Paris : Civitas à la recherche de la France éternelle

23 septembre 2014 2 Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Ce dimanche 21 septembre, l’association nationale-catholique Civitas appelait à une manifestation pour les chrétiens d’Orient. Cette mobilisation, qui faisait suite à d’autres appels pendant l’été, a rassemblé un petit millier de manifestants au plus fort de la journée.

FN_chrétien_d'orient

À droite, le maigre cortège des militants FN, sans même un drapeau du parti pour signaler sa présence… à l’extrême droite, près de la banderole, Marie d’Herbais. (Photo : La Horde)

Ainsi, lorsque le noyau dur s’est retrouvé vers 14h30 avec le camion plateau de Civitas au début de la rue du Quatre Septembre, les forces en présence étaient bien maigres : les militants de Civitas avaient revêtu leur gilet jaune pour faire le service d’ordre tandis que les huiles tournaient autour de la banderole de SOS enfants d’Irak, faite à la va-vite, mais derrière laquelle se tenaient fièrement Jany Le Pen (avec sa garde rapprochée) et Marie d’Herbais[1] ou encore Céline Guillermond, responsable FN du XVIIe arrondissement de Paris. Hormis ces « célébrités » et bien sûr l’incontournable Alain Escada (président de Civitas), il n’y avait pas grand monde. Quasiment personne du FN, hormis les quelques DPS proche de Le Pen père, notamment Matthieu Spieser, épinglé par Fafwatch en 2012 pour ses goûts plus que douteux et qui échappa de justesse à la purge mais sera du coup cantonné à la PR du « menhir », ou encore Robert Dunoyer, du DPS de Seine-et-Marne et proche de l’ancien patron du DPS Eric Staelens… Mais pas de marinistes en tout cas, toujours aussi réticents dans leurs rapports avec les nationaux-catholiques. Beaucoup de drapeaux libanais en revanche, y compris sur le camion plateau, la manifestation ayant été patronée par Amine Gemayel, le fondateur des Phalanges libanaises (également appelées parti Kataëb).

Alain Escada, Jany Le Pen, Jean-Michel Dubois, Elie Hatem.

Alain Escada, Jany Le Pen, Jean-Michel Dubois, Elie Hatem. (Photo : La Horde)

On a pu voir quelques curés en soutane, mais pas de cortège de Chrétienté-Solidarité : juste deux ou trois vendeurs à la criée de Reconquête, dont la « une » était consacrée aux «persécutions» en revanche, on a pu remarquer, avant le départ, l’allocution de son vice-président, Richard Haddad, que les ratés ont fait tirer en longueur. On le sentait pris par son sujet, toujours sur la corde raide dans son islamophobie à peine voilée. Il avait pris la parole après Jany Le Pen, très brouillonne et peu convaincante[2], et il l’a cédée à Élie Hatem.  Ce dernier a été candidat FN-RBM dans le IVe arrondissement de Paris lors des dernières municipales, bien qu’étant pour un retour à la monarchie (ce qui en soit est logique pour un cadre de l’Action Française), mais il est vrai qu’au RBM on n’est pas à une contradiction près. Il fut également l’avocat de Bob Denard et de petites frappes du Renouveau Français, mais aussi consultant auprès de Boutros Boutros Ghali[3]. Il s’en est bien sûr gargarisé en se présentant ès qualités (pas en tant qu’avocat, c’était moins reluisant) et a cabotiné sur le sujet, en affirmant son soutien à Bachar el-Assad (ce en quoi il a soulevé l’enthousiasme des 150 personnes présentes à ce moment-là), en évoquant un sombre complot « américano-sioniste pour partionner le Proche et le Moyen-Orient » et en fustigeant le choc des civilisations de Huntington (mais là, plus d’une personne a eu l’air perplexe) ; lorsqu’il a compris qu’il avait perdu son auditoire en route, il s’est rattrapé par une pirouette pour finir sur un couplet anti-immigration plus classique.

