Pologne : un squat de Poznan honore la mémoire de Clément

18 juin 2013 1 Imprimer ce billet Imprimer ce billet

DSC09751

Banderole de soutien sur le squat OD:ZYSK a Poznan en Pologne, et une traduction du texte diffusé pour expliquer le contexte actuel.

Le 6 juin 2013, Clément Méric meurt des suites de ses blessures de la veille, lors d’une agression fasciste. Cette action, n’est qu’un signe de plus de la part des groupes violents d’extrême-droite pour nous signifier que leur mouvement n’a plus de limites, et qu’il grandit de jour en jour.
Clément était membre du groupe Action Antifasciste, et était présent lors de plusieurs manifestations dans cet hiver marqué par le mouvement de l’égalité des droits pour le mariage homosexuel.
Pour placer l’événement dans son contexte, lorsque le gouvernement proposa une loi pour autoriser le mariage homosexuel et l’adoption d’enfants de
couples du même sexe, le pays s’est vu traversé par une vague d’homophobie, avec des manifestations allant jusqu’à 300 000 personnes pour dénoncer cette loi. C’est évidement des groupes des plus fascistes, tel que les JNR*, le GUD* ou JN* qui prennent l’interface radicale du mouvement surtout par des grosses confrontations avec les flics, barricades en feu dans Paris et autres. Comme dans tout contexte de protestation, les radicaux font peur à certains, mais surtout, ils représentent la force vive du mouvement de contestation, et attisent l’admiration d’autres. La loi étant validée depuis quelques semaines, ils ont décidé de lancer un ‘printemps français’, à l’image des révolutions des pays arabes ces dernieres années. Le gouvernement actuel a demandé l’interdiction de ces groupes d’extrémistes, de quoi attiser leurs colères et les pousser à des comportements sans limites comme ils ont pu nous le montrer ce 5 juin.
En contre-partie, les groupes antifascistes, (dont Clément faisait parti) se sont organisés de leurs côtés pour tenter de faire face à cette montée en puissance des nationalistes. Depuis quelques mois, les arrestations arbitraires se multiplient. Les autorités n’hésitent pas à adopter un discours des plus irrationnels, blâmant les comportements des nazillons tout en les laissant manifester (souvent illégalement), et usent leurs quotas de répressions sur les antifascistes. En quelques mois, nous pouvons compter plus d’une centaine de camarades arrêtés.
Les agresseurs de Clément portait des T-shirt de Blood and Honor, groupe nazi présent dans plusieurs pays. Ce cas doit nous interpeller parce qu’il signe l’effervescence de l’idéologie fasciste à travers l’Europe, comme nous pouvons le constater très clairement en Grèce, Italie, Bielorussie, Allemagne mais aussi Pologne. Nous devons réagir et ne pas laisser la haine fasciste être la solution au problème capitaliste.
Nous ne laisserons pas ni les fascistes, ni les autorités prendre le contrôle de nos vies.
NO PASARAN

Un commentaire »

  1. Cahen 18 juin 2013 at 12:09 - Reply

    Z – Clément est vivant dans nos cœurs, nos luttes et nos espoirs

Laisser un commentaire »