Les fachos sont parmi nous

19 juin 2013 1 Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Les puissances totalitaires ayant été balayées il y a bientôt soixante-dix ans, les bons citoyens – ceux qui ne font pas de politique – sont persuadés que le fascisme n’est qu’un mauvais souvenir, l’une de ces vieilles lunes que l’on évoque pour effrayer les détracteurs d’un système démocratique qui ne cesse de mal se conduire. Alors, braves gens, n’ayez pas peur. Le fascisme ne serait pas à l’ordre du jour. Seule son ombre menaçante risque de faire peur.

Du passé, faisons table rase

Après la Libération de la France, en août-septembre 1944, les rescapés des mouvements fascistes, qui avaient pullulé durant quatre ans, disparaissaient comme s’ils n’avaient jamais existé. L’Union nationale, sous l’égide d’un général de brigade à titre temporaire, s’imposait comme modèle de société. Tous avaient été résistants et il est vrai qu’il y avait eu autant de ralliements à l’homme de Londres qu’à celui qui avait gouverné à Vichy. Bras dessus, bras dessous, socialos et staliniens affichaient une touchante unanimité, en compagnie d’anciens cagoulards et membres d’Action française redevenus miraculeusement républicains. Cela ne devait pas durer, et chacun regagnera rapidement son camp. C’était au temps où le MRP (Mouvement républicain populaire) représentait une droite « acceptable », tandis que se profilait déjà le Parti républicain de la liberté, lequel prenait les marques d’une future extrême droite reconnaissante.

En 1947, peu de temps après avoir quitté le pouvoir, l’ancien chef de la France libre créait le RPF (Rassemblement du peuple français), pour en finir avec la « dictature des partis ». C’en serait bientôt terminé de ce fameux «esprit de la Résistance» et, la Guerre froide aidant, il n’était plus question que de rétablir ces États forts que les démocraties occidentales avaient combattu avec tellement de vigueur durant la Seconde Guerre mondiale. Tout naturellement, le parti de l’ordre s’était reconstitué, reprenant l’essentiel du pouvoir, profitant de la guerre d’Algérie pour réaliser un coup d’État à blanc en juin 1958. Bien sûr, nous avons connu ces alternances permettant d’affirmer haut et fort que la démocratie trouvait son compte entre ces allers et retours d’une gauche de moins en moins sociale et une droite retrouvant sa véritable nature.

État des lieux 2013

Les héritiers du général ont bien changé. En effet, ceux-là n’ont fait que revenir aux ambitions d’origine d’une droite n’ayant pour unique ambition que d’en terminer avec « la Gueuse ». L’UMP d’un certain Nicolas Sarkozy, persuadée d’en avoir terminé avec la démocratie consensuelle, traçait la voie vers un État fort, estimant qu’en ayant acquis le pouvoir l’extrême droite n’était plus nécessaire pour servir de croque-mitaine. La bonne droite, dite classique, étant en capacité de tenir sous le joug une population sommée d’oublier le passé révolutionnaire de ces anciens. Même avec la crise conjoncturelle, risquant de remettre en cause les acquis sociaux, il fallait se résoudre à être satisfait car, sans les nouveaux sauveurs, la situation aurait pu être pire.

Où en sommes-nous ? Nous avions déjà la droite dite républicaine, la Droite populaire et la Droite forte, ces tendances de l’UMP qui, à l’occasion, trouvent parfaitement normal de s’acoquiner avec le Front national. Comme il est dit dans les Évangiles : « Il y a plusieurs demeures dans la maison du Père. » C’est pourquoi, aux côtés d’une UMP aux dents longues, nous trouvons ces centristes, qui ne sont pas seulement une droite molle, tenant d’une pauvre idéologie, toujours prêts à se rallier au parti de l’ordre lorsque la patrie est en danger. Ceux-là prêtent surtout à rire et un excellent humoriste expliquait : « Le centre, c’est au fond et à droite ! » Bien sûr, ces bons démocrates ne sont pas des fascistes, mais ils sont toujours prêts à trouver un terrain d’entente avec les nationaux de tous poils.

