De Brahim Bouarram à Clément Méric, l’ordinaire de l’indulgence judiciaire pour les militants d’extrême-droite

24 juin 2014 3 Imprimer ce billet Imprimer ce billet

injusticeLe site Mémorial 98 vient de publier un long texte présentant une analyse de l’indulgence judiciaire vis à vis de l’extrême droite dont nous reprenons les premières lignes. Nous ne pouvons que souligner une partie de leurs conclusions, selon laquelle « Il est donc essentiel de ne pas laisser l’instruction se dérouler en silence concernant le meurtre de Clément Méric ».

Samuel Dufour est ce militant fasciste qui , après avoir participé à l’agression qui a conduit au meurtre de Clément Méric, avait envoyé des SMS accablants sur sa participation aux faits. Il a été libéré, sous contrôle judiciaire, un an tout juste après les faits. Parmi ses SMS, certains avaient comme destinataire Serge Ayoub, leader du groupe  « Troisième Voie ». Celui-ci dénonçait d’ailleurs au mois de février ,sur le site Rue 89 qui lui laissait complaisamment la parole, la détention provisoire de Dufour comme un prétendu scandale , notamment en raison de la « poursuite des études » du jeune fasciste. Il a été écouté.

Katia Veloso, la compagne du principal mis en cause Esteban Morillo, qui avait téléphoné à des militants d’extrême-droite pour qu’ils viennent rejoindre les jeunes néo-nazis déjà sur place, a été mise totalement hors de cause.

Si cet état de fait est révoltant, et augure plutôt mal de la suite du procès du meurtre de Clément Méric, il n’est malheureusement pas surprenant, au regard d’autres affaires de ce type.

Brahim_BouarramEn 1995 Brahim Bouarram est jeté à la Seine, en marge d’un défilé du FN, par des militants néo-nazis, dont il sera très vite établi qu’ils avaient des liens habituels avec le parti d’extrême-droite. Plusieurs d’entre eux étaient en effet utilisés régulièrement comme membres du service d’ordre par les responsables du FN de leur département d’origine .

Moins d’un an après le meurtre, plusieurs des co-accusés sont libérés pendant l’instruction alors en cours. Quatre témoins ont d’abord relaté des faits accablants et concordants démontrant que l’ensemble des néo-nazis cherchait activement une victime en scrutant les berges de la Seine, bien avant de tomber sur Brahim Bouarram. Mais en quelques mois, ces quatre personnes se sont toutes rétractées, notamment une jeune femme qui apparaît muette et terrorisée au cours des audiences. Le juge, pourtant, ne tient aucun compte du caractère troublant de ces rétractations tardives générales, et relâche les co-accusés. L’un des présents à la ratonnade a d’ailleurs été relâché bien avant, comme si la possibilité de pression sur les témoins n’avait aucune importance.

Lire la suite sur le site de Mémorial98

3 commentaires »

  1. Sabrina 19 octobre 2014 at 11:27 - Reply

    Brahim était une personne très calme et toutes personnes l ayant connu peuvent le dire… Tu nous manques!!!

  2. nico 20 août 2014 at 07:22 - Reply

    brahim bouarram n’avait demandé à personne. ce n’etait pas un militant. il a été victime d’une attaque du seul fait de la couleur de sa peau. clement est allé au carton de son propre gré et en est mort. ce n’est pas du tout la même chose.

Laisser un commentaire »