Marion Le Pen : la mariée était en Bleu Marine

31 juillet 2014 4 Imprimer ce billet Imprimer ce billet
Nous n'avons pas encore de photos de l'heureux évènement, mais on a trouvé quelque chose d'approchant…

Nous n’avons pas encore de photos de l’heureux évènement, alors on a cherché quelque chose d’approchant…

La  famille le Pen fait encore parler d’elle, mais cette fois dans la rubrique people puisque, comme nous l’apprend Closer, la benjamine de la famille Marion s’est mariée hier à Saint-Cloud. Si son mari n’a fait qu’un passage éclair en politique, un ami commun, qui a peut-être joué les entremetteur, a lui un lourd passé à l’extrême droite…

Est-ce que toute la famille s’est réunie pour la traditionnelle photo de groupe ? Pas sûr au vu des derniers événements !  En tous cas, voilà de quoi faire oublier à Marine Le Pen les ennuis de ces derniers mois… En premier lieu l’échec de sa tentative de construction d’un groupe parlementaire au Parlement européen et du coup la perte d’une cagnotte de 22 millions d’euros sur 5 ans (rassurez-vous, elle reste quand même à l’abri du besoin, avec 96000 euros de salaire par an, sans compter le remboursement de ses frais). Elle va en avoir besoin vu que son asso de financement, la Jeanne, est dans le collimateur de la justice, obligeant son prestataire de service favori a commencé à chercher des brouzoufs pour sa campagne de 2017 jusqu’au bout du monde, en l’occurrence en Chine. Enfin le dernier dérapage très contrôlés de son papa est venu mettre à mal son joli plan de com’ qu’elle a eu tellement de mal à mettre en place…

Marion-Marechal-Le-Pen

Sur les bancs de l’Assemblée, elle semble avoir l’esprit ailleurs…

Reste le bonheur d’un mariage d’amour un peu accéléré quand même, vu que la Marion, enceinte de trois mois, ne pouvait plus cacher son état en public, sans compter que papy et le journal Minute avait mangé le morceau il y a quelques semaines. Si, en politique, chez les Le Pen on se la joue anti-système, dans le privé on n’en reste pas moins attaché aux vieilles conventions bourgeoises, d’ou ce mariage, et puis ça rassure l’électorat catho : en cette période de « mariage pour tous », il faut montrer l’exemple !

Mathieu DecosseAinsi donc, Marion se fait mettre la bague au doigt par un jeune et fringant chef d’entreprise, Matthieu Decosse. Ce jeune homme de 31 ans fit un bref passage en politique lors des législatives de 2012,dans le quartier populaire du XVIIIe arrondissement de Paris, non pas comme candidat FN, mais sous ses propres couleurs, avec pour slogan « le candidat qui vous ressemble » (à vous de juger sur la photo). Mais visiblement peu d’électeurs se sont reconnus, puisqu’il n’obtint que sept (!) voix lors de ce scrutin…

Question affaires, Matthieu Decosse est a la tête de trois sociétés qui travaillent dans l’événementiel, la plus connue étant la Table de France. On peut citer le pack « Ça c’est Paris » qui vend aux comités d’entreprises des grandes boîtes des sorties-dîners dans les lieux les plus célèbres de Paris. Mais en ce moment, c’est la crise, et le chiffre d’affaire s’en ressent. En 2012, le bénéfice n’a été que de 3500 euros : pas terrible, mais c’est nettement mieux que les résultats de ses deux autres boites, la CCP WEB spécialisé dans la billetterie (déficitaire depuis 2009, l’année 2012 s’achevant avec une perte de 49000 euros, un peu moins que les 50000euros de sa dernière société crée en 2009  MP CONSEIL). Mais arrêtons de parler argent, c’est mesquin, et comme dit le proverbe, « malheureux en affaires, heureux en amour ».

Mais Marion et Matthieu ont aussi en commun les conseils d’un discret personnage refusant d’apparaître dans les médias : Arnaud Hautbois, alias Arnaud Stephan. Lors des législatives de 2012, il était le suppléant du « candidat-qui-vous-ressemble » Decosse. Peu de temps après, il rejoint le Palais-Bourbon en tant qu’attaché parlementaire d’une certaine Marion Maréchal-Le Pen…

Arnaud Hautbois

Arnaud Hautbois

Né en 1971 à Paris, il fait ses études à Panthéon Sorbonne où déjà on le remarque dans les rangs de la Jeunesse d’Action Nationaliste (JAN), une scission du Front National de la Jeunesse (FNJ), mais c’est au sein du GRECE d’Alain de Besnoit qu’il va s’épanouir de 1991 a 1993. Membre du directoire sur le papier, il sert surtout d’homme à tout faire, du collage de timbres  pour le courrier au pliage des revues avant envoi, en passant par l’organisation du service d’ordre du 24ème colloque du GRECE, ou encore l’organisation de soirées thématiques. Mais c’est surtout ses dons d’animateur et d’imitateur de Thierry Le Luron lors des veillées alcoolisées de la Domus (propriété du GRECE se trouvant prés d’Aix en Provence où se déroulent universités d’été et autres solstices) qui ont marqué les esprits.

