Résumé des agressions fascistes, racistes et homophobes sur Lille

21 décembre 2013 2 Imprimer ce billet Imprimer ce billet

TribannLilleMAJ : Nous avons reçu plusieurs remarques critiques sur ce texte (cf notamment le commentaire ci-dessous) ; nous sommes bien loin de penser, contrairement à ce qui est dit à la fin du texte, qu’il y a peu de réactions à Lille face aux fascistes (cf tout ce que nous avons publié sur La Horde depuis plusieurs mois sur ce qui se passe dans le Nord) ; et pour preuve, l’image ci-contre du démontage récent de l’enseigne Tribann  …

 

En juin 2011, Opstaan fait annuler le concert de ZEP à Bailleul. Le chanteur du groupe reçoit des menaces de mort, l’adresse de ses parents circule sur internet. Le même mois, saccage du bar le Resto Soleil par des identitaires affiliés à la Maison Flamande : une personne hospitalisée.

Janvier 2012 : Deux membres de groupes d’extrême-droite viennent faire de la provocation dans une soirée conviviale au local de la CNT, s’ensuivent des menaces de mort à l’encontre de militantEs syndicalistes. Le local de la CNT subira par deux fois des dégradations.

Durant l’année 2012, plusieurs syndicats et groupes libertaires et/ou antifascistes ont été infiltrés par un militant d’extrême-droite affilié à l’ancienne Maison Flamande, ce qui lui a permis de récupérer des informations (noms, adresses…).

Mars 2012 : Agression d’un militant antifasciste à son domicile, ayant entraîné des blessures nécessitant plusieurs hospitalisations.

2012 – 2013 : Plusieurs militantEs antifascistes suiviEs par des nationalistes jusqu’à leur domicile.

Septembre 2012 : Manifs anti-Rroms contre l’installation d’un camp à Cysoing. Divers propos racistes y ont été proférés, ainsi que des menaces de brûler le camp.

Novembre 2012 : Des membres de l’ancienne Maison Flamande menacent de « virer les Rroms manu militari » d’une ferme à Premesques.

Décembre 2012 : Nouveau saccage du Resto Soleil : 3 blessés. Première manif contre le mariage homosexuel, déferlement de propos homo/lesbo/trans/phobes.

Janvier 2013 : Un militant antifasciste est attendu à la gare par des membres de Génération Identitaire. Des menaces de mort sont proférées à l’encontre d’un autre militant antifasciste.

Avril 2013 : Attaque homophobe du bar le Vice & Versa quelques heures après une manifestation des anti-mariage homo. 3 blesséEs, des dégradations, le bar est contraint de fermer ses portes.

Avril à juillet 2013 : Début des prières de rue des Veilleurs contre le mariage homosexuel. Des membres d’Opstaan (identitaires flamands) et Troisième Voie (nationalistes) font partie du service d’ordre. Suite à l’hommage à Clément Méric , des flics disent avoir choisi le camp des Veilleurs face à leurs opposants et affublent ces derniers d’un « salut les pédés » à la fin du rassemblement. Plusieurs menaces d’un « nouveau Méric » par des membres du service d’ordre des Veilleurs.

8 juin 2013 : Un village d’insertion Rrom est attaqué par des identitaires à coup de cocktail Molotov en criant : « de l’essence pour les Rroms ».

Août 2013 : Un mail de menace est envoyé à Sud étudiant signé « Pierre, un nationaliste flamand ». Un camarade est menacé avec un cutter dans le métro par le même nationaliste qui avait infiltré plusieurs groupes quelques mois auparavant.

Septembre 2013 : Deux mails de menace sont envoyés au militant agressé en mars 2012, contenant des menaces de mort et la promesse qu’il sera « le nouveau Méric » par le même nationaliste flamand

Novembre 2013 : Des croix gammées puis une inscription « mort aux antifas » sont découvertes sur les portes et les murs à l’intérieur de la Bourse du travail qui abrite actuellement les Rroms expulséEs du parking P4 à Villeneuve d’Ascq. Une militante antifasciste est suivie jusqu’à son domicile par des membres du service d’ordre des Veilleurs puis voit devant chez elle le nationaliste qui avait infiltré plusieurs groupes.

Décembre 2013 : Une lettre de menace est déposée au domicile du militant agressé en mars 2012. Elle contient elle aussi des menaces de mort.

15 décembre 2013 : Nouvelles croix gammées à l’intérieur de la Bourse, par provocation un des néo-nazis frappe sur les portes intérieures. Ils partent avec une voiture et un camion et essayent de renverser une camarade.

Depuis la mobilisation du 8 octobre 2011 contre la manifestation nationaliste organisée par Serge Ayoub, il n’y a pratiquement plus eu de réaction d’ampleur contre les agissements des fascistes.

2 commentaires »

  1. mk 21 décembre 2013 at 17:42 - Reply

    Article victimaire qui pue la manipulation.