Le long débat parlementaire sur le « mariage pour tous » a eu au moins l’intérêt de mettre en lumière le retour très visible des sectes fachos. Alliés aux cathos intégristes qui, en cette occasion, ont recommencé à exhiber leurs bannières ornées du cœur et de la croix. Durant plusieurs semaines, ce véritable défilé de mode, avec des petits salauds du meilleur monde, accompagnant leurs parents pour exhaler leur haine des libertés fondamentales, nous rappelait que, si on les avait oubliés, les nostalgiques du fascisme et du nazisme étaient toujours parmi nous. Il fallait convaincre le bon peuple de la nécessité du retour aux règles morales anciennes. Celles qui permettaient de contraindre les mal-pensant d’emprunter le rail obligé.

Sans honte, au premier rang de ces impatients désireux de mettre à mal ceux qui se désignent toujours comme des socialistes, il était possible de voir se dandiner Christine Boutin et Jean-Pierre Raffarin, François Fillon et Jean-François Copé, sous le regard attentif de Frigide Barjot. Tous se plaignant d’avoir été gazés par les forces dites de l’ordre postées devant l’Assemblée nationale ou le Sénat, car ces honnêtes citoyens n’avaient pas renâclé à suivre les authentiques nervis du GUD ou du Bloc identitaire, lors d’affrontements avec les CRS et les gendarmes mobiles. Tous hurlant, ensuite, leur indignation d’avoir été traités comme de vulgaires gauchistes ou des anarchistes impénitents.

C’est quoi, le fascisme ?

Comme l’ont utilement rappelé, dans l’une de leurs récentes publications, REFLEXes et la Horde, les charmants éructeurs de la droite, dite populaire, de l’UMP ont, pour la plupart, été éduqués, au sortir de l’adolescence, au GUD, à l’UNI ou au MIL. Quant à la droite forte, rassemblée au sein du même parti, elle regroupe, sous l’égide de Guillaume Peltier, des anciens du Front national. Tous ces démocrates, bien connus pour leur humanisme, ne sont jamais gênés de se retrouver côte-à-côte avec les cathos intégristes de l’Institut Civitas, suivis de près, sans doute, par des organisations anti-IVG comme La Trêve de Dieu ou SOS Tout-Petit. Comme il ne faut pas oublier ceux que l’on présente régulièrement comme des trublions caricaturaux, peu dangereux, permettent de mettre en relief les « vrais » démocrates de la droite dite républicaine, les médias nous instillent des piqures de rappel ayant pour objet de nous enseigner que nous sommes toujours un pays de liberté. Ainsi, le 10 mai, dans sa matinale, Canal + nous présentait quelques membres de ces Jeunesses nationalistes, dont le chef se nomme Alexandre Gabriac, s’agitant derrière une banderole ornée de croix celtiques. Ce führer au petit pied appelant à la venue d’une indispensable Révolution nationale, expliquant que la France était assise sur un baril de poudre et que cela n’allait pas tarder à pêter. Le même Gabriac ne manquant jamais de lever le bras pour un énergique salut nazi.

Très récemment, à la télévision, sur France 5, dans l’émission d’Yves Calvi « C’est à dire », de doctes professeurs à Science-po s’étaient évertués à nous expliquer que, non, décidément, le Front national n’était pas un parti fasciste. À la limite, ces piètres politologues nous auraient presque convaincus que, au fond, la tribu Le Pen était un parti démocratique parmi d’autres. À la limite, ces bons apôtres nus auraient même susurré, la main sur le cœur : « Vous voyez bien qu’ils ne sont pas nazis, ils n’ont même pas de brassard à croix gammée ! » Oublié le passé proche où Jean-Marie Le Pen avait dans son entourage d’authentiques gredins, qui s’étaient très mal conduits à l’époque de l’Occupation. Dans le même temps, on nous fait remarquer que la fifille Le Pen s’efforce de recentrer la boutique de son papa, jusqu’à la rendre honorable, au point qu’il lui serait possible de proclamer que le Front national est le plus grand parti ouvrier de France. Tout cela irait dans le sens désiré par nos honnêtes analystes politiques cités plus haut qui nous prennent pour des débiles profonds. Ceux-là désirent-ils nous persuader, avec quelques années d’avance, de l’inéluctable alliance entre les grands démocrates de l’UMP, qui vendraient leur mère pour ne pas rater leur retour au pouvoir, et les rapaces du FN qui piaffent d’impatience pour enfin accéder à leur tour aux palais de la République ?