Alain de Besnoit appréciant moyennement ses qualités, Hautbois quitte le GRECE pour entamer une carrière de plumitif au sein de la rédaction du très droitier Choc du Mois et autres revues signant quelques articles « très moyens », de son propre aveu. Durant le conflit yougoslave, au début des années 1990, on le découvre pro-serbe, alors que ses premiers penchants le poussaient à un engagement dans les rangs croates. C’est ainsi qu’on le retrouve à la tribune d’un meeting se déroulant dans une dépendance de l’ambassade de Yougoslavie à Paris, en compagnie de Yves Bataille et Nicolas Tandler, à l’initiative de l’association de solidarité serbe de Serbie Herzégovine (voir REFLEXes n°39).

Mais on ne peut dérouler la trajectoire politique de Arnaud Hautbois sans évoquer celle de Jean François Touzé. Cet ancien du Parti des forces nouvelles (PFN), concurrent direct du FN dans les années 70, a passé son temps à rejoindre et quitter le FN, chaque départ étant suivi par la création d’un parti ou mouvement concurrent abondamment financé, selon les mauvaises langues, par les réseaux de Charles Pasqua.

ean-fran_ois_touzeÀ chaque fois, on retrouve Arnaud Hautbois dans son ombre : de l’Alliance Nationale en 1992 (il est le directeur du journal du parti, Parti et Liberté) en passant par le Parti National Républicain (il en est candidat aux législatives de 1997 dans le 5eme arrondissement de Paris), il accompagne le retour en grâce de Touzé au Front (grâce à Marine Le Pen), participant même à l’équipe de campagne comme membre de la cellule « idées actions » lors de la présidentielle de 2002, alors que pendant longtemps il tint des propos très dur sur Jean-Marie Le Pen.

Mais toutes les  histoires d’amour ont une fin : en 2008, après avoir été viré une fois de plus du Front, Touzé crée une nouvelle structure, la Nouvelle Droite Républicaine (NDR) : sans surprise, on retrouve Arnaud Hautbois au poste de secrétaire général dans le communiqué qui dresse la liste du bureau de la NDR. Mais bizarrement, son nom ainsi que d’autres vont très vite disparaitre de l’organigramme, comme si Touzé, voulant remplir une coquille vide, avait intégré malgré eux des gens qu’il croyait encore très proches. Depuis Touzé n’a fait fait que dériver de plus en plus sur une ligne ultralibérale pro-américaine et pro-israélienne, jusqu’à apporter son soutien à la LDJ. Un soutien que Hautbois a lui aussi revendiqué, si l’on en croit Morvan Rocheboise dans une réponse a un article de Nation Presse de septembre 2008 où il rapportait que Hautbois se vantait en 1995 d’avoir d’excellents rapports avec le Betar Tagar.

En parallèle à sa carrière politique, Hautbois a longtemps travaillé dans l’événementiel sportif lié au rugby, notamment au sein du club du Racing, partageant sa vie entre Londres et Paris. En 2009, il a créé sa propre société en conseil qui porte son nom. Il est probable que ce mariage d’amour lui doit beaucoup…

Reste à régler l’épineuse question : à qui vendre les photos du mariage ? Closer, Gala, Voici sont certainement sur les rangs, et le bénéfice pourrait être particulièrement juteux !  Dommage que papy ait revendu sa Rolls blindée il y a quelques années : on aurait pu avoir de superbes photos qui aurait pu intéresser la presse de la droite nationale comme Minute… Au fait, Arnaud Hautbois y a un très bon ami : Bruno Larebière. L’ex rédacteur en chef de Minute, parti pour devenir le conseiller en com’ de Fréderic Nihous pour la présidentielle de 2007, est de retour dans le journal d’extrême droite, dans lequel il signe des articles sous le pseudo de  Lionel Humbert, la gestion de la feuille d’infos Islam Confidentielles lui laissant un peu de temps. En 2006, Haubois était l’un des invités de Larebière à son mariage ,déjà !

Comme on dit chez nous : Mazel tov !

La Horde

 

4 commentaires »

  1. Emmanuel 23 août 2014 at 09:06 - Reply

    Allez, c’est pardonné. Merci !

  2. Paq 31 juillet 2014 at 15:30 - Reply

    Excellent la photo du mariage Hammerskins 🙂

  3. Emmanuel 31 juillet 2014 at 14:18 - Reply

    Vous pourriez avoir la courtoisie de citer la source de la photographie de l’affiche de ce M. Decosse, non ?

Laisser un commentaire »