La Croix celtique

24 janvier 2013 8 Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Croix celtique copieAvec le svastika (ou croix gammée), la croix celtique est sans doute l’un des symboles les plus repris par les mouvements d’extrême droite à travers le monde.

La croix celtique telle que nous la connaissons aujourd’hui (une croix inscrite dans un cercle et dont les branches dépassent de ce cercle) est un symbole chrétien apparu en Europe de l’Ouest, en particulier en Irlande. Ce fait, avéré par des découvertes archéologiques, n’empêche pas les mouvements nationalistes de lui trouver d’autres origines, souvent plus anciennes mais la plupart du temps totalement fictives. Parmi les théories les plus répandus dans les rangs des nationalistes français il est couramment raconté que la croix celtique serait le symbole de l’alliance de la royauté et de l’église. Selon une version, largement répandue elle-aussi, cet emblème symboliserait la rencontre des nos origines celtes (la roue, symbole solaire) avec la civilisation romaine christianisée (la croix)[1].

Il semble aujourd’hui certain qu’à l’origine la croix celtique est une récupération chrétienne de la roue solaire, c’est à dire une croix inscrite dans un cercle. Ce symbole, la roue solaire, qui date du néolithique et peut parfois prendre la forme d’une roue d’un char solaire, est présent sur tous les continents. Certains estiment son apparition à 6000 ans av. JC.
Pour ce qui est de la croix celtique proprement dit, elle trouverait son origine au IV ème siècle dans un couvent irlandais très influent et dont les tombes en étaient ornées. Dans le contexte d’une Irlande libre de toute influence romaine et donc émancipée en partie des canons du christianisme continental, le symbole s’est alors exporté à l’ensemble des Iles Britanniques avant d’atteindre l’Europe continentale.
De fait si la croix celtique est dans certains pays comme les Etats-Unis ou l’Allemagne un symbole plus politique et extrémiste que religieux, en Irlande ou en Ecosse, celle-ci reste un symbole courant, lié au folklore et à la culture locale. Il n’est pas rare encore aujourd’hui de voir des croix celtiques dans les cimetières, sur les églises ou même sur les habitations.

En France l’utilisation de la croix celtique par l’église catholique reste très anecdotique avant le XXème siècle. C’est suite à sa récupération à des fins politiques que cette croix va atteindre une certaine notoriété. Ainsi le Père Paul Doncoeur sera le premier à se l’approprier et à en faire son symbole personnel. Ancien aumônier de l’armée en 14-18, proche des mouvements catholiques réactionnaires, il se lance en politique en 1924 contre l’arrivée au pouvoir du Cartel des Gauches. Cette première apparition de la croix celtique va définitivement l’ancrer à l’extrême droite. Quelques années plus tard, ce symbole refait surface sur les casques et drapeaux des mouvements de jeunesses de Vichy comme les Equipes Nationales[2].
Au lendemain de la guerre, en 1949, la croix celtique devient le symbole des militants du mouvement Jeune Nation de Pierre Sidos. Elle est alors choisie en opposition à la croix de Lorraine du général De Gaule, mais également en raison de l’appartenance de nombreux membres de Jeune Nation aux Equipes Nationales de Vichy.
Après la dissolution de Jeune Nation en 1958, ses membres fondent le Parti Nationaliste puis la Fédération des Etudiants Nationalistes, la FEN, reprenant à chaque fois la croix celtique comme symbole.
Durant la guerre d’Algérie, la croix celtique sera utilisée par bon nombres de militants et sympathisants de l’OAS pour signer leurs tracts et leurs actions.

Affiche d'Ordre nouveau

Affiche d’Ordre nouveau

En 1964, avec le mouvement Occident, toujours fondé par Pierre Sidos, la croix celtique s’impose définitivement dans le panthéon nationaliste français, ce symbole étant systématiquement repris par les mouvements (GUD, Ordre Nouveau) ayant pris la relève d’Occident après sa dissolution le 1er novembre 1968.

