce « Gaston Besson  » ?

    J’te remercie ,
    Bonne journée

    • Smurtz 25 octobre 2014 at 19:57 - Reply

      @ M&C Il s’agit d’un certain Frédéric Taddeï

  5. Smurtz 17 octobre 2014 at 20:06 - Reply

    Ce Gaston Besson, quand-même il cumule. Une vraie star ans son genre (et devinez qui c’est qui l’interview ?) : https://www.youtube.com/watch?v=4mfGcuaV9q8

  6. franck 16 octobre 2014 at 12:57 - Reply

    Désolé, mais deux erreurs dans cet article : 1) Alexandre Douguine n’est pas le père de l’eurasisme : ce courant existe en Russie depuis les années 1920 (Cf. les travaux de Marlène Laruelle du CNRS) ; 2) Luc Michel du PCNE, qu’on l’apprécie ou pas, n’est pas un néo-nazi (ou sinon ses nombreux correspondants africains sont fous).

    • La Horde 16 octobre 2014 at 17:16 - Reply

      Pour Douguine, on t’accorde qu’il s’agit d’un raccourci : disons qu’il l’a remis au goût du jour. Pour ce qui est de Luc Michel, son parcours l’a certes amené du néonazisme de la FANE au nationalisme-révolutionnaire du PCN, mais son soutien à tout ce qui compte de dictature dans le monde au nom de la lutte contre « l’américano-sionisme » ne fait pas de lui un grand démocrate ! Le fait de compter parmi ses amis des Africains ne change rien à l’affaire : il existe aussi des admirateurs de Hitler de l’autre côté de la Méditerranée.

Laisser un commentaire »