    OK c’est l’enlisement avec les Rroms à la bourse du travail (fallait peut-être commencer par établir une stratégie de lutte) mais faire croire au péril fasciste en espérant amener de nouveaux soutiens n’est pas la solution.

    Comme l’explique bien l’auteur du commentaire précèdent, dans le nord, les groupes fascistes ne cessent de perdre du terrain dans la rue (dans les urnes c’est une autre histoire). Le harcèlement quotidien qu’ils subissent n’y est probablement pas pour rien.

    Les tentatives d’implantation de l’extrême-droite radicale (maison flamande, JNR, Troisième Voie etc) à Auchel et à Bruay se sont soldés par des échecs cuisants grâce à la ténacité et à l’efficacité des groupes et organisations antifascistes locales. La maison de l’Artois (Auchel) n’aura tenu qu’une soirée et le local de Bruay n’a même pas pu ouvrir ses portes.

    En métropole Lilloise, la Maison Flamande à fermé ses portes et le seul lieu de rassemblement qui subsiste péniblement est la boutique de vêtements néo-nazis Tribann tenue par Luc Pécharman de la NDP (rue du port pour ceux que ça intéresse). Vu le peu de succès que connait sa boutique, j’espère qu’il redeviendra vite vendeur à Auchan.

    A chaque fois que les nervis fascistes ont croisé la route des antifascistes radicaux, et contrairement à ce qui est raconté dans cet article, ils sont partis en courant… quand ils pouvaient encore courir.
    Les divers groupes d’auto-défense militants lillois sont très structurés et efficaces. Le travail de fond est effectué (collages, tractages, veille…). en collaboration avec les organisations du mouvement social.

    Alors bien-sûr les fascistes sont dangereux, bien-sûr qu’il faut être extrêmement vigilants et rendre coup pour coup, mais monter en épingle des évènements mineurs, ressortir et compiler de cette manière-là des vieux dossiers sans même respecter la stratégie des organisations qui sont citées, c’est favoriser l’arrivée d’un vrai drame.

  2. altarriba 21 décembre 2013 at 16:33 - Reply

    Bon faudrait remettre les choses en perspective et nuancer les choses. Les récentes agressions autour de la bourse du travail sont préoccupantes mais nous ne pouvons honnêtement pas dire que la situation lilloise s’est dégradée. Il y 2 ans, lorsque nous avions organisé la manifestation du 8 octobre, qui avaient mobilisé 2000 personnes contre la manifestation organisée par Claude Hermant et Serge Ayoub le climat devenait vraiment inquiétant. La Vlaams Huis, Troisième Voie était alors à leur apogée dans la région, Opstaan réunissait les aficionados du lion des flandres, une maison de l’artois était sur le point d’ouvrir, un groupe fasciste réunissait quelques zozos dans l’Hainaut, Insula réunissait quelques identitaires réfractaires à la maison flamande. Des associations « caritatives » racistes gravitaient autour de la Vlaams Huis, des relations avérées avec les flics locaux avaient été révélées publiquement, une boutique de sapes fafs ouvraient à Lille (Tribann – dont l’enseigne a été kidnappée par des chenapans cette semaine), un projet de boulangerie natio était annoncé, leur club de boxe et de paint ball avaient l’air de tourner. Leur salle de réception donnait aussi l’impression de fonctionner épisodiquement. Des bandes de jeunes boneheads emmerdaient régulièrement du monde dans le quartier de la gare, les plus anciens jnr et consorts commençaient à s’affirmer, croyant pouvoir s’attaquer à nos lieux impunément, taguant des locaux, et même les jeunes qui tournaient autour du FN pensaient pouvoir faire le coup de poing ou venir squatter des AG étudiantes… La liste est longue, et j’en oublie. Qu’en est il aujourd’hui de l’extrême droite lilloise ? quelques skins isolés, Tribann qui finira bientôt par mettre la clé sous la porte, et Génération identitaire, une quinzaine de personnes qui a profité de la fin de la nébuleuse vlaams huis et de la dissolution des groupes TV et JNR. Le climat est bien meilleur, dire le contraire est idiot. Dire qu’il n’y quasiment plus eu de ripostes est mensonger. Le boulot a continué à être fait, une grosse partie des militants de chez eux n’ont pas disparus simplement par des virages d’opinions ou par l’action du saint esprit, les mobilisations ne se sont pas arrêtées, le boulot de terrain non plus. Le harcèlement politique a participé, avec la victoire physique à chaque affrontement et des considérations plus large (recomposition de l’extrême droite radicale) à permettre de retrouver une situation bien plus viable.

    Ce commentaire est écrit rapidement, il y aura sans doute à y redire. Malgré tout le boulot qui reste à faire et les soucis qu’on a en ce moment on ne peut objectivement pas affirmer que le climat est pire qu’à l’époque.

    Un antifasciste lillois

Laisser un commentaire »