Toulouse : les fachos échouent à perturber la manifestation

22 janvier 2013 0 Imprimer ce billet Imprimer ce billet

IMG_0628 sans témoinSamedi, une poignée de militants d’extrême droite a tenté de perturber la manifestation pour l’égalité des droits : les antifascistes présents leur ont fait comprendre leur erreur…

Ci-dessous le communiqué de l’Union antifasciste toulousaine :

Samedi 19 janvier 2013 à Toulouse, entre 6 000 et 8 000 manifestants ont défilé pour l’égalité des droits et l’accès au Mariage et à la Procréation médicalement assistée (PMA) pour toutes et tous. Cette manifestation a été une démonstration de force dans la plupart des villes de France pour contrer l’offensive des homophobes qui ont défilé à Paris le 13 janvier 2013.  Depuis quelques mois on assiste à une montée de l’homophobie et du patriarcat dans les rues et dans les discours. Et parce que le combat antifasciste ne peut être séparé de la lutte contre les discours réactionnaires, l’Union Antifasciste Toulousaine combat les individus et organisations propageant ces discours de haine.
Réunis dans le cortège radical et derrière le mot d’ordre de la banderole  « le ps roupille, les fachos dégoupillent, riposte trans pd gouines », nous étions nombreux et nombreuses à défiler de façon unitaire pour l’égalité des droits.
Lors de ce défilé festif et unitaire, des militants d’extrême droite ont tenté en vain de saboter son bon déroulement à plusieurs reprises. Par exemple, rue Alsace Lorraine, perché sur un échafaudage, plusieurs militants à la fois des Jeunesses Nationalistes (JN), des Nationalistes Autonomes (NA) et du Bloc Identitaire (BI) ont violemment provoqué le défilé.
Pour se donner en spectacle et propager leurs haines, ces militants ont brûlé un drapeau Arc en ciel au dessus de la tête des manifestants, scandé des slogans homophobes et lancé des fumigènes. La réaction des manifestants ne s’est pas fait attendre. D’abord par des slogans pour couvrir les provocations lancées au mégaphone par les fachos puis plusieurs personnes montèrent sur l’échafaudage pour faire cesser l’odieux spectacle.

Victor Lenta  et Alexandre Cathala.

Victor Lenta et Alexandre Cathala.

La plupart des fachos ont pris aussitôt la fuite laissant derrière eux 4 de leur copains : Victor Lenta (ex du Bloc Identitaire toulousain en difficulté qu’il quitta par opportunisme pour monter les JN Toulouse), Laura Lussaud (cadre nationale des JN) et Alexandre Cathala (militant au NA) et un 4ème encore non-identifié. La retraite étant alors impossible pour nos 4 abandonnés, ils ont tenté, comme à leur habitude, la méthode violente. Mais problème pour Victor et ses amis,  les manifestants les prirent à leur propre jeu.
La police est arrivée rapidement pour sauver la fine équipe avec complaisance. Police qui, avec son sens de la mesure, a gazé et frappé les manifestants pacifistes, et les nombreux passants, pour protéger les homophobes. Une tentative d’interpellation a même eu lieu. Après cette épreuve de force, la police n’a pas, non plus, hésité à réaliser des contrôles d’identités douteux. Du grand spectacle policier, comme d’habitude lorsqu’il s’agit de réprimer les progressistes et défendre les oppresseurs.
Le défilé repris alors sa route sans problème majeur.  Cet incident est révélateur une fois de plus du climat délétère qu’entretient l’extrême droite toulousaine depuis plus de 2 ans. Cette pitoyable action mort-née des fachos n’est et ne doit pas devenir le symbole de la journée de mobilisation en faveur du mariage pour tous.
L’union antifasciste toulousaine se félicite de la réussite de la manifestation et appelle à poursuivre la lutte.

Laisser un commentaire »