3 mois requis contre Benedetti

31 mars 2013 0 Imprimer ce billet Imprimer ce billet
benedetti

Yvan Benedetti, le 29 septembre 2012

Trois mois de prison avec sursis ont été requis contre Yvan Benedetti, le président de l’Œuvre Française, poursuivi pour « rébellion et participation à une manifestation interdite ». Il risque également 1 500 euros d’amende. Le 29 septembre dernier, les Jeunesses nationalistes (JN), afin de tenter une implantation à Paris, avaient appelé à une manifestation dans les rues de la capitale : initialement prévue à République, la « manifestation » n’a finalement pas eu lieu, suite à la pression des antifascistes, qui avaient, la semaine précédente, informer le voisinage par voie d’affiches et de tracts.

Affiche portraitLes JN, après avoir joué au chat et à la souris, se sont finalement retrouvé à une trentaine devant Notre-Dame, pour gueuler leur slogan « maître chez nous » dans une indifférence générale. Ni banderole, ni drapeau, ni même leur chef totémique Gabriac (qui, contrairement à ce qui a pu être affirmé ici ou là, n’était pas sur place) : on était très loin des parades que les JN affectionnent généralement. Après une prise de parole inaudible de Benedetti, tout ce petit monde a été prié par la police de déguerpir : Benedetti, comme à son habitude, a voulu se poser en « victime de la démocratie », et voilà tout… Gabriac s’est lui aussi fait attraper un peu plus loin.

Vous pouvez trouver un compte rendu exhaustif de cette « manif » sur le site de REFLEXes.

Laisser un commentaire »