Le PFN, Parti des Forces Nouvelles, mouvement issu d’Ordre Nouveau après son interdiction en 72 et grand rival du Front National dans les années 70, arbore également la croix celtique.
Entre temps, en 1968, Pierre Sidos, en désaccord avec la ligne générale d’Occident, crée l’Œuvre Française et se réapproprie la paternité du choix de la croix celtique. Il en propose même une version spécifique, en lui associant les couleurs bleu et rouge.
gudDans les années 80 et 90 d’autres mouvements nationalistes ont utilisé ce symbole comme le Renouveau Nationaliste, le GUD, Troisième Voie, le PNFE, Nouvelle Résistance, Unité Radicale.

croix celtique OF.jpgDurant la dernière décennie, l’Œuvre Française et sa branche lyonnaise Jeune Nation, le Réseau Nationaliste de Thierry Maillard (ancien de l’Œuvre Française), le GUD nouvelle version, dans une moindre mesure le Renouveau Français et les Jeunesses Nationalistes d’Alexandre Gabriac (mouvement de jeunesse de l’Œuvre Française), ont fait de la croix celtique leur emblème.

gud skinUne croix celtique connaît également un certain succès dans le milieu skinhead nazis franais, qui depuis les années 80, est régulièrement associée aux logos et pochettes d’albums des groupes de ce milieu.

Au niveau international la croix celtique par la force des choses est devenue le symbole d’identification des nationalistes blancs du monde entier, en particulier dans les années 80 où de nombreux groupes RAC, à commencer par le plus célèbre d’entre eux Screwdriver, l’utiliseront pour illustrer ses pochettes de disques.

Militants du GUD / Unité Radicale

 

  1. C’est plus ou moins la version donné par l’Œuvre Française qui y voit dans la croix celtique le symbole le plus ancien de la France. []
  2. Créées en 1942 par le gouvernement de Vichy pour encadrer les jeunes « désœuvrés  ». Leur objectif était d’aider les familles dont le chef de famille avait été requis pour le STO. Les membres des Equipes Nationales portaient la croix celtique sur leur béret. []

8 commentaires »

  1. anarbzh 22 septembre 2016 at 14:22 - Reply

    La croix celtique ecourté, c’est un viseur bien plus qu’une vrai croix et celle la n’a rien de celte !
    Les fachos salisent notre culture ,mais ils ne sont pas implanter en bretagne , et quand ios viennent parasiter les fetes celtique et medieval ont les a toujours viré !

  2. andre 19 mars 2016 at 23:12 - Reply

    Moi j’ai en tattouage la croix celte qui n’a voir avec c’est fachos je suis un celte un pur et dur c’est pour la culture la musique et pour tout les traditions celtique que je repraisant et je suis fier d’être un celte

    • La Horde 20 mars 2016 at 13:02 - Reply

      Malheureusement ce n’est pas possible de faire abstraction du fait que la croix celtique a été récupérée : après, plutôt que d’être fier de tes origines, qui ne sont que le produit du hasard (as-tu choisi ton lieu de naissance ou tes ancêtres ?), il serait mieux d’être fier de ce que tu fais, qu’il s’agisse de culture ou de musique par exemple, pour reprendre tes propres mots.

  3. Kristen 22 novembre 2014 at 23:43 - Reply

    Cette croix n’a rien de « celtique »; c’est une cible dirigée contre le droit des peuples, rien de plus. Choisissons pour elle le nom de CIBLE fasciste.

    http://www.catalogs.com/info/spirituality/history-of-the-celtic-cross.html

  4. foxer 29 janvier 2014 at 16:24 - Reply

    Juste une petite rectification: la croix « culturelle » que l’on peut trouver en irlande, en écosse ou en bretagne est nommé « croix celte » et non pas « croix celtique ». De plus son visuel est légèrement différent de celle utilisée par les fachos.
    La croix celte a une effet sa branche verticale plus longue que sa branche horizontale (représentation de la croix chrétienne classique) alors que la croix celtique a les deux branches de la même longueur.

Laisser un commentaire »