Hayange : manif contre la récupération nationaliste de la mémoire des mineurs

24 août 2014 0 Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Décidément, le maire Front national d’Hayange, Fabien Engelmann, aime la peinture au rouleau. Après avoir repeint en bleu une sculpture de la ville sans en parler à l’artiste, voilà qu’il a remis ça en repeignant en bleu-blanc-rouge les wagonnets des mines qui servent de bacs à fleurs depuis la fin de l’exploitation de la mine de fer de la ville : comme un peu partout dans les régions minières, c’est une façon d’entretenir la mémoire des mineurs. Mais c’est oublier que bon nombre de mineurs n’avaient pas la nationalité française…

Hayange_wagonnetsL‘association « Hayange plus belle ma ville« , qui s’oppose à la mairie frontiste depuis son élection, avait ainsi appelé à manifester hier : « Récemment, la mairie FN de Hayange (57) a cru bon de repeindre aux couleurs nationales des wagonnets des mines de fer de la ville, symboles parmi les plus forts du passé social et industriel de notre ville et de notre vallée. Par cette récupération symbolique de notre patrimoine local, le Front national prend en otage l’histoire industrielle et sociale de Hayange ! » Pour rappeler que plus de seize nationalités différentes se côtoyaient dans les mines : pour répondre aux coups de pinceaux du FN, plusieurs dizaines de personnes sont venus planter des  drapeaux des différentes nationalités des mineurs : « Italiens, Polonais, Algériens, Espagnols, Portugais, Turques, Capverdiens, Marocains, Ukrainiens, Solvènes, Russes… Quel aurait été l’essor du fer de Lorraine et la prospérité de la France sans les milliers d’ouvriers immigrés venus de tous pays et de tous horizons pour travailler dans nos mines et nos usines et participer à l’effort national? Nous le répétons et nous le défendons : la ville de Hayange s’est construite à la sueur de l’immigration ! Le nationalisme n’a pas de place légitime dans notre région ! Hier comme aujourd’hui, quand plus de 100 000 lorrains passent la frontière chaque jour pour travailler ! » déclare l’association, qui invite aussi à faire signer une pétition.

 

Laisser un commentaire »