Mon inséparable compagnon de route, Petit Robert, nous fournit cette excellente définition du fascisme : « Mouvement fondé en 1919 par Mussolini qui rassemblait des petits groupes d’anciens combattants. Après la Marche sur Rome, le mouvement se transforma en un véritable régime politique dont la doctrine, tout à fait empirique, se dessina au gré des événements, en vue de la conquête du pouvoir et de la conservation du pouvoir total. Pour Mussolini, l’individu s’effaçait devant l’État totalitaire et centralisateur. Le parti fasciste devait jouer le rôle d’une élite parmi laquelle étaient choisis les fonctionnaires et les membres des formations paramilitaires, volontaires pour la sécurité nationale. Par son intermédiaire, le fascisme encadrait l’individu pour annihiler tout esprit critique et pour réduire les antagonismes sociaux : le système corporatiste devait supprimer la lutte des classes… Pour les fascistes cohérents, l’autorité imposée est inséparable de l’ordre, voire de la contrainte. »

Rien ne vaut l’original mais les tentations sont fortes d’y ressembler…

Appliqué au régime sarkozyste, refusant toute légitimité aux « corps intermédiaires » aussi bien qu’aux divers élus, particulièrement du secteur syndical, le schéma ci-dessus correspond étrangement à cette sinistre idée de la France que se faisait Nicolas Sarkozy, du style : « Je ne veux pas voir une tête dépasser des rangs » ou bien : « J’ai ma propre solution pour tous les problèmes… Votre opinion ne m’intéresse absolument pas, et si vous n’êtes pas satisfaits, cassez-vous pauvres cons ou on vous traitera au Kärcher ! » Plus finaude que son père, l’héritière de la Maison Le Pen estime qu’une grande alliance est possible avec les courants de l’UMP qui n’ont pour projet essentiel que de reconquérir le pouvoir, et ensuite de le conserver par tous les moyens possibles. Cette approche était parfaitement visible, avec une lepénisation des esprits tout au long de la campagne pour l’élection présidentielle de 2012. Ce qui sépare les uns et les autres se résume désormais à un simple problème de leadership. Le facho que les uns redoutent, et que d’autres considèrent comme un énergumène, simple survivance d’un passé révolu, ce peut être votre voisin de palier, le gardien de l’immeuble, le quidam souriant croisé dans la rue ou, surtout, le policier qui n’apprécie rien tant que les régimes musclés qui attendent tout de lui. Ce n’est pas là un simple point de vue de l’esprit, une crainte exprimée par les rescapés d’une autre époque. Les fachos sont effectivement parmi nous et pas seulement parmi les revanchards qui ne se sont pas remis d’avoir perdu ce pouvoir qui ne peut que leur appartenir. Qu’ils participent aux tendances dures de l’UMP ou au Front national, arborant un faux nez, ceux-là sont prêts à toutes les compromissions avec les fascistes proclamés, et pourquoi pas les néonazis. Il faut avoir la mémoire longue et se souvenir des élections régionales de 1998, lorsque d’honnêtes dirigeants du RPR n’avaient pas hésité à s’allier avec des élus locaux du Front national pour ne pas perdre certaines présidences de régions.

En ces années 2010, il paraît évident que les frontières entre les droites sont de plus en plus ténues. Il n’est plus question de résister simplement à la vague proto-fasciste qui menace de déferler. Aujourd’hui, après les démonstrations qui ont suivi le débat sur le mariage pour tous, il est tout à fait évident que les gros bras du Front national, bras dessus, bras dessous avec les nouveaux idéologues de l’UMP, risquent d’apparaître comme de doux rêveurs. Laissant une partie de leur terrain de chasse aux néonazis. Lesquels ont profité de cette opportunité pour tenter d’imposer les éléments d’une morale rappelant une autre époque. Ceux-là sont surtout caricaturaux. Les plus dangereux, pour leur propre interprétation de la démocratie, sont encore les affidés des Sarkozy et des Copé qui, la bave aux lèvres, n’attendent que l’occasion, celle qui fait le larron, pour nous enseigner ce que pourrait signifier une forme moderne du fascisme.

 

Maurice Rajsfus
Publié dans le monde libertaire  n°1710 (13-20 juin 2013)

Un commentaire »

Laisser un commentaire »