Pierrefitte : lynchage révélateur du racisme anti-Rrom

18 juin 2014 2 Imprimer ce billet Imprimer ce billet
Le campement où vivait le jeune agressé.

Le campement où vivait le jeune agressé.

Bien que les circonstances précises du drame soient encore à définir, l’enlèvement et les violences subies par un jeune garçon Rrom vendredi 13 juin sont très probablement racistes, et s’inscrivent dans un climat de plus en plus tendu à l’égard de la communauté rrom dans notre pays, qui se trouve en butte à la fois au racisme de l’État français, qui leur refuse le droit de vivre dans des conditions décentes sur son territoire, et au racisme de la population, y compris de la part des autres communautés elles aussi victimes du racisme, selon le principe « le dernier arrivé ferme la porte ». Le collectif Romeurope a réagit lundi dernier sur cette agression, pour rappeler quels sont les enjeux pour la communauté rrom, au-delà de ce drame particulier. À Strasbourg, Justice & Libertés et Latcho Rom appellent à un rassemblement place Kléber, samedi 21 juin à 15 h, suivi d’une manifestation.

Paris, le 17 juin 2014

Les médias rapportent depuis lundi soir le terrible lynchage d’un jeune de 16 ans vivant dans un bidonville de Pierrefîtte-sur-Seine (93). Entre la vie et la mort depuis vendredi, cet adolescent aurait été séquestré puis roué de coups par des personnes le soupçonnant d’un cambriolage.

Les auteurs de ces actes barbares doivent être identifiés et répondre de leurs actes devant la justice. Ce fait divers est la terrifiante conséquence de plusieurs années de politiques publiques inefficaces et de prises de paroles d’élus, de représentants de l’État mais aussi de nombreux médias entretenant et surfant sur un climat malsain.

Face aux enjeux posés par la résurgence des bidonvilles dans notre pays, dans lesquels sont cantonnées des familles le plus souvent d’origine roumaine ou bulgare, la réponse n’a été que l’absurde ou l’abject. La destruction continuelle et intensive des bidonvilles ne fait que rendre les difficultés des familles qui y vivent encore plus compliquées à traiter. Cette misère entretenue ne suscite que l’indifférence et fait prospérer un racisme qui touche toute la société française.

Ce drame doit entraîner une prise de conscience ainsi qu’un positionnement clair et différent, au plus haut niveau quant à l’urgence de la mise en place d’une politique radicalement différente pour sortir les familles des bidonvilles et de la misère. Il faut d’urgence poser des actes forts pour arrêter la spirale des violences, sous peine que d’autres drames se produisent. Rien ne peut justifier et encore moins autoriser de tels actes.

2 commentaires »

  1. ... 25 juin 2014 at 22:24 - Reply

    La victime est morte depuis. La presse n’en a pas parlé

Laisser un commentaire »