Fusillade : Clermont-Ferrand passe tout près d’une affaire Méric

23 janvier 2014 11 Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Un article de Regard.fr qui revient sur la personnalité de Kevin Pioche, le skinhead d’extrême droite qui a ouvert le feu sur le public qui venait assister à un concert de soutien aux étudiants sans-papiers.

Kevin Krakow Pioche Clermont ferrand au centre

Kevin Pioche et ses amis

Fusillade : Clermont-Ferrand passe tout près d’une affaire Méric

Un marginal proche de groupes néonazis locaux fait feu en pleine rue sur des militants de la cause des sans-papiers : cela s’est passé vendredi à Clermont. L’enquête a été expédiée et l’affaire jugée hier… pour l’enterrer plus vite, à quelques semaines des municipales ?

« J’étais en train de boire une bière dehors, quand un type est arrivé en hurlant. » Quelques secondes plus tard, Marion reçoit des plombs dans le cuir chevelu alors qu’elle tente, avec une vingtaine de personnes, de se replier dans le squat associatif l’Hôtel des vils, à Clermont-Ferrand. L’assaillant tire à huit reprises.

Ce vendredi 18 janvier 2014, RUSF organise une soirée pour deux étudiantes arméniennes expulsées. Il est 23 heures quand Kevin Pioche, un jeune skinhead, tire avec un fusil à canon scié sur un groupe de personnes situé sur l’avenue de l’Union soviétique devant le lieu du concert. Outre Marion, Boris qui vit dans le lieu, reçoit huit impacts de plombs. Il sera opéré de la main le lendemain. Cassandre, étudiante, était présente dans ce groupe : « Il tirait en avançant. Tout le monde s’est barricadé dans le squat. » Les intentions étaient meurtrières. « Je l’ai vu, j’ai tilté et j’ai dit « on rentre ». Et là, j’ai entendu des coups de feu », continue Marion. Les voisins alertent la BAC et les pompiers. L’assaillant fuit, récupéré par une voiture postée plus loin.

Attirail crypto-nazi

Le lendemain, le tireur se rend au commissariat. Il est jugé lundi 21 et condamné à deux ans de prison ferme. Pour l’avocat des victimes, Me Borie, « C’est le procès de la misère des désinsérés ». Kevin Pioche, ancien tatoueur, est en effet SDF depuis deux ans, et il a eu une vie difficile. C’est ce qu’il a expliqué à la barre. Son quotidien : chasser les antifas, monter sur les toits de la ville – on le voit en photo au dessus de la place de Jaude.

inclure-a7174

Sa page Facebook – disparue depuis hier – affiche un attirail crypto-nazi hétéroclite. Des photos le montrent entouré de jeunes rasés à croix celtique et blouson noir. Se surnommant « Krakow », qui signifie Cracovie (près d’Auschwitz), ou « El muerte », il arbore un drapeau fleur de lys et, clairement, ses convictions « anti-antifas ». Le 11 janvier, il modifie sa page en affichant l’image d’un cagoulé. « Wir sind die skins », peut-on lire en allemand (« Nous sommes les skins »). Elle mentionne ailleurs « Exécuteur à Waffen SS volontaire ». Des signes avant-coureurs de son passage à l’acte ?

Selon les victimes, qui ont porté plainte, Kevin était un individu connu en ville et plusieurs incidents avaient eu lieu ces derniers mois. Présence bruyante de groupes identitaires perturbant des Cercles de silence, ces rassemblements de protestation contre l’enfermement des immigrés. Pour un membre de la CNT : « C’est depuis la projection de Welcome (ndlr : le film sur un migrant qui tente de passer en Angleterre), à l’occasion de laquelle les fachos avaient affiché des bandeaux « Goodbye », que la tension est montée à Clermont-Ferrand ». À la Ligue des droits de l’homme, on évoque des manifestations de soutien aux étrangers « encadrées » par des fascistes. Une technique très usitée à Lyon, place forte des Identitaires…

Les tensions tragiquement illustrées par le meurtre de Clément Méric à Paris, en juin 2013, n’épargnent plus l’Auvergne. Un drame dont on n’est pas passé loin à Clermont, résume Me Borie.

la suite ici

11 commentaires »

  1. tatayoyo 18 septembre 2014 at 18:22 - Reply

    Il est dehors avec un bracelet électronique depuis quelques jours…

  2. CNT-AIT 63 13 février 2014 at 12:03 - Reply

    Oui « affaire » c’est loin d’être top…

    Le comm’ de l’HdV : http://anarsixtrois.unblog.fr/2014/01/23/communique-lhdv-un-squat-en-paix/

    Le tireur a fait appel…

  3. Cr@do 8 février 2014 at 09:52 - Reply

    Salut, je suis choqué de retrouver ici le terme « affaire Meric ».
    En effet, je pensais que ce terme appartenait à la presse de masse et le voir sur la horde me fait dire que certaines personnes oublient tout simplement que des lectrices-lecteurs de La Horde étaient des amis de Clément.
    Résumer ce qui est arrivé à Clément à une  » affaire » participé la banalisation de cet acte.
    Clement Meric n’était pas une  » affaire » c’était un ami, un camarade,…
    Ni oubli, ni pardon, ni banalisation pour la mort de notre ami, notre camarade,….

