Nancy : retour sur un weekend antifasciste

24 novembre 2013 0 Imprimer ce billet Imprimer ce billet
Cliquez pour agrandir

Cliquez pour agrandir

Les 15 et 16 novembre dernier, l’extrême droite radicale, actuellement en perte de vitesse à Nancy, à refait parler d’elle à l’occasion de trois événements : le procès de 3 anciens membres des autonomes lorrains, une réunion du CLAN (comité de liaison et d’aide aux nationalistes) animée par Alexandre Gabriac et Yvan Benedetti et une prière de rue anti-IVG à l’appel du collectif SOS-tout petit. Si le dernier événement est du à un hasard de calendrier (il a lieu chaque année à la même date), il ne fait aucun doute que les deux premiers sont liés.

 Afin d’endiguer cette résurgence et montrer que Nancy demeure hostile aux idéaux fascistes, BAF (Bloc Antifasciste) et antifas autonomes ont appelé à un week-end d’actions :

Vendredi matin s’est ouvert au tribunal correctionnel de Nancy le procès de 3 anciens membres de l’organisation d’extrême droite baptisée « autonomes lorrains ». Charles R., Jeremy F. et David S. comparaissaient pour une dizaine d’agressions commises au cours de l’hiver 2009/2010. Celles-ci visaient indistinctement militants d’ extrême gauche et individus “lambda”. Une trentaine de militants antifascistes étaient présent dans la salle. Au terme d’un procès fleuve qui dura 7h et au cours duquel le “cerveau” de l’organisation Charles R. exposa ses idées maurasiennes (nationalisme intégral et défense du catholicisme) tandis que ses deux acolytes brillaient par leur ignorance, leur esprit grégaire et leur défense qui consistait à s’accuser mutuellement, le procureur requit 18 mois de prison dont 6 mois fermes contre le leader et 24 mois dont 9 mois fermes contre les deux autres.

Rendu du tribunal le 6 décembre.

Vendredi vers 18h, tandis que Gabriac et Benedetti tenaient une conférence devant une trentaine de personnes à l’hôtel Accor de Houdemont en banlieue Nancéenne, environ 200 personnes se sont réunie sur une place du centre ville. Le rassemblement est rapidement parti en manif sauvage, avec slogans vénères et fumigène, défilant dans les rues commerçantes derrière une bâche sur laquelle on pouvait lire Smash fascism – flics, fachos, bourgeois, même combat. Le cortège s’est dissout place Stanislas après une heure de manif.

 Samedi à partir de 12h30 une centaine de personnes se sont réunies sur la place où devait avoir lieu le rassemblement de SOS-tout petits. De la bouffe vegan a été distribué par le collectif Food not bomb de Nancy. A 14h30 une vingtaine d’intégristes, parmi lesquels quelques fafs notoires, se sont rassemblés à l’autre bout de la place, protégés par une trentaine de flics. Ce qui n’ a pas empêché la perturbation de leurs prières par des slogans blasphématoires, des chants révolutionnaires et quelques jets de capotes.

 Nancy est et demeurera antifasciste. Flics, fafs, bourges, même combat.

Laisser un commentaire »