Clermont-Ferrand : FN hors de la ville !

27 novembre 2013 0 Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Le groupe communiste Futur rouge s’est mobilisé sur la ville de Clermont-Ferrand pour empêcher le Front national d’y ouvrir un local de campagne. On leur pardonnera le ton un peu grandiloquent de leur communiqué, pour ne retenir que le succès de leur action !

Clermont_anti-FNL’ouverture du local de campagne du Front National, qui se présente pour la première fois depuis des décennies à Clermont-Ferrand, devait avoir lieu le lundi 28 octobre. Face a l’installation du Front national, les communistes ont mené campagne. Pour marquer notre refus de voir le FN s’installer, un rassemblement anti-fasciste se tenait place Delille le même jour. Face à la mobilisation et à diverses actions ayant eu lieu, le FN a décidé de reporter son inauguration au lendemain, sans l’annoncer cette fois.
C’est donc le mardi 29 que l’inauguration a eu lieu, certes en grandes pompes mais bien encadrée. Les habitants et les habitantes du quartier de la gare ont pu voir leurs rues envahies par des troupeaux de flics venus protéger l’événement. Le FN est un parti qui prétend proche du peuple, mais il a besoin de chiens de gardes policier pour assurer le bon déroulement de l’inauguration de son local.
L’extrême droite ne doit pas se sentir chez elle dans nos rues, sa présence même est une insulte aux habitant-e-s du quartier de la gare. De même, nous ne pouvons plus laisser oeuvrer l’état raciste qui expulse les immigré-e-s, dont la police tabasse au faciès. Notre ville est populaire et métissée et la classe ouvrière qui la peuple a derrière elle une histoire de lutte et de résistance aux idées racistes et fascistes. Notre quartier sait faire face aux fascistes tout comme aux flics. Pour preuve le dimanche 17 novembre, les habitant-e-s se sont confronté-e-s à la police qui effectuait une descente avenue Charras.
Nous avons multiplié les diffusions de tracts, les collages d’affiches, les discussions, la mobilisation et d’autres formes de lutte pour chasser le FN hors de nos rues. Cela avec succès puisque le mardi 19 Novembre que le «rassemblement» Bleu Marine a annoncé aux médias qu’il prenait la décision de quitter son local de campagne. Antoine Rechagneux, le candidat FN aux municipales, s’estime victime de vandales, mais en réalité, si le FN doit déménager, c’est que leur tentative d’implantation est un désastre. Toute personne de bonne foi admettra que c’est l’hostilité et la pression populaire qui les a éjecté du quartier.
Le FN est du coté de la bourgeoisie et c’est pour cela qu’il a peur de la colère des classes populaires. A celles et ceux qui voudraient nous faire croire que la lutte passe par le vote «utile», nous répondons qu’ils ne cherchent qu’à berner le peuple pour défendre leurs intérêts, ceux de la bourgeoisie. Le PS voudrait se poser comme alternative à la monté du Front National. Le PS a toujours agité la menace FN pour nous pousser à voter pour lui. Mais ne soyons pas dupes, la politique que défend ce parti qui est aujourd’hui au pouvoir est raciste, réactionnaire et profondément anti ouvrière.
Cette victoire montre que la lutte antifasciste ne se mène pas par des alliances de sommet ou par un lobbying auprès des préfectures de police. Faire reculer l’extrême droite ne peut passer que par un travail de masse. C’est dans la défensive de classe que l’antifascisme se mène, comme le 30 octobre lorsque les antifascistes ont empêché le Bloc Identitaire de tenir son action contre la lutte des sans logis qui avaient occupés la mairie deux jours plus tôt. La meilleure défense face aux réactionnaires, c’est le renforcement de la conscience de classe, la mobilisation et l’organisation révolutionnaire du prolétariat et des classes populaires.
DERRIERE LE FN SE CACHE LA BOURGEOISIE
VIVE LA RESISTANCE ANTIFASCISTE ET POPULAIRE

Source

Laisser un commentaire »