  4. walter 27 janvier 2014 at 18:38 - Reply

    j’ai oublié de mettre le lien, pardon… j’en profite pour rajouter, je trouve que le titre de cet article de regard est un peu inapproprié, agiter le feu de la bonne vieille lutte des extrêmes… marion je ne crois pas te connaître en vrai, peut-être s’est-on croisés ? fort possible… mais je peux affirmer en revanche avec certitude que notre autre camarade blessé n’a rien d’un antifa qui passerait sa vie dans un monde de violence à traquer des fafs – je n’ai rien contre hein, soyons clairs -, mais voilà, n’est-ce pas un peu alimenter leur moulin à répression des « ultras » que d’associer ce qui s’est passé au drame dont clément méric a été victime ?
    mais bon, le journalisme reste ce qu’il est, il lui faut un titre choc pour vendre, et bien que constatant que certains propos de marion aient été manifestement déformés, je dois avouer que c’est le seul article un peu au fait des choses que j’ai pu lire. allez, à plus ! le lien :
    http://fr.squat.net/2014/01/23/clermont-ferrand-lhotel-des-vil-e-s-un-squat-en-paix/

  5. walter 27 janvier 2014 at 18:28 - Reply

    bonjour, tout d’abord merci à vous de vous interroger sérieusement sur ce qui s’est passé ce soir là près des volcans… bien entendu bon rétablissement à vous les copains ! si je me permets d’intervenir c’est parce que j’ai lu le communiqué que l’hôtel des vil-es a rédigé et l’ai trouvé vraiment très intelligent, drôle – ce qui tient de l’exploit en de telles situations – , et subtil, et je m’étonne de ne pas le voir figurer ici… bon, bah je laisse un lien qui y mène, vous remercie pour votre travail sur ce site, et longue vie à l’hôtel des vil-es !
    entre autres…

  6. lejourseleve 23 janvier 2014 at 21:04 - Reply

    Merci Marion pour ces commentaires heureusement plus intéressants que ceux qu’on peut lire à la suite de l’article de Regard.fr. Quant à l’article lui-même, il témoigne malheureusement des dangers de la désinformation lors d’un travail trop approximatif. Des approximations qui servent évidemment les polémiques dans cette histoire et toutes les agressions de l’extrême-droite et nuisent à la crédibilité anti-fasciste. Bon courage et bonne lutte, Clermont.

  7. Marion 23 janvier 2014 at 16:30 - Reply

    Après, sans pouvoir l’affirmer avec certitude, je ne suis pas persuadée que « les intentions étaient meurtrières ». A vrai dire, je n’en sais rien. Dans tous les cas, les conséquences auraient pu être plus graves s’il avait été plus près où si les plombs avaient touché ailleurs.

  8. Marion 23 janvier 2014 at 16:21 - Reply

    Salut, je suis une des personnes citées dans cet article qui ne me conviens pas et j’ai des précisions à apporter. Voici ce que je compte envoyer à l’auteur du texte:

    « Je ne sais pas si vous avez mal interprété mes propos ou si c’est moi qui ai manqué de clarté en vous racontant les faits mais l’article ne me convient pas des masses.

    Tout d’abord, je n’ai reçu qu’un seul plomb. En en comparaison à l’autre personne, je n’ai été que très légèrement blessée.

    Le policier n’a pas détourné la qualification « d’agression politique » mais l’affirmation de ma part que Kevin Pioche avait une arme à feu. J’ai dit au policier que je pensais avoir vu un canon scié dans la main droite de l’agresseur ce qui, d’ailleurs, m’avait fait réagir et dire « on rentre » à mon pote. Ce à quoi le policier m’a demandé « – vous l’avez vu tirer avec ? », « – non, j’ai pris le plomb à l’arrière de la tête, il a dû tirer alors que je me tournais », « – alors vous ne pouvez pas affirmer que c’était une arme ».
    Le policier n’a pas non voulu faire apparaître la plaque de la Twingo dans mon procès verbal, sous prétexte, encore une fois, que je ne l’avais pas vue de mes yeux mais qu’elle m’avait été communiquée. Avec un procès expédié en 3 jours, les complices courent toujours. Je soutiens les propos de B. quant aux raisons de la comparution immédiate.

    C’est la défense qui a essayé de tourner l’affaire en « querelle de voisinage », prétendant que Kevin Pioche aurait été provoqué plus tôt dans la soirée – faux selon moi -, ou en « règlement de comptes ». S’il est vrai que Pioche a de gros « différents » – le mot est léger mais je ne savais pas quoi mettre d’autre – avec d’autres antifas et amis à moi, il est important de préciser qu’ils sont d’ordre politique – ce qui en fait dans tous les cas une affaire politique. Ceci dit, force est à constater que Pioche a tout bêtement tiré dans le tas, mes amis n’ayant même pas été éraflés par les plombs…

    Je finirai avec ce qui a été le plus désagréable à lire pour moi. Quand j’ai dit que je trouvais que la peine était légère, il ne faut pas comprendre que j’estime qu’il aurait dû prendre davantage mais qu’il semblerait – à ce qu’on m’a dit – que les peines prononcées ont tendance à être plus sévères pour les faits de ce genre. Je suis anti-carcérale, je ne souhaite la prison à personne, pas même à lui.
    J’ai porté plainte parce qu’il a fait est super grave, parce que cela fait plusieurs mois que les violences d’extrême droite se multiplient en toute impunité à Clermont-Ferrand, parce que la violence politique vient de gagner un échelon dans cette ville et qu’il y a un moment où ces conneries doivent cesser. C’est tout. »

    • Marion 23 janvier 2014 at 16:48 - Reply

      Je préciserais également que la thèse de la « querelle de voisinage » a d’abord été reprise par les médias locaux ayant probablement tiré leurs informations de la police seule.

      • azmar 26 janvier 2014 at 18:11 - Reply

        Merci beaucoup pour tes explications Marion.
        Courage et bon rétablissement, à toi et à l’autre camarade.

    • ptitagite 4 avril 2014 at 18:49 - Reply

      bonjour merci pour les explication et je suis dsl pour mon neveux..

Laisser un commentaire »