Comment Frédéric Chatillon règle les factures du Front National

24 avril 2014 1 Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Rue89 le 23 avril 2014 a décidé de consacrer un article à un pauvre petit patron, Eric Caucheteur, qui a eu la bonne idée de vouloir faire un peu de business avec le Front National, via la société de communication Riwal, propriété de Frédéric Chatillon, ancien chef du GUD. Tout allait bien jusqu’au jour où Caucheteur a voulu se faire payer, sans succès.  Dommage …

chat

Frédéric Chatillon exécutant une quenelle sous l’eau…

« Arrête le fist-fucking ! » Injures et impayés dans la galaxie Le Pen

Selon nos informations, Frédéric Chatillon, proche de Marine Le Pen, a accumulé des impayés auprès d’un prestataire depuis 2012. Chaque relance de son créancier est accueillie par une flopée d’injures.

Frédéric Chatillon, ex-leader du groupuscule d’extrême droite GUD (Groupe Union Défense), est l’ami et le conseiller officieux de Marine Le Pen. Il est également, avec sa société de communication Riwal, un important prestataire du Front national.

Lors de la campagne présidentielle de Marine Le Pen en 2012, Frédéric Chatillon, via Riwal, était en charge d’une partie de la communication.

En septembre 2011, ce dernier fait appel à la société PW3 d’Eric Caucheteur pour une diffusion de contenu vidéo live sur Dailymotion lors des meetings de la présidente du Front national.

Au bout de 25 retransmissions vidéo, Eric Caucheteur s’inquiète de retards de paiement à répétition de la part de Riwal, et s’en plaint au FN. Le parti décide alors, le 23 février 2012, de traiter directement avec le prestataire.

Cependant, Frédéric Chatillon a laissé une ardoise de 6 270 euros TTC auprès de la société.

« Idiot. Tu vas déchanter »

Lorsque Eric Caucheteur, par e-mail, réclame son argent et menace de rendre l’affaire publique, Frédéric Chatillon, non content de ne pas payer, multiplie injures et intimidations. Dans ses réponses, que nous avons pu consulter, on peut lire :

« Tu es un crétin et je te paierai pauvre merde. »

« Idiot. Tu vas déchanter. »

« Attention que ça ne se retourne pas contre toi mon doux. »

A chaque relance, le ton monte. Au cours des derniers échanges, Frédéric Chatillon attaque le directeur de PW3 sur son homosexualité :

« Mon regard sur vous est en train de changer, mon petit doigt me dit que vous êtes un sacré coquin toujours à mettre ses doigts (ou ses poings) n’importe où, n’est-il pas ? »

La suite ici

Un commentaire »

Laisser un commentaire »