Le Collectif dionysien contre le FN et l’extrême droite s’oppose aux JRE

16 avril 2014 1 Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Saint-Denis dit non aux intégrismes religieux, à l’obscurantisme et défendra toujours l’égalité des droits pour toutes et tous

JRE (Jour de retrait de l’école) de Seine-Saint-Denis organisait, ce dimanche 13 avril 2014, une conférence régionale Île-de-France à Saint-Denis. Farida Belghoul, (habituelle conférencière des JRE, disciple d’Alain Soral, d’Égalité et réconciliation, ancien membre du bureau national du Front national et qui se définit aujourd’hui comme national-socialiste) ainsi que Jean-Pierre Dickès, président de l’Association Catholique des Infirmières et Médecins, proche de Civitas, organisation catholique intégriste, devaient l’animer.

Alertés par divers canaux le 11 avril, le collectif dionysien contre le FN et l’extrême droite et plusieurs autres organisations, des élu-e-s ainsi que des citoyen-ne-s non organisé-e-s ont décidé de réagir en se rassemblant devant la salle de conférence. Plus de 50 personnes y ont distribué un tract apportant des éclaircissements face aux inquiétudes totalement infondées sur une prétendue « théorie du genre » qui serait maintenant introduite dans les programmes scolaires et enseignée aux enfants ! Dans un de leur tract ils prétendent que « l’Etat introduit l’homosexualité, la bisexualité et la transsexualité dans tous les programmes scolaires » !!! De telles énormités, de tels mensonges prêteraient à rire si cela ne débouchait pas sur des appels contraires aux intérêts des enfants et des familles : des journées de retrait de l’école.

Ces appels, ces actions divisent les familles, fragilisent la communauté éducative et l’institution scolaire.

SaintDenisAntifa
La présence de nombreux dionysien-ne-s, et alors qu’un nombre restreint de participant-e-s se sont présenté-e-s à l’entrée, a un sens : nous refusons que Saint-Denis soit un territoire où l’extrême droite et les intégristes de toutes religions utilisent les interrogations des familles quant à l’éducation et au devenir de leurs enfants dans cette société en crise, gangrenée par le chômage et l’approfondissement des inégalités.

Les vraies inquiétudes des familles quant à l’éducation des enfants portent sur les moyens de l’Éducation nationale dans notre académie : remplacement des maîtres, encadrement, formation, soutien scolaire, médecine scolaire et non sur une prétendue « théorie du genre » enseignée à la maternelle !!!

C’est une école favorisant l’égal accès au savoir et transmettant des valeurs de liberté, d’égalité et de fraternité que nous voulons pour nos enfants quelles que soient leurs origines. L’école publique de notre pays est obligatoire, laïque et gratuite et combat toutes les discriminations. Et nous faisons toute confiance aux enseignants dans leur capacité à utiliser tous les outils pédagogiques pour transmettre les valeurs d’égalité entre femmes et hommes dans l’accès au savoir et pour la réussite de toutes et tous.

L’égalité d’accès à la culture, l’égalité salariale entre femmes et hommes, l’accès de toutes et tous aux métiers de leur choix, protéger les femmes des violences qu’elles subissent dans la société ou dans leurs cercles familiaux, c’est le sens de notre combat. Pour cela, il faut des outils pédagogiques et des personnels formés de la crèche à l’université.

Ce sont ces valeurs et la lutte contre toutes les discriminations que combattent toujours les mêmes forces rétrogrades, aujourd’hui coalisées contre les droits des femmes, hier contre le droit à l’avortement, toujours contre le libre choix de l’orientation sexuelle. Antiféministes et homophobes, tous ces discours inégalitaires et de haine ne font en réalité que défendre un ordre économique et social injuste.

Diviser les un-e-s et les autres, les stigmatiser a toujours fait l’affaire des puissants et des nantis dans notre société. C’est ce que nous refusons ! C’est ce que nous avons voulu dire aux participant-e-s en dépit des menaces verbales et des tentatives d’agression physique de certains des organisateurs que seule la présence massive et pacifique a pu contenir et empêcher.

En toute circonstance, face aux offensives et convergences des intégrismes et des forces d’extrême droite, à Saint-Denis, comme ailleurs, le dialogue avec tous les citoyen-ne-s trompé-e-s, la vigilance, la mobilisation resteront à tout instant et partout notre ligne de conduite.

Collectif dionysien contre le FN et l’extrême-droite avec Apeis, Coordination 93 de lutte pour les Sans-Papiers, EELV, Ensemble-FdG, Gauche unitaire, Mrap, Mouvement de la Paix, Npa, Pcf, Prg, Ps, Ras l’Front, section dionysienne du Snuipp-Fsu, diversEs citoyennes et citoyens,… , Alternative libertaire, Coordination des Groupes Anarchistes, Union locale Solidaires Saint-Denis avec SUD Education et SUD Collectivité Territoriale, Femmes solidaires, LDH…

Un commentaire »

Laisser un commentaire »