Poème pour Clément

13 juin 2013 0 Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Clément comme Jean-Baptiste
au temps des cerises tu
disparais c’est bien triste
comme ça abattu
dans ce pays où tu
combattais les fascistes

Cléments nous le sommes trop
dans ce pays où tu
avais des idées en trop
pour ces crânes obtus

Il est mort Clément Méric
le temps des cerises tue
ce ne sont pas les flics
qui feront la battue

Sans clémence je suis triste
aujourd’hui en France on tue
on dit les salauds existent
aussitôt dit aussitôt tu

penser est déjà de trop
pour ces crânes obtus
le fascisme aura ses héros
mais toi nous ne te verrons plus

Clément comme Jean-Baptiste
au temps des cerises tu
disparais c’est bien triste
comme ça abattu
dans ce pays où tu
combattais les fascistes

Le 5 juin 2013, à Paris, Clément Méric est agressé par des fascistes qui l’assassinent. In memoriam.
A.O.

Laisser un commentaire »