Hommage aux antifascistes qui sont tombé.e.s. Carlos, 6 années sans toi, 6 années avec toi

7 novembre 2013 1 Imprimer ce billet Imprimer ce billet

6anoscarlosLundi 11 novembre 2013 à 20h.

Plaza de la Beata Maria Ana de Jesus. Metro Legazpi.

Sont conviés : les ami.e.s et compagnon.ne.s de Carlos

Cela fera 6 ans, lundi prochain, le 11 novembre 2013, que notre compagnon Carlos Palomino a été assassiné par un militaire néonazi. C’est arrivé à la station de métro de Legazpi, alors que Carlos, accompagné d’un groupe d’antifascistes solidaires, allait protester contre une manifestation raciste, convoquée par le parti d’ultra-droite « DEMOCRACIA NACIONAL » dans le quartier ouvrier et multiculturel de Usera. Cette manifestation avait été permise, autorisée et protégée par la délégation du gouvernement.

Six années sont passées et les raisons pour lesquelles nous sommes sortis dans la rue ce 11 novembre 2007, restent d’actualité et plus ou moins les mêmes qu’à ce moment là. Les partis d’ultra-droite et néonazis prennent petit à petit plus d’importance, et avec eux, la présence de décérébrés diffusant leur propagande réactionnaire et leurs attitudes de haine irrationnelle.

Petit à petit, la peur les a quitté, dans le climat actuel et dans l’ambiance de la crise économique, protégés par le système capitaliste, qui les soutient et les utilisent à sa guise. Ils ont trouvé une place dans la rue, en manifestant et montrant leur véritable visage chaque fois avec plus de fréquence.

Le lamentable panorama européen n’est pas mieux, les partis d’extrême-droite, avec leur idées réactionnaires, ultra-conservatrices, xénophobes et racistes gagnent toujours plus d’adeptes. Que ce soit en Grèce, Italie, France, Hongrie, Norvège (où cela n’a rien changé qu’un néonazi paramilitaire assassine de sang froid 70 jeunes),ils sont toujours plus présents dans les parlements et dans la vie politique de ces pays, jusqu’à être les forces les plus votées dans plusieurs pays.

Nous ne pouvons permettre cela. Notre réponse et celle de tous les antifascistes, doit être immédiate, radicale et organisée, égale dans les années succédant ce fatidique 11 novembre 2007 à Madrid ; années pendant lesquelles il n’y avait aucune place dans les rues pour les fascistes, où chaque acte, chaque présence nazie était fortement contestée par les antifascistes, ne leur permettant pas de sortir dans les rues, à moins qu’ils ne furent fortement protégés et accompagnés par des brigades anti-émeutes, ressentant ainsi plus de peur que de honte. Nous ne pouvons rien attendre des institutions de ce système capitaliste pourri qui protège et met à l’abri les assassins. La solution est entre nos mains, en nous organisant et en répondant dans tous les quartiers, en faisant front au fascisme et en luttant contre lui par tous les moyens possibles.

En ce 11 novembre 2013, nous voulons rendre hommage à Carlos et à tous les antifascistes tués, et spécialement, en démontrant notre soutien et notre solidarité aux ami.e.s, à la famille et aux compagnon.ne.s de Clément Méric, âgé de 18 ans et assassiné le dernier 5 juin à Paris par un groupe de néonazis liés au Front National, mais aussi aux ami.e.s, à la famille et aux compagnon.ne.s de Pavlos Fyssas, 34 ans et militant antifasciste, assassiné lâchement à coups de poignard par un groupe de néonazis du parti Aube Dorée à Athènes le 18 septembre de cette même année.

Nous voulons dire, à tou.te.s, que nous n’oublierons jamais nos compagnons tués et celles et ceux qui donnèrent de leur vie en luttant contre le fascisme, mais aussi que nous ne pardonnerons jamais aux assassins.

LE MEILLEUR HOMMAGE EST ET SERA DE CONTINUER LA LUTTE !

CARLOS, CLÉMENT, PAVLOS… NOUS N’OUBLIONS PAS !

Source :

http://antifa.es/noticias/72-antifascismo/1949-6-anos-sin-ti-6-anos-contigo-el-mejor-homenaje-continuar-la-lucha/

Un commentaire »

  1. Michel Clémence 9 novembre 2013 at 23:12 - Reply

    N’oublions pas non plus Carlo Giuliani, assassiné par la police fasciste le 20 juillet 2001 à Gênes. Carlo vive!

    No pasarán!

    Salutations libertaires rouges et noires.

Laisser un commentaire »