Quand l’extrême droite radicale protège Marine Le Pen…

25 avril 2013 3 Imprimer ce billet Imprimer ce billet
Alex Loustau portrait

Axel Loustau

Alors que Marine Le Pen se vante d’avoir fait le ménage au Front national en excluant, par-ci, par-là, quelques militants un peu trop portés sur le bras tendu, le site d’informations antifasciste REFLEXes vient de mettre en ligne un article qui démontre qu’il n’en est rien, à travers l’exemple d’Axel Loustau. Car si il est facile de se débarrasser d’un Alexandre Gabriac ou d’un Baptiste Coquelle, il va être plus difficile de virer purement et simplement celui à qui elle a confié la protection rapprochée de la direction du FN, et qui n’est pas un gamin… L’ironie de l’histoire, c’est que c’est Frigde Barjot qui a sorti Loustau du placard !

Loustau, le vigile de Marine Le Pen

Depuis quelques jours, les organisateurs de la mobilisation contre la loi sur le « mariage pour tous » déclarent ne rien avoir en commun avec les « extrémistes » qui provoquent les affrontements avec la police en fin de manif, réclament l’intervention de Manuel Valls et des forces de l’ordre, et souhaitent carrément les envoyer en prison, comme l’a récemment déclarée sur Canal + leur égérie… pardon, leur porte-parole, Frigide Barjot.

Et cela semble marcher tant bien que mal. La manif parisienne de dimanche dernier a été effectivement un peu plus « propre » que les précédentes. Il faut dire que le service d’ordre avait été passablement renforcé par du personnel professionnel provenant de deux sociétés de sécurité, et que les policiers en civil surveillaient tout particulièrement le lieu servant de rendez-vous pour les militants de Civitas, et par conséquence pour ceux du Gud, du RF et autres JN. Mais revenons un peu sur la nouvelle coqueluche des médias (en passe de supplanter Marine Le Pen, pourtant fort appréciée dans les rédactions) et son passage au Petit Journal de Canal + vendredi dernier. Frigide Barjot se plaint donc allègrement de la présence de « groupuscules identitaires » dans ses manifs, les désigne, les montre du doigt et réclame, tant qu’à y être, de les envoyer « en taule ». C’est la diffusion en tout début d’émission d’images de la fin de la manifestation du mardi 16 avril qui provoqua ces réactions. Madame Barjot nous montre à son tour sur son portable la même scène, mais prise dès le début. On y voit un responsable de la manif appeler à la dissolution, et se faire insulter par un solide gaillard. Le ton monte rapidement entre le SO et l’effronté accompagné de quelques amis, qui en viennent aux mains avec le SO, tout en insultant au passage les journalistes. Cela pourrait être une scène classique de manif, celle d’un SO officiel au prise avec des jeunes gens un peu plus énervés ou des militants plus radicaux (que celui qui n’a jamais jeté une pierre nous jette la première !), sauf que dans le cas présent, les jeunes gens énervés ne sont plus si jeunes que cela, puisque l’agitateur de fin de manif n’est autre qu’Axel Loustau, un ancien du Gud. On aurait dû (ou pu) s’en douter : là où il y a de l’agitation, il y a du « gudard » !

LOUSTAU CANAL +

la suite ici

 

3 commentaires »

Laisser un commentaire »