Le FN demande la dissolution de La Horde

31 août 2013 6 Imprimer ce billet Imprimer ce billet
ftp-Moi

Des FTP-MOI (Francs-Tireurs Partisans – Main d’œuvre Immigrée)

Rions un peu avant la rentrée… Dimanche dernier, le 25 août, le Front national avait prévu de s’associer aux commémorations liées à la libération de Paris : le parvis de l’hôtel de ville a été à cette occasion rebaptisé Esplanade de la Libération, et il a également été rendu hommage  au Conseil National de la Résistance, qui fêtait cette année ses 70 ans (à ce propos, les politiques seraient bien inspirés d’en relire le programme : on vous invite d’ailleurs à lire sur le site d’Article 11 un article sur ce sujet). Autre innovation,  l’association de Fils et filles de républicains espagnols et enfants de l’exode (FFREEE) a été invitée à poser la bannière de la république espagnole à la tribune officielle…

C’est dans ce contexte que quelques militants nationalistes mais surtout le Front national en la personne de son candidat à la mairie de Paris en 2014, Wallerand de Saint-Just, par ailleurs trésorier du FN et avocat régulier de Marine Le Pen, avaient décidé de s’inviter à la cérémonie : une véritable provocation de la part d’un parti qui accueillit en son sein nombre de pétainistes et autres collaborateurs, et qui compte parmi ses fondateurs Léon Gaultier, un ancien Waffen SS…

Une provocation que quelques antifascistes mobilisés avaient décidé de ne pas laisser passer sous silence, malheureusement empêchés par la police… Oubliant pour un temps la diatribe anti-système si cher au FN, Wallerand de Saint-Just s’est fendu d’un communiqué à ce sujet, dans lequel il pleurniche et déclare sans rire :

Un état démocratique ne peut tolérer l’existence de tels groupes et je vous demande de décider officiellement de leur dissolution dans les mêmes conditions utilisées par vous pour des dissolutions récentes. Ces groupes sont, par exemple, « Action Antifa Paris Banlieue », « Antifa75 », « La Horde».

On cherche encore quel est ce mystérieux groupe « Antifa 75 », et on imagine nos petits amis frontistes cherchant désespérément sur Google quels sont ces militants qui leur veulent du mal : on pourrait leur répondre que n’importe qui d’un peu respectueux de l’Histoire auraient dû ce jour-là être dans la rue, pour s’opposer à l’ultime avatar de ce contre quoi la Résistance a combattu.

6 commentaires »

  1. Lionel 11 septembre 2013 at 13:50 - Reply

    Comme L a si bien dit mon ami Bernie. Tu bosse tout ta vie pour payer ta pierre tombale. It s the same every where you go my friends. Le monde entire est en crise. And all we re trying to do is survive!!

  2. Mayaah934 6 septembre 2013 at 10:08 - Reply

    Demain dans l’actu antifa : « La Horde demande la dissolution du FN ».

    • La Horde 6 septembre 2013 at 19:10 - Reply

      ??? Dans notre conception de la lutte antifasciste, il n’y a pas de place pour l’emploi de la dissolution comme arme contre l’extrême droite, et cela pour au moins deux raisons :
      – la première, c’est que nous défendons l’idée d’un antifasciste autonome, en particulier à l’égard de l’État, et qu’en conséquence, nous n’attendons pas de la justice ou de la police qu’elles règlent le problème à notre place ;
      – la seconde, c’est que ce genre de mesure peut atteindre n’importe qui considéré par l’État comme un ennemi intérieur : l’extrême gauche hier (cf. affaire Tarnac), l’extrême droite radicale aujourd’hui…
      Où voulais-tu en venir avec ton mot d’esprit ?

      • luc 10 septembre 2013 at 14:32 - Reply

        (@LA Horde) … à quoi on peut encore ajouter que ce n’est pas seulement « hier », que l’Etat s’en prenait à l’extrême-gauche ou à ce qu’il considère comme tel.

  3. Mézigue 1 septembre 2013 at 22:19 - Reply

    Quant le crétin Laurent Cantamessi (Journaliste à « Causeur »)
    http://tatamoche.blogspot.fr/2013/08/un-cas-ordinaire-de-betise-neodroitiste.html
    crachait sur la vigilance anti-fasciste :
    http://idiocratie2012.blogspot.fr/2012/09/ou-sont-les-antifascistes.html

  4. communard 23 1 septembre 2013 at 08:56 - Reply

    Nous n’avons qu’une chose à répondre : Solidarité antifasciste !
    Parce qu’aujourd’hui, la seule barricade organisationnelle et idéologique contre les fachos ce sont les groupes antifas et ils le savent. Les partis politiques sont en grande majorité complices et les organisations de travailleurs sont pour la plupart infiltrées. Les collectifs antifascistes représentent la seule poche de résistance réelle et tangible contre l’extrême droite. C’est un signe positif lancé pour l’expression de notre combat , même si ridicule qu’il soit de la part de ses clowns.
    No Pasaran !

Laisser un commentaire »