AGEN: violentes agressions de militants de Troisième Voie

24 juin 2013 1 Imprimer ce billet Imprimer ce billet
Rassemble contre le droit de vote des étrangers d'une partie de la section Troisième Voie d'Agen le 27 octobre 2012 à Marmande (47). (capture vidéo)

Rassemblement contre le droit de vote des étrangers d’une partie de la section Troisième Voie d’Agen le 27 octobre 2012 à Marmande (47). (capture vidéo)

Les violences émanant de militants du mouvement de Serge Ayoub Troisième Voie continuent. Alors que ce week-end ils ont tenté de coller des affiches aux couleurs du trident,un peu partout en France, une nouvelle fois des membres de ce mouvement se sont rendus coupables de violence, comme en témoigne ces articles :

 

 

 

 

article de La Dépêche du Midi:

Deux jeunes de 25 ans qui avaient participé en tant que spectateurs au festival rock de la prairie du pont-canal, samedi soir à Agen, ont été passés à tabac par sept individus (dont deux filles) issus de la mouvance d’extrême droite skinhead, ou identifiés comme sympathisants du groupuscule «Troisième Voie» pour certains[…]

source

article de BFM TV:

Les suspects âgés de 22 à 35 ans, dont certains connus des services de police, auraient tabassé deux hommes sur une avenue du centre d’Agen alors qu’ils revenaient du Festival rock de La Prairie, en bord de Garonne[…]

source

article de Sud Ouest:

Elle a donc encaissé les coups, roulée en boule à terre, accompagnés d’insultes à caractère racistes. Le médecin qui l’a examinée a établi quinze jours d’interruption totale de travail. Son ami fait état de trois jours.
Cinq des jeunes agresseurs ont été interpellés juste après les faits et placés en garde à vue. Deux autres les ont rejoints dans les cellules du commissariat de police.
D’après les victimes, elles auraient été frappées avec des objets servant d’armes. Un poing américain a été retrouvé sur l’un des agresseurs.

Dimanche, la garde à vue des sept interpellés, cinq hommes et deux femmes, a été prolongée.

source

Communiqué de l’Alliance Antifasciste Agenaise:

Depuis 39 ans, la prairie du pont canal accueille le Festival de la Prairie, plus vieux festival libertaire et alternatif de France. Chaque année, depuis maintenant cinq ou six ans, les agressions de l’extrême-droite lors de cet évènement et, hélas, lors d’autres manifestations culturelles (Agen ville anti-raciste, rassemblements RESF, …) , se multiplient.

Loin des coups de poing échangés les années précédentes, cette édition aurait put connaitre un drame.

Comme a leur habitude, ne brillant pas par leur courage, les milices d’extrême-droite attendaient les festivaliers vers 2h du matin dans les rues étroites du quartiers Jasmin à Agen. Un militant de l’Alliance antifasciste agenaise en a fait les frais, se faisant agresser par 4 personnes en quittant le festival.

Mais le pire restait à venir. Ce dimanche matin, alors que l’équipe du festival nettoie le lieu de la fête, un jeune homme d’une vingtaine d’année se présente à elle, le visage tuméfié de coups. Les dents cassées, minerve au coup pour tenter de réparer les vertèbres brisées par les coups de matraques. Le jeune raconte son calvaire et son attaque par un groupe armé car il “venait du festival anarchiste” comme l’ont dit ses agresseurs. La violence des coups n’est pas qualifiable: battes de base-ball, matraques téléscopiques, poings américains … les coups pleuvent sur un homme à terre pendant que les petites amies des nazis rient de la scène.

Nous vous tiendrons informés de l’état de santé de notre camarade qui a reçu plus de 15 jours d’ITT.

Une plainte sera déposé par la victime et par le Festival de la Prairie qui ne cesse de prôner son attachement aux valeurs de solidarité et d’égalité.

À Agen comme ailleurs, pas de place pour le fascisme, ni dans la culture, ni ailleurs.

Source

 

Un commentaire »

Laisser un commentaire »