Bourges_R&AAprès le départ, la manifestation s’est étoffée, gagnant deux autres cortèges, sans étiquette précise, mais où on pouvait remarquer de très jeunes participants badgés aux couleurs de la Manif pour Tous. Un peu plus loin, on voyait Béatrice Bourges, du Printemps français, en grande conversation avec Remi Lelong du FN 93 (le fameux « Bounty ») qui faisait parti des agresseurs des Femen en novembre 2012 lors d’une manif Civitas (déjà !). Notre jeune et fougueux Remi avait très certainement entendu « l’appel à se rebeller » que cette dernière a lancé dans Réfléchir et Agir de cet été (voir ci-contre).  Les radicaux en revanche brillaient plutôt par leur absence : l’Œuvre française (ou du moins les Amis de Pierre Sidos comme ils se sont renommés après leur dissolution) ne s’était pas déplacée[4], pas plus que le GUD, et même le Renouveau Français (RF) avait fait le minimum syndical : un drapeau (apparu en fin de manif) et un jeune militant très occupé à coller des autocollants de Contre-Info, leur site de « ré information »…

Civitas_chrétiens_d'orientLes slogans étaient très religieux, pas toujours très heureux (« Nous sommes tous des Nazaréens ») mais l’islamophobie était présente dans toutes les conversations. On a pu noter quelques chants popularisés chez les intégristes par les Chœurs Montjoie Saint Denis (« Occident, en avant », dans la plus pure tradition raciste, et dont on avait déjà parlé ici). Comme l’avaient dit les intervenants, pas question que les chrétiens d’Orient viennent en France, non, il fallait qu’ils puissent rester chez eux. Une solidarité différentialiste, voilà ce que proposent les cathos intégristes…

À la fin de la manif, qui a dû stationner en attendant que la manif sur le climat soit terminée (d’ailleurs, les cathos n’aiment pas les écolos, on en aurait pu s’en douter, mais là, le doute n’est plus possible!), on pouvait compter un petit millier de participants, des familles (nombreuses, forcément), des personnes (très) âgées, des anciens combattants (du Liban, entre autres), des jeunes propres sur eux venus faire une répétition pour le 5 octobre, quelques jeunes atypiques branchés (comme deux des filles de Frédéric Châtillon venues filer un coup de main à leur mère Marie d’Herbais), quelques païens en goguette, marteau de Thor autour du cou, et quelques militants des Jeunesses Libanaises Chrétiennes (JLC),  dont bien sur l’inévitable Tony Baroud[5], venu pour une fois accompagné de son épouse Carmen.

Revues_Cathos_tradis

Revues glanées sur le cortège…

Au bout du compte, pour une manif reprenant une thématique qui semble avoir le vent en poupe à l’extrême droite (des articles dans Reconquête et Monde & Vie, un numéro spécial de Présent édité pour la manifestation avec un abonnement, on ne sait jamais, ou encore TV Libertés qui lance un appel à solidarité), la mobilisation semble plutôt mitigée, non pas tant en raison du nombre de participants (les nationaux-catholiques s’en félicitent à coup sûr), mais plutôt du fait des absences remarquées de nombre de figures et groupes.

La Horde

  1. Cette dernière était plus qu’à sa place à cette manifestation, puisque qu’elle est très proche des époux Le Pen (elle anime le journal de bord de Jean-Marie Le Pen qu’elle considère  comme un père), mais  aussi par solidarité envers sa sœur Sophie Akl, qui vit au Liban et qui est l’épouse d’un cadre du parti Kataëb. C’est elle qui signe les articles sur le Liban depuis quelques mois dans le journal Présent. []
  2. Il est vrai qu’elle n’a jamais été connue pour ses talents d’oratrice, à l’inverse de son époux, véritable tribun. []
  3. C’est d’ailleurs très certainement par son intermédiaire que Louis Aliot a failli bénéficier pour son dernier livre d’une préface signée Boutros Boutros Ghali avant que ce dernier ne se retracte au dernier moment et soit remplacé au pied levé par Gilbert Collard… On a les remplaçants qu’on  mérite ! []
  4. Alors qu’il est fréquent que ses militants fassent le service d’ordre de Civitas, comme ce fut le cas en novembre 2012 à Paris ou plus récemment pour le traditionnel défilé en l’honneur de Jeanne d’Arc []
  5. Lui aussi fort actif  lors de l’agression des militantes des Femen []

2 commentaires »

Laisser un commentaire »