Russie: Silaev enfin libre en Espagne!

14 février 2013 0 Imprimer ce billet Imprimer ce billet

« Aujourd’hui, on m’a adressé la décision finale de la Cour nationale espagnole concernant la demande d’extradition faite par la Russie à mon endroit. Cette demande a été rejetée.

Ce qui m’a vraiment surpris, c’est la longue explication qu’ils ont adjointe à leur décision, dont certains passages sont très humiliants pour la Russie. Ils ont ainsi mis l’accent sur tout l’arrière-plan concernant l’affaire de Khimki. Ils ont insisté sur le fait « qu’un journaliste reconnu, un membre fondateur du mouvement antifasciste russe qui subit en ce moment même des menaces de la part du gouvernement russe pour ses positions anti-gouvernementales, a été désigné de façon abusive au regard de la loi comme étant le meneur de ce mouvement insurrectionnel. Ils ont rappelé que « de nombreuses personnes, dont des journalistes, étaient détenus, menacés, physiquement maltraités et même torturés dans le but de procurer des preuves contre Silaev ».

Ce qui m’a le plus impressionné, c’est que la Haute Cour d’Espagne a reconsidéré l’attitude à tenir face à la légitimité de l’application de l’article 231 du Code pénal russe, sur le délit de « hooliganisme » et sur sa référence à la loi européenne. Il est dit que : « Selon la demande d’extradition, Silaev est accusé d’avoir enfreint l’article du Code pénal russe sur le “ hooliganisme ”. Comme on peut le constater dans les documents fournis par la Russie, la mise en application aujourd’hui de l’article en question ne correspond à aucune loi espagnole étant donné que Silaev n’est accusé d’aucune action qui aurait causé un trouble à l’ordre public ou aurait entraîné une dégradation de bien privé ou public (ce qui correspondrait aux articles 557 et 263 du Code pénal espagnol). Il s’agit de la simple participation à une manifestation. »

Il s’agit là très certainement d’une décision qui fera date puisqu’elle crée un précédent à un niveau supérieur du système juridique européen. Pour la première fois, il est clairement signifié que ce fameux article 231, que la Russie passe son temps à réviser (comme encore dernièrement), n’a aucune référence légale dans le système législatif européen. Ces dernières années, cet article est devenu célèbre en Russie du fait de l’utilisation constante qu’en fait l’État pour réprimer tout mouvement d’opposition politique. Il a ainsi servi en pratique à interdire toutes les manifestations dont l’État russe ne voulait pas. De fait, en participant simplement à ces manifestations, les gens prennent le risque d’être accusés d’un crime « grave » (dont fait partie le « hooliganisme ») et d’être condamnés à 7 ans de prison.

Espérons que la décision que vient de prendre l’Audiencia Nacional pourra amorcer un changement dans l’attitude adoptée face à de telles affaires à l’avenir ; espérons que je n’ai pas perdu 6 mois !

Tous mes remerciements les plus sincères à tous les companeros qui m’ont prêté main forte et m’ont encouragé pendant cette période : mais je vous remercierai certainement bientôt en privé. »

Pete Silaev aka DJ Stalingrad

Traduction de Tina

Laisser un commentaire »