Un antifascisme au service de la lutte des classes

10 mai 2014 4 Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Le site Travail contre Capital a publié plusieurs textes intéressants sur les rapports de l’extrême droite (et du Front national en particulier) avec le monde ouvrier. En voici un exemple, reproduit ici partiellement :

L’extrême droite est une composante parmi d’autres du système capitaliste, alors pourquoi aujourd’hui rendre la lutte contre les nationalistes aussi primordiale dans notre lutte quotidienne ? En vingt ans l’extrême droite française a changé de visage et le contexte dans lequel il évolue également. De la même façon que l’anti-stalinisme était une activité primordiale pour les autogestionnaires du mouvement ouvrier des années 60 à cause du contexte particulier de l’époque, la lutte contre l’extrême droite suit la même logique : combattre une illusion politique pour les travailleurs. La faillite de la classe politique, de la droite réactionnaire à la gauche libérale, l’impossibilité pour la gauche sociale de s’affranchir de la tutelle de cette gauche libérale et d’offrir une autre perspective qu’une solution électoraliste, la tromperie d’une gauche radicale qui n’utilise jamais ses apparitions publiques pour critiquer le capitalisme mais seulement pour en rester au dessous du trade-unionisme en proposant comme perspective un programme de transition aussi irréaliste qu’historiquement dépassé … l’extrême droite se présente alors comme seule perspective illusoirement crédible depuis quelques temps dans le spectacle tragi-comique de l’infantilisation électoraliste. Les forces militantes de l’autogestion émancipatrice sont trop minces pour contrer ce flot de propagande médiatique qui nourrit en permanence la psychose sécuritaire et xénophobe.

Lire la suite

4 commentaires »

  1. Mustapha 25 mai 2014 at 01:59 - Reply

    je voudrais d’abord m’excuser, j’ai encore du mal avec l’orthographe de la langue française.
    le titre « combattre tous les nationalismes », est pour moi erroné il y a des nationalismes progressistes et des nationalismes réactionnaires. il est juste de soutenir un peuple menant une lutte de libération national pour libérer sa nation écrasé par une autre, on peut prendre l’exemple du Kurdistan, Palestine, Irlande…etc. En revanche, il faut lutter contre le nationalisme français , le chauvinisme et le social-chauvinisme. La France est une puissance imperialistes écrasant militairement, économiquement et culturellement de nombreux peuples. Certains groupes disent que la Françe est menacé par les états unis c’est faux. Elle est une puissance imperialiste puissante et fait front avec les USA sur de nombreux conflits. Bien sure il arrive et c’est normale, qu’il y est quelque desacord entre les imperialiste français et US. Néanmoins aujourd’uit nous pouvons voir deux bloc imperialiste se dessiner , d’un coté UE/USA, de l’autre les nouveaux pays imperialistes avec en tête Chine/russie . ( c’est d’ailleur un affrontement de ces deux blocs qu’il y a en Ukraine.)
    Vous parlez de « classe politique » je ne comprend pas ce terme. La société capitaliste est divisé en deux classes, le proletariat et la bourgeoisie, leurs interets sont antagonique. Afin de lutter justement contre le fascisme, la classe ouvrière doit se donner les moyens de vaincres. D’abord il est necessaire de comprendre ce qu’est le fascisme et son role. Le fascisme c’est la dictature terroriste des élement les plus chauvins et réactionnaire du capital financier et non du « capitalisme industriel », comme vous l’affirmez. Le système capitaliste a subit une évolution depuis sa naissance, il est passé du capitalisme liberal -ou la libre concurence occupe la place principal-, au stade du capitalisme monopoliste -ou les monopoles occupes la place dominante-. À l’epoque du capitalisme monopoliste le capital bancaire et industriel ont fusionné pour former le capital financier, qui est le plus féroces, et le plus barbar.
    Le capitalisme monopolistes c est la monopolisation et l accaparement par le grand capital de la plus-value, c’est a dit l’augmentation de la cruauté et du poids de l’exploitation subie par le peuple travailleur.
    Y a t’il un danger fascistes? Je pense que oui à moyen terme. Aujourd’uit le gouvernement PS, ( et avant l’UMP) creuse le lit du fascisme. De plus en plus ils pondent des réformes impopulaires, et récupère des acquis gagner jadis par la classe ouvrières, multiplie les surveillance policières aux entré des usines qui chauffent. Biensur creuser le lit du fascisme prend du temps, c’est un processus.

    Vous parlez de la lutte contre l’étatisme, je ne comprend pas . Un Etat est un outil de domination d’une classe sur une autre, on ne lutte donc pas contre l’etatisme, mais contre la classe qui détien l’etat. En l’occurence la classe des capitalistes.

    Merci de votre réponse. Mustapha

    • La Horde 25 mai 2014 at 21:37 - Reply

      On comprend bien la distinction que tu fais entre la lutte de libération nationale et le chauvinisme, qui sont deux formes de nationalisme effectivement bien différentes. En revanche, une fois que le nationalisme d’émancipation débouche sur un État national, je pense que tu sera d’accord avec nous pour dire que le nationalisme de cet État doit alors être combattu. Pour ce qui est du mot « classe », il n’a pas le même sens selon l’emploi qu’on en fait : la « classe politique » désigne ici les partis institutionnels électoralistes. Pour le reste de ton analyse, elle recoupe pour l’essentiel ce que dit le texte que nous avons relayé.

  2. WhilelM 10 mai 2014 at 10:30 - Reply

    Le lien « lire la suite » ne marche pas: phttp://contrecapital.blogspot.fr/p/blog-page.html

    • La Horde 10 mai 2014 at 10:46 - Reply

      Merci, c’est réparé !

Laisser un commentaire »