Paris, 11 mai : une pucelle, beaucoup de prétendants

13 mai 2014 5 Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Ce 11 mai ont eu lieu comme chaque année les trois défilés en l’honneur de Jeanne d’Arc : les royalistes de l’Action française, les néofascistes de l’Œuvre française, et les catholiques intégristes de Civitas. Un temps à ne pas mettre un chrétien dehors, il est vrai, mais la météo seule ne peut pas expliquer la très faible mobilisation de chacun des cortèges : il semblerait qu’en dépit du succès de Jour de Colère en janvier dernier et des récentes manifs homophobes, le succès populaire de ces mouvements n’est pas pour demain, ce qui ne peut que nous rassurer. Petit aperçu de ce qui trainait dans les rues de Paris dimanche dernier… 

À, à, à la queuleuleu…

L'Action française

L’Action française

Comme à son habitude, c’est l’Action Française qui a ouvert la danse : sous la conduite d’Olivier Perceval et Elie Hatem (qui fut tête de liste Rassemblement Bleu Marine aux dernières municipales) à peine plus d’une centaine de personnes ont défilé de l’Opéra à la place des Pyramides, le tout en fanfare (enfin presque) puisque le cortège de l’AF était accompagné des Chœurs Montjoie Saint-Denis.

Dans la foulée, mais en évitant soigneusement de se croiser, c’est ensuite le Renouveau Français, emmené par Thibault de Chassey et les Amis de Pierre Sidos (soit le nouveau nom adopté par l’Œuvre Française (OF) et les Jeunesses Nationalistes depuis leur dissolution l’été dernier)  sous la conduite d’Ivan Benedetti et Pierre Sidos (à noter tout de même l’importance qu’a l’air de prendre l’avocat toulousain Pierre-Marie Bonneau). Rien de particulier à en dire : faible mobilisation là encore, mais qui représente la réalité de ces mouvements, c’est-à-dire une centaine de personnes grand maximum pour chacun des deux groupuscules.

En bas à gauche, Benedetti et Gabriac.

En bas à gauche, Benedetti et Gabriac.

Des cortèges d’associations fantômes ou satellites (tels Le Clan et les Caryathides, coquilles vides de l’OF, ou encore France Action Jeunesse dirigé par l’ex FNJ Jeremy Thebault proche de l’AF, et surtout proche du zéro adhérent !) pouvaient donner l’impression d’une mobilisation plus large, un peu comme le faisait en son temps Serge Ayoub lors des précédents 9 mai. Concernant l’OF, il y aura peu d’absents ce matin-là, et ce qui confirme que les descendants de Sidos restent principalement implantés en province, notamment dans l’Est de la France (en Lorraine, en Rhône-Alpes et dans le Sud-Est). On notera la présence de Thierry Maillard et son fantomatique Réseau France Nationaliste, toujours aussi discrètement vêtu, et qui créera le seul incident de la matinée en agressant un journaliste[1].

« Pluie du matin réjouit le pèlerin »

L'Œuvre française, après avoir défilé le matin, remet ça l'après-midi avec Civitas.

L’Œuvre française remet ça avec Civitas.

L’après-midi c’était au tour de Civitas : le cortège avait donc une coloration beaucoup plus religieuse que le matin, et il était aussi plus important, bien que relativement faible. Au départ de la manif, à 14h30, il n’y a guère plus d’une cinquantaine de personnes sur place : finalement, les rangs finissent par grossir un peu en cours de route, et c’est entre 200 et 300 manifestants qui arrivent devant la statue. Comme chaque année le service d’ordre était assuré par les militants de l’OF sous la direction de Jérome Guigue, le petit Gabriac pouvant, du haut de sa notoriété, se contenter de faire le beau (enfin si on peut dire) devant les caméras.

Mais comme le matin, une forte pluie a arrosé les manifestants au moment de la prise de parole d’Alain Escada, président de Civitas, et de l’interminable sermon de l’abbé Beauvais, le curé de l’église intégriste Saint-Nicolas du Chardonnet[2] : il fallait avoir la foi pour supporter les deux simultanément, le corps et l’esprit étant mis à rude épreuve…

Civitas-11-mai_2014A

Protégés par un militant, à gauche, avec le logo de l’Œuvre française sur le torse, Farida Belghoul et Alain Escada prennent la pose.

Mais le plus intéressant était la présence (décriée par certains) de Farida Belghoul, venue faire la promo de ses Journées du Retrait de l’École (JRE).  Si nos défenseurs de l’Europe chrétienne n’ont pas été jusqu’à lui donner la parole, voir la musulmane Farida Belghoul protégée par les islamophobes obsessionnels de l’OF était assez étonnant. Car si la question de l’alliance stratégique est évidente, aussi bien pour Civitas (comme l’explique Alain Escada dans l’édito du dernier numéro de sa revue)  que pour Farida Belghoul, il est étonnant de voir les militants de l’Œuvre se prêter à ce petit jeu. Quant aux pauvres militants et cadres dirigeants du Parti de la France relégués au second plan, loin derrière la banderole des JRE, là encore, quel affront pour ces défenseurs d’une nation blanche et chrétienne ! Surtout quand on sait qu’ils se sont éloignés (en partie) du FN car ils jugeaient Marine Le Pen trop complaisante envers l’Islam…

Pierre Panet

Pierre Panet

Cerise sur le gâteau, Belghoul était venu accompagnée d’un autre zozo, Pierre Panet qui mérite qu’on s’y attarde : évoluant lui aussi dans la mouvance Dieudo (il était même sur la liste antisioniste lors des européennes de 2009), il est le représentant (et très certainement le seul adhérent) du Comité de soutien au commandant Ilich Ramirez Sanchez « Carlos », le terroriste bien connu. Cela ne l’a pas empêché, cela dit, de se retrouver sur la liste FN-RBM dans le 12e arrondissement de Paris lors des dernières municipales. Reconnaissons qu’avec ces deux-là, on était bien loin de la défense de cette grande civilisation chrétienne qu’appellent de leurs vœux les intégristes de Civitas, les nervis de l’OF et les frustés du PdF !

  1. Pour l’anecdote, cette agression sera évoquée sur le site de la Ligue de Défense Juive, ce qui ne nous étonna guère ayant constaté la présence de Jean-Claude Nataf-Carlisle aux abords de la statue de Jeanne d’Arc, ce dernier bien qu’un peu moins dans l’ombre depuis certains articles ne peut s’empêcher de venir sentir au plus près  les résidus de l’Œuvre Française. []
  2. plus pour longtemps cela dit, puisqu’il est prévu qu’il soit muté en Espagne, une mesure quasi-disciplinaire de la Fraternité Saint-Pie X, probablement en raison de ses démonstrations publiques et outrancières pendant les manifs homophobes. []

5 commentaires »

  1. Charles Madiot 11 septembre 2014 at 22:20 - Reply

    C’est vraiment drôle tout ça quand on sait qu’elle n’a été canonisée qu’en 1920, et à la demande de la République française pour motiver les troupes face à l’armée allemande dans la guerre à venir :’)

  2. Vincent jarousseau 15 mai 2014 at 12:50 - Reply

    Voici quelques photos prises au coeur du cortège de l’OF:

    https://www.flickr.com/photos/jarousseau/sets/72157644231595860/

Laisser un